Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Vers un totalitarisme rampant...

La dernière péripétie grecque qui consiste à passer outre l’opinion du peuple en vue de la détermination d’une politique qui le concerne au premier chef, n’est ni une erreur, ni un faux pas dans la précipitation imposée par la crise financière.

L’épisode Irlandais pour imposer au peuple son entrée dans l’Europe et l’épisode du Traité Constitutionnel Européen imposé aux Français via le Parlement, alors qu’il l’avait refusé par référendum,… entrent dans une logique politique qui tend aujourd’hui à devenir une pratique courante.

LES NOUVELLES CONTRAINTES DU CAPITALISME

On savait depuis des décennies, et même pourrait-on dire depuis sa domination au 19e siècle, que l’impératif du capital était, et est, de prospérer en exploitant la force de travail et toutes les autres techniques - financières en particulier - qui pourraient servir son objectif principal,… faire de l’argent.

Tant que cette activité s’est déroulée au sein même des grands pays industriels - ceux là même où est né le capitalisme -, sous leur contrôle et avec la possibilité de piller consciencieusement, et sans opposition, les richesses de la planète, le capital a pu, et su, se montrer relativement généreux pour celles et ceux qu’il exploitait.

La lutte entre exploiteurs et exploités a été dure, mais ces derniers ont réussi à arracher des avantages économique et sociaux constituant ce que nous appelons aujourd’hui les « acquis sociaux ». Les premiers avaient d’ailleurs intérêts à céder ne serait ce que pour s’assurer une paix sociale propice aux affaires…

Les conditions d’après la 2e Guerre Mondiale, et surtout après la décolonisation ont « redistribué les cartes ». Les conditions de valorisation du Capital se sont internationalisées, débordant les frontières protectrices des « états-nation »… ouvrant la voie à une déréglementation financière et faisant basculer le capitalisme d’un « capitalisme industriel » à un « capitalisme financier », autrement dit vers des activités financières pourvoyeuses de profits jamais réalisés auparavant. C’est donc tout à fait logiquement que l’économie réelle, celle des entreprises, des ménages, est devenue, en quelque sorte, la variable d’ajustement de l’économie financière, celle des marchés financiers.

Les Etats, quelle que soit leur couleur politique, ont été complice de cette évolution, faisant le choix d’assurer cette libéralisation de l’économie. Pas seulement la finance, mais aussi les services publics, la santé, l’Ecole, les retraites,…

Le rôle d’arbitrage de l’Etat, traditionnel dans l’Etat-nation en période de capitalisme industriel, a quasiment disparu… Seul prime l’intérêt du Capital dés lors mondialisé.

Les salariés, marginalisés, atomisés et affaiblis, dans un rapport de force défavorable, sont désormais à la merci des exigences des acteurs financiers de l’économie. Leurs acquis sociaux sont peu à peu rognés.

L’Etat reprend son rôle traditionnel de garant du système et impose, sans discussion, l’ordre au service des intérêts du capital.

POURQUOI UNE TENDANCE TOTALITAIRE ?

Cette nouvelle situation a des conséquences considérables dans la sphère du politique.

Ce que nous appelons la démocratie, était fondée sur une situation dans laquelle la société offrait des conditions d’existence plus ou moins acceptables aux salariés,… mais encore avaient-ils un emploi, un revenu et pouvaient-ils revendiquer, lutter pour améliorer leurs conditions de vie. C’est cette situation qui explique probablement que dans aucun pays capitaliste développé, la classe ouvrière n’a jamais renversé le système qui l’opprimait… la situation était supportable et offrait des perspectives d’amélioration.

Aujourd’hui, les conditions de développement du capitalisme peut largement, en particulier dans les vieux pays industrialisés, se passer de la force de travail disponible dans la société… Ceci explique l’extension de l’exclusion, qui a pris le pas sur ce qu’était l’exploitation. Autrefois on luttait contre l’exploitation capitaliste, aujourd’hui on craint l’exclusion.

Les salariés n’ont plus face à eux des patrons, en chair et en os, mais des entités évanescentes et insaisissables : les marchés.

Or, un système qui est incapable de produire du lien social, de la cohésion sociale - ici le salariat - est forcément fragilisé quant à l’ordre qu’il doit faire régner. Le Capital ne payant plus, les conquêtes sociales étant inexistantes, la régression sociale généralisée, l’exclusion s’étendant à toutes les couches de la société,…seule la force, la contrainte, la répression deviennent les moyens de la stabilité.

Tant que l’illusion de la « démocratie politique », maintenue par une classe politique parasite et complice, à grand renfort de médias, fera illusion, un semblant d’ordre existera, ce qui n’empêche pas la déliquescence sociale : communautarisme, délinquance, contestation,…. Mais cette situation ne peut durer qu’un temps.

Le pouvoir politique prend de plus en plus ses aises, avec les principes dont il se réclame : lorsque le peuple ne vote pas comme il faut,… il contourne la décision avec l’aide des politiciens : exemple du Traité Constitutionnel Européen en France, exemple de la pression des dirigeants européens pour éviter une consultation populaire en Grèce à propos du programme européen qui lui est imposé.

Certes, on peut considérer ces évènements de manière isolée, mais à y regarder de près, c’est en fait une tendance qui s’instaure. On assiste en fait à un véritable détournement de légitimité.

Détournement d’autant plus simple à justifier que l’on peut toujours expliquer que « les représentants du peuple expriment la pensée de celui-ci qui finalement n’a pas besoin d’être consulté » (CQFD). Détournement d’autant plus facile à opérer que les dirigeants savent que le peuple n’a aucun moyen de pression, aucune auto organisation, aucune perspective en dehors des institutions… et qu’il participe, faute de mieux, et par peur de l’inconnu, passivement à la mascarade électorale qui verrouille tout.

La révolte que celui-ci peut exprimer est facilement contrôlable grâce aux mercenaires (armée, police) du pouvoir qui explique que cette force est « démocratique » puisque dirigée par des représentants élus. (CQFD).

L’arrivée en Grèce, au gouvernement de membres d’un parti d’extrême droite (trois secrétaires d’Etat),… ça ne vous rappelle rien ? Sans faire une similitude qui pourrait être abusive, un tel évènement a tout de même une signification politique évidente, dans un pays en quasi faillite et pour sauver le système.

Ainsi, « de fil en aiguille » au nom d’impératifs économiques et financiers qualifiés d’incontournables et « naturels »,… et avec la meilleure volonté « démocratique » du monde on fini par instaurer et à accepter un système politique totalitaire.

Le système politique se met alors à nu, dévoile ce qu’il est réellement : un instrument de domination sociale.

Dans les têtes et dans la rue il est alors trop tard pour faire marche arrière. La sortie de ce cauchemar coûte généralement très cher.

Le fascisme a été dans l’Histoire du 20e siècle un des moyens qu’a trouvé le capitalisme pour dépasser une situation bloquée et éviter sa remise en question. Le fascisme n’est pas exogène au capitalisme, mais une de ses productions, à un moment donné pour dépasser ses contradictions. Ceci montre le caractère éphémère, fragile de ce que nous appelons la démocratie. Celle-ci n’existe que lorsque le Capital la trouve conforme à ses intérêts… mais il peut parfaitement s’en passer… la Chine, la Russie en sont de parfaits exemples… et l’Histoire du 20e nous en donne de multiples exemples.

On ne pourra pas dire que l’on n’a pas été prévenu.

Patrick MIGNARD

Novembre 2011

URL de cet article 15123
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Thème
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.