Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un éclair de lucidité contredit par les agissements de son auteur

Dans un éclair de lucidité aussi surprenant qu’étonnant venant de sa part, l’inénarrable occupant de la Maison Blanche a qualifié l’intervention de son pays au Moyen-Orient et en Afghanistan de « pire faute dans l’histoire des Etats-Unis ». Pour justifier son sévère jugement sur ces interventions, il a invoqué le coût financier faramineux qu’elles ont eu pour les EU mais sans faire aucune allusion à celui humain qu’elles ont eu pour les peuples de ces régions et à la situation chaotique qui en a résulté pour leurs pays.

De son constat, il faut néanmoins se garder de déduire que Donald Trump aurait en tête de rompre avec la politique et les objectifs géostratégiques qui ont fait s’engager les Etats-Unis dans les belliqueuses interventions qu’il estime avoir été la pire faute de l’histoire de son pays. En effet, s’il a désigné à raison son prédécesseur George W. Bush comme celui qui a fait faire cette pire faute historique aux EU, tous les indicateurs montrent que lui aussi s’apprête à la fourvoyer dans une aventure qui ne sera pas moins fautive que celle qu’il lui reproche. Tout comme George W. Bush s’était donné pour prétexte d’ordonner les interventions qu’il lui impute, la collusion supposée de régimes de la région dont elles ont visé les Etats, avec le terrorisme international, le fantasque Donald Trump s’est fait à celui d’une menace iranienne de même nature qu’il lui faut faire cesser par l’intervention militaire.

N’étant pas moins animé que son prédécesseur par la pulsion belliciste, Donald Trump n’a pour préoccupation sur l’entreprise anti-iranienne qu’il a décidé d’ordonner tôt ou tard que celle qu’elle sera du moindre coût financier pour les Etats-Unis. C’est à la faire financer par d’autres qu’il s’est employé depuis son arrivée à la Maison Blanche. Il n’a pas grande difficulté à y parvenir car il a ciblé des bailleurs de fonds qui font la même fixation que lui sur la prétendue menace iranienne et sont prêts à payer le prix qu’il demande pour les en débarrasser. Pour aussi exorbitante que soit la contribution financière qu’en rusé homme d’affaires il est en train de leur soutirer en jouant sur leur peur panique du supposé péril iranien, ces bailleurs s’exécutent sans rechigner. Ils se trouvent être en effet si richissimes qu’ils n’ont cure des colossales sommes qu’il les somme de débourser.

Cela étant, la faute que Donald Trump s’apprête à commettre risque par ses conséquences d’induire pour la région, les Etats de celle-ci qui l’incitent à entreprendre sa belliciste intervention anti-iranienne et pour son propre pays une situation qui échappera inéluctablement à toute gestion et contrôle. L’Iran sera probablement détruit comme l’a été l’Irak mais ce résultat provoquera un tsunami qui n’emportera pas que ce pays. Pour que cela ne se réalise pas, il faudrait que Donald Trump, qui a fait preuve de lucidité sur le caractère fautif des interventions étasuniennes menées par son sulfureux prédécesseur, tire la conclusion qu’il exposerait son pays à récidiver dans l’erreur en allant faire la guerre à l’Iran. Ce n’est hélas pas la conclusion qu’il s’est faite et toutes ses provocations et menaces à l’encontre de ce pays le démontrent.

URL de cet article 33848
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

En conscience je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Alain Refalo
Alain REFALO
Le manifeste des enseignants désobéisseurs : un ouvrage qui dénonce la déconstruction de l’école de la République. « Car d’autres enseignants (…) ont décidé de relever ce défi de la lutte contre la déconstruction de l’école publique. Ils sont entrés en résistance, sans se payer de mots inutiles. Une résistance radicale, mais responsable. Une résistance transparente et assumée. Pour que le dernier mot de l’histoire n’ait pas la couleur de la désespérance. » Des îlots de résistance - 164, rue du Faubourg (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.