Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Venezuela, le 8 décembre 2013

À l’approche des élections du 8 décembre, l’opposition vénézuélienne soutenue et financée par des "éléments extérieurs" utilise tous les moyens pour déstabiliser le pays.

Ces derniers mois, le gouvernement vénézuélien, dirigé par le président Nicolas Maduro, a signalé de nombreux cas de sabotage du système électrique du pays, accompagné d’une campagne soutenue pour saper l’économie de la nation. La majorité des médias à l’échelle internationale, ainsi que par les médias privés du Venezuela, se sont moqués des graves allégations du président vénézuélien. Ils ont plutôt tenté de mettre sur le dos du gouvernement tout ces dommages causé au pays.

Cependant, un document [1] interne de trois organisations, en Colombie et aux États-Unis, révèle un plan particulièrement vicieux contre l’État vénézuélien afin de provoquer de la violence dans le but de justifier une intervention internationale avant les élections communales du 8 décembre. Les auteurs de ce texte proposent de "créer la crise dans les rues pour faciliter l’intervention des forces américaines et de l’OTAN, avec le soutien du gouvernement de la Colombie".

Ces derniers mois, le Venezuela a connu des problèmes de pénuries de produits de base tels que le papier hygiénique, le sucre, le lait, l’huile, le beurre et la farine entre autres. Les autorités vénézuéliennes ont saisi des tonnes de ces produits dans les magasins appartenant à des hommes d’affaires liés à l’opposition. Ils ont également saisi de grandes quantités de ces produits à la frontière avec la Colombie, où ils sont vendus en contrebande.

Après l’échec du coup d’État contre Hugo Chavez en 2002 qui avait été organisé et soutenu par le gouvernement américain, il y a eu de nombreuses tentatives pour le renverser à travers le sabotage économique, les tentatives d’assassinat, la guerre psychologique, le financement extérieur aux forces d’opposition et de la tentative d’isoler le pays sur le plan international qui a finalement échoué.

L’une des faces visibles des tentatives de déstabilisation du gouvernement Chavez est l’ancien président de la Colombie, Alvaro Uribe. L’ex-président colombien a terminé sa présidence en 2010 en appelant à une intervention internationale au Venezuela avec l’intention d’éliminer le président Chavez et sa révolution bolivarienne. Uribe a passé des années à diffamer le président Chavez et son gouvernement et à renforcer des liens avec les secteurs anti-Chavez à l’intérieur et à l’extérieur du Venezuela. La mort du président Chavez en mars 2013 n’a pas empêché Uribe de poursuivre son action contre la souveraineté du Venezuela.

Le Venezuela est l’objet d’attaques, comme elle l’a été pendant ces 14 dernières années, depuis le début de la révolution bolivarienne et du sauvetage de la souveraineté, de l’indépendance et de la dignité du pays. N’oublions pas que le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde.

Les intérêts puissants qui veulent contrôler ces riches ressources ne sont pas près de s’éteindre.

Bernard Tornare, le 6 Novembre 2013.

»» http://b-tornare.overblog.com/2013/11/venezuela-le-8-d%C3%A9cembre-2013.html

Ce billet est inspiré de l’article : Conozca "El plan de desestabilización contra Venezuela" preparado por la Fundación de Uribe (la Iguana tv)


[1Ce document, intitulé "Plan Estratégico Venezolano" (Plan stratégique du Venezuela), a été préparé par la "Fundación Internacionalismo Democrático" de l’ancien président colombien Alvaro Uribe, ainsi qu’avec la "First Thought Foundation Center" et la" US-Colombie consultants FTI Consulting". Il a été rédigé le 13 Juin 2013, lors d’une réunion entre les représentants de ces trois organisations et des dirigeants de l’opposition vénézuélienne comme Maria Corina Machado, Julio Borges et Ramón Guillermo Avelado. Ils étaient accompagnés par l’expert en guerre psychologique JJ Rendon et le chargé de l’ "Agencia Internacional de Desarrollo de Estados Unidos" (USAID) pour l’Amérique latine, Mark Feierstein.


URL de cet article 23220
   
Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois. »

Goethe


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.