Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Violence sexuelle et viol - Si la famille écoutait ?

Les conséquences de la violence sexuelle et du viol n’ont pas de limites dans le temps. La victime devra vivre avec ses traces, physiques et psychologiques, toute sa vie. Je parle de traces, car il s’agit bien de l’empreinte laissée par l’agresseur, indélébile comme une marque au fer rouge. Cette marque, invisible des autres, agit comme un miroir déformant. Un miroir qui empêche la victime de se voir et de voir la vie, telles qu’elles sont, et qui la tient enfermée dans sa prison. Survivre à un viol est un combat de chaque minute. Il n’y a plus d’intégrité du corps et le bien-être psychologique a disparu à la minute où l’agresseur a terminé de commettre son acte. Commence alors un long chemin de croix : souvent, la victime ne sait pas vers qui se tourner. Quand elle ose parler, on ne la croit pas. Si, par chance, quelqu’un tient ses dires pour véridiques et l’encourage à porter plainte, elle doit affronter sa honte et le doute des autorités. En effet, quand une victime parle, la première réaction des interlocuteurs est de douter. La victime est menteuse, où c’est de sa faute.

Être violée quand on est adulte est probablement l’expérience la plus destructrice. Cela anéantit à la fois l’intégrité du corps et de son intimité, mais aussi l’image de soi. On devient morcelé. Plus jamais on ne sera la même personne. La honte, fortement alimentée par les propos généralement tenus au sujet des femmes abusées sexuellement, gruge peu à peu la confiance en soi.

Mais qu’en est-il quand on est enfant ? Comment survivre à un acte barbare, souvent commis par un proche ? Comment comprendre qu’on n’est pas responsable ? L’agresseur utilise la force, la violence physique, la séduction ou la manipulation. « C’est un secret. » « Tu es aussi coupable que moi, si tu parles… » Un oncle, un frère aîné, un père. La famille devrait être l’endroit où un enfant se sent le plus en sécurité. Les parents devraient être vigilants et les premières personnes à écouter leur enfant. Pourtant, c’est loin d’être la réalité. Combien de familles ferment les yeux, nient ce qu’elles soupçonnent ou voient ? Combien de familles trouvent qu’une fillette est bien difficile ! « Elle a mauvais caractère », dit-on pendant les réunions familiales. « Elle est bizarre. »

Si, devenue adulte, la victime trouve le courage et la force de parler, la famille a tendance à l’ignorer, à la traiter de menteuse. En agissant de la sorte, la victime est condamnée pour un acte dont elle n’est pas responsable. Condamnée par les personnes qui devraient la protéger. Je pense toujours avec admiration au superbe film Festen, de Thomas Vintenberg. Terrible secret de famille révélé par Christian, abusé ainsi que sa sœur jumelle par son père quand ils étaient enfants. Cette dernière s’est suicidée, seule issue possible pour elle. Ce film montre comment une famille peut être criminelle. Criminelle en cachant un serpent dans son sein. Criminelle en refusant de croire l’enfant victime. Criminelle en faisant comme si tout allait bien.

Des enfants abusés sexuellement, se suicident une fois devenus adultes. D’autres, hantés par ce souvenir, passent à côté de leur vie et ne peuvent jamais devenir ce qu’ils auraient pu être. Leurs rêvent ont été tués par le viol. Un trou dans le cœur, ils survivent. Ceux qui parlent doivent accepter d’être considérés comme les perturbateurs d’une pseudo-harmonie familiale. Enfin, les victimes sont souvent condamnées à côtoyer leur agresseur, sauf si elles coupent les liens avec leur famille et acceptent tout ce que cela implique. Solitude et incompréhension de l’entourage devant une telle ingratitude. La famille a un devoir de protection envers ses enfants, même quand ils sont devenus adultes. Parents, oncles, tantes, cousins, cousines, frères et sœurs ne devraient pas ostraciser la victime qui ose parler, mais lui tendre la main et surtout l’écouter. En agissant de la sorte, ils lui redonneront confiance en elle ainsi que sa légitimité d’exciter dans sa famille et dans sa vie.

Claude Jacqueline Herdhuin
Autrice, réalisatrice

URL de cet article 31631
   
Cinq Cubains à Miami
Maurice LEMOINE
6 octobre 1976, La Barbade : un attentat détruit en vol un DC-8 de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). 12 avril au 4 septembre 1997 : une série d’explosions frappe les hôtels de La Havane. A l’origine de ces actions terroristes qui, depuis 1959, ont fait plus de 3 400 morts à Cuba : Miami ; la très honorable « Fondation » ; quelques personnages ténébreux : Luis Posaril, Pepper Nández, Jorge Maskano, le docteur Orlando… Une même obsession les habite : en finir avec le régime et faire la peau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.