Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un autre mur de honte, cette fois-ci dans la France très cultivée (Radio Havana Cuba)

Construire des murs pour contourner les problèmes, les cacher du scrutin public ou penser qu'ils vont disparaître avec devient de plus en plus une habitude pour de nombreux gouvernements qui ne trouvent pas ou ne veulent pas trouver, une issue réaliste et permanente au problème qu'ils prétendent encercler.

La nouvelle nous arrive de la France, un pays depuis lequel ont été diffusées au monde les idées lumineuses de la liberté, l’égalité et la fraternité, des idées qui semblent s’éteindre peu à peu pour laisser la place à un égoïsme rampant et à l’indiférence pour la souffrance d’autrui.

Il s’agit ni plus ni moins que de dresser un mur pour encercler la “jungle de Calais”, un grand campement de réfugiés où s’entassent environ 10 000 personnes en attendant une opportunité pour traverser le canal de la La Manche, que ce soit par bateau ou par l’Eurotunnel et regagner le territoire britannique.

Calais est le résultat, à ciel ouvert, des désastres provoqués par les interventions militaires des puissances occidentales dans des pays comme l’Afghanistan, l’Irak, la Libye ou la Syrie ou des misères découlant du dépouillement perpétré durant des siècles en Afrique sub saharienne.

Ces personnes cherchent désespérément une voie d’échappement vers un monde qu’ils considèrent comme étant meilleur que celui qu’elles ont laissé derrière, où se trouvent leurs foyers, leurs graines et très probablement des êtres chers. Elles tombent souvent sous contrôle de maffias de trafic humain ou des gangs violents.

La “jungle” de Calais a grandi d’une façon si désordonnée et chaotique, que les autorités françaises sont incapables de la contrôler. À Londres, de l’autre côté du canal, les Britanniques regardent avec méfiance et peur, ce groupe énorme qui prétend arriver en territoire du Royaume-Uni.

Calais, dans le Nord de la France, est le point de connexion entre les deux pays. Les frontières communes s’y trouvent. C’est pour cette raison qu’elle est devenue un point névralgique de concentration d’immigrants et de réfugiés.

Quelqu’un a eu l’idée “géniale” de dresser un mur, qui sera construit en territoire français, mais dont le financement sera assuré par la Grande Bretagne. Ils se sont dits que, s’ils sont dépassés par un problème, il faut au moins l’enfermer pour ne pas le regarder.

Le mur, qui sera construit avec du matériel lisse de telle sorte qu’il ne puisse pas être grimpé, devra débuter ce mois-ci et il devrait être terminé vers la fin de l’année.

Les habitants de la “jungle”, seront donc enfermés par un mur qui sera le symbole de la fin de leur liberté, s’ils en jouissaient vraiment. La misère est la pire des prisons. Le mur sera le symbole du cessez de l’égalité. A vrai dire la majorité des gouvernements européens n’en ont jamais éprouvé à leur égard. Ce sera aussi le symbole du naufrage de la fraternité.

Le mur de la honte de Calais symbolise l’échec de l’Union Européenne pour contrôler un problème qu’elle a aidé à créer et dont la solution ne se trouve pas dans ce continent, certes. Il faut réparer en tout premier lieu les dommages causés aux pays d’origine des immigrants, faire taire les canons de la guerre et les balles silencieuses de la faim et des maladies. À moins que cela ne se fasse pas rapidement, il n’y aura pas de murs, aussi modernes soient-ils, capables de contenir les masses désespérées.

Guillermo Alvarado

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/105187-un-autre-mur-de...
URL de cet article 30862
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où règne la civilisation occidentale toutes attaches humaines ont cessé à l’exception de celles qui avaient pour raison d’être l’intérêt.

Attribuée à Louis Aragon, 1925.


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.