RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Mettre les médias publics et l’armée au pas et tout privatiser.

Venezuela : Carmonazo 2

Le 5 janvier avait lieu l'inauguration de la nouvelle assemblée nationale du Venezuela, la ressemblance avec le Carmonazo (tentative de coup d'état des contre-révolutionnaires en 2002) fut frappante. On ne reviendra pas sur les élections législatives et la campagne de l'opposition (votez pour nous ou la guerre économique continuera). Voici le récit de cette journée.

Les révolutionnaires chavistes avait fait une grosse manifestation pour soutenir leur députés et les contre-révolutionnaires une petite.

Des députés contre-révolutionnaires ont essayé de pénétré dans l’assemblée en voulant franchir un cordon de police (alors qu’il y a une entrée dédié pour les députés) ne pouvant le faire il passèrent ailleurs après avoir insulté les policier (dont Ismaël Garcia bien connu pour avoir retourné sa veste passant d’un discours marxiste à un discours d’ultra droite.

Henry Ramos Allup le nouveau président de l’Assemblé Nationale est lui entré dans la voiture du chargé d’affaire de l’ambassade des Etats-Unis.

Mais qui est ce Henry Ramos Allup ?

Photos

Il fait de la politique depuis la quatrième république (c’est le chef d’Accion Democratica, un des deux partis piliers de la quatrième république avec COPEI, système Adeco), on pourrait presque dire que c’est un dinosaure qui a survécu mais il me fait plutôt penser à la faune d’Ediacara, ou celle de Franceville et aussi au film de Le retour de la momie. Il a appuyé le paquet du FMI en 1989 (privatiser tout et augmenter les prix) et la répression qui s’ensuivit (Caracazo, 3000 morts), la suspension des garanties constitutionnelles en 1992 (dont la liberté d’expression), le coup d’état contre Hugo Chavez en 2002 et toute les actions de déstabilisation contre la révolution.

Il est aussi connu comme étant le meilleur insulteur du Venezuela :

Le 5 janvier il s’est donc autojuré comme président de l’Assemblée Nationale dans le plus pur style Pedro Carmona.

Ensuite la contre révolution a commencé a violer la loi en accordant la parole à Julio Borges (chef de Primero Justicia) ce qui contrevient au règlement de l’Assemblé Nationale, les député chavistes se sont alors retiré en signe de protestation rejoignant le peuple en train de manifester à l’extérieur.

Le lendemain le 6 janvier les députés de la contre révolution ont fait encore mieux, ils ont carrément violé la constitution en faisant juré trois député dont l’élection avait été suspendue par le Tribunal Suprême de Justice suite à des irrégularités (achat de vote par la contre-révolution lien 1 lien 2) dans l’état d’Amazonas (tout les député de cet état ont été suspendu dont un chaviste). Cela rend donc toute décision de l’Assemblée Nationale nulle et non avenue. Le président Maduro a qualifié cette assemblée d’Adeco bourgeoise.

Il y a aussi d’autre points communs avec le coups d’état de 2002.

D’abord la volonté de la contre révolution de reprendre tout les pouvoirs comme ils l’avait fait en 2002.

En 2002 les capitalistes ont destitué tout les députés, le conseil national électoral, le tribunal suprême de justice, le défenseur du peuple, supprimer la constitution :

En 2016 il vont faire la même chose :

Vidéo : Déjà vu : Ramos Allup y la libertad ¿Carmonazo II ?

Au début on y voit Henry Ramos Allup s’autojurer dans le style Carmona et ensuite des députés contre-révolutionnaires annoncent les mesures à prendre : récupérer les régions, le tribunal suprême de justice, le cour des comptes, la justice, le défenseur du peuple, le conseil national électoral et surtout Miraflores (le palais présidentiel). le second député contre révolutionnaire annonce une loi d’amnistie pour les "prisonniers politiques", en fait des gens condamné pour vol, détournement de fond, tentative de renversement du pouvoir par la force comme Leopoldo Lopez condamné à 13 ans de prison pour tentative de renversement du pouvoir (ayant entrainé la mort de 43 personne et 900 blessé, principalement des révolutionnaires, des policiers et des passants).

Les contre-révolutionnaires ont aussi prévu de mettre les médias publics et l’armée au pas et de tout privatiser.

Un autre point commun avec 2002 c’est le retrait des portraits, en 2002 les putschistes avaient retiré le portrait de Bolívar et en 2016 c’est Henry Ramos Allup qui supervise personnellement le retrait des portait de Bolívar, Chavez et Maduro (Lien 1, Lien 2, Lien 3).

Photo : http://www.aporrea.org/imagenes/2016/01/ramos-allup-saca635.jpg

Photo : http://www.aporrea.org/imagenes/2016/01/bolvar_en_la_an.jpg

Le pire étaient qu’ils voulaient enlever les restes de Chávez du Cuartel de la Montaña. Heureusement le président Maduro a décrété une loi qui donne ce bâtiment à la fondation Hugo Chávez empêchant ainsi cette profanation. Pour comparer, imaginez une assemblée nationale de racistes blancs voulant profaner le corps de Nelson Mandela trois ans après sa mort, on pouvait s’attendre à des morts.

»» http://www.forum-unite-communiste.org/forum_posts.asp++cs_INTERRO++TID=3580++cs_AMP++amp ;PN=1
URL de cet article 29803
  

Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce n’est pas de Wikileaks que les Etats-Unis ont peur. Ce n’est pas de Julian Assange qu’ils ont peur. Qu’importe ce que je sais ? Qu’importe ce que Wikileaks sait ? Ce qui importe, c’est ce que VOUS savez." — Julian Assange

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.