Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les médias et l’Eglise vénézuélienne contre la vérité et contre... le pape

Venezuela : Fabriquer une guerre depuis les coulisses

La « guerre » vénézuélienne a réellement lieu dans la presse internationale et sur les réseaux sociaux.

Ici il existe bien sûr des foyers de violence, dont beaucoup pourraient être taxés de terroristes, par exemple lorqu’ils entraînent la destruction d’un immense entrepôt qui contient des médicaments alors que les coupables savent parfaitement combien ceux-ci se font rares et qu’ils connaissent le besoin urgent de la population dans ce domaine.

Il y a des actes de vandalisme durant lesquels des magasins sont pillés pour en voler des articles de luxe, ce qui démontre que la priorité n’est pas de trouver de quoi manger.

Ce qu’on voit ici, c’est une « guerre de la puce » bien calculée et bien dirigée, qui ne nécessite pas de grandes concentrations de population : des groupes de jeunes qui bloquent deux ou trois avenues importantes et sèment le chaos, la police arrive, ils l’affrontent quelques minutes puis disparaissent pour réapparaître sur d’autres avenues. Comme une puce, ils piquent et s’en vont pour recommencer ailleurs.
Le problème de l’opposition c’est que malgré ses appels elle n’a pas obtenu qu’une partie importante de la population la suive. Voilà pourquoi sa violence et sa haine vont crescendo. Les études montrent que seul 1% du territoire national est touché par les manifestations, mais grâce à la grande presse, surtout internationale, ce chiffre dérisoire prend des proportions de « guerre civile ». Bien sûr les dirigeants de l’opposition disent que 85 % de la population déteste le président (car la « guerre » est dirigée contre lui, comme s’il n’existait aucun projet politique derrière sa personne). Si elle avait réellement le soutien de cette grande majorité, même les forces armées se seraient divisées. Soyons logiques.

J’ai parlé avec de nombreuses personnes, de celles qui doivent travailler chaque jour pour pouvoir manger, et elles trouvent que cette situation devient insupportable. J’ai déjà entendu des antichavistes dire qu’il faut mettre un terme à ces manifestations parce qu’elles les pénalisent de plusieurs façons. Certains enfants ne vont plus à l’école depuis un mois parce que leurs parents ont peur que le bus dans lequel ils font le trajet soit attaqué. Une école a déjà été attaquée sous prétexte qu’elle n’était fréquentée que par des enfants de chavistes ! Un acte démentiel !

Les aliments commencent à manquer dans la capitale parce que les propriétaires de camions ne prennent pas le risque de se les faire incendier. Mais les paysans sont gravement pénalisés parce que leurs fruits et légumes sont en train de pourrir...

La vérité c’est que tous les jours j’entends dire dans la rue ou dans les restaurants que le président Maduro est bien trop pacifiste et qu’il devrait y aller d’une main de fer, sans qu’il soit nécessaire de tuer personne. Mais qu’il est temps de freiner cette minorité de violents. Mais si avec un minimum de répression légale la presse internationale crie déjà au scandale, imaginons que la police vénézuélienne se mette à se comporter comme aux États-Unis, en Belgique, au Brésil...

Ce que cette presse ne dit pas, c’est que le Venezuela doit être la seule « dictature » dans laquelle les opposants, journalistes inclus, insultent les autorités de tous les noms, plus vulgaires les uns que les autres, dans les médias. Disons que cela puisse être toléré, mais qu’ils appellent à mener des actes de vandalisme, des actions terroristes et même à assassiner des chavistes... Et il ne se passe rien, personne n’est sanctionné. Ni la personne qui tient ces propos ni le média qui les diffuse. La presse internationale ignore cet état de fait, car dans ce genre de cas elle est aveugle et sourde.

Cela montre au passage le niveau de « répression » et le degré de « manque de liberté d’expression » qui existent ici. Il en faut beaucoup moins en Colombie ou au Mexique pour que les groupes paramilitaires de l’État assassinent les opposants. Et en France, en Espagne ou aux États-Unis, la prison est là pour punir ce genre de délit.

C’est une étrange dictature qui appelle chaque jour l’opposition, même la plus violente, au dialogue.

Le Venezuela est un cas si particulier ces temps-ci que même la Conférence épiscopale est allée à l’encontre des déclarations du Pape. Le Pape, sa plus haute autorité ! Le souverain pontife a dit et répété aux évêques qu’ils devaient participer au dialogue national pour la paix. Ils ne l’ont pas écouté. C’est seulement vendredi dernier, après des semaines d’insistance, qu’ils ont accepté de recevoir une délégation du gouvernement.

Par contre avant cela ils avaient organisé une conférence de presse au cours de laquelle ils sont encore une fois sortis de leur champ de compétences, en insistant sur le fait qu’ils n’étaient pas d’accord avec la convocation du gouvernement pour une Assemblée Constituante. Celle-ci aurait comme objectif de réunir tous les Vénézuéliens pour discuter de l’avenir du pays, ce qui donnerait lieu à une réforme de la Constitution.

Le communiqué des évêques vénézuéliens, lourd de conséquences, dit ceci : « Les thèmes présentés par le président de la République pour soutenir sa proposition ne visent pas à résoudre les graves problèmes qui pèsent sur les Vénézuéliens, mais à prolonger la présence de son gouvernement au pouvoir. (...) L’appel à une telle Constituante est inutile et s’avère dangereux pour la démocratie vénézuélienne, pour le développement humain et intégral et pour la paix sociale. » Ils ajoutent : « En définitive, cette proposition vise à imposer le ‘Plan de la Patrie’, traduction opérationnelle du ‘Socialisme du XXème’ siècle qui est un système totalitaire, militariste, policier, violent, oppresseur qui est à l’origine de tous les maux dont souffre notre pays. » Et comme si cela ne suffisait pas, ces « représentants de Dieu sur terre » achèvent leur communiqué par ces mots : «  Nous rejetons la convocation à cette Assemblée constituante, et nous exhortons la population en général à ne pas se résigner, à élever sa voix de protestation (...) », ce qui actuellement ne fait qu’apporter de l’eau au moulin des groupes violents et accroître la violence.

Hernando CALVO OSPINA

Journaliste colombien, Hernando Calvo Ospina a connu la prison et la torture en Equateur avant d’être libéré sous la pression internationale et accueilli en France en 1986.
Pour son travail, il a rencontré et interviewé (entre autres) Fidel Castro, Hugo Chávez, Rafael Correa, Danielle Mitterrand, l’évêque Jacques Gaillot, James Petras, les commandants des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) et… les membres du célèbre « Cartel de Medellin ».
Il écrit dans plusieurs médias (dont le Monde diplomatique), Il est l’auteur de plusieurs livres, traduits dans une dizaine de langues.
Il a publié 70 articles sur LGS, tous consultables en archives libres pour les curieux qui s’intéressent aux effets du vieillissement sur les articles.

Dans l’échelle Albert Londres du DECODEX du Grand Soir, il est noté 4,85 sur 5 alors que le « journaliste » du Monde Paulo Paranagua plafonne à 0,5 (à égalité avec ses confrères de Libération).

»» http://hcalvospina.com/articles/22-05-17-venezuela/22-05-17-venezuela.html
URL de cet article 31904
   
Même Auteur
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.