Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Vous avez dit "fainéants" ?

Fainéants !, vous dis-je.

Devinez qui, de Macron ou de Wauquiez (et de beaucoup d’autres, hélas) a pu prononcer les phrases suivantes :

« Les plaintes de quelques personnes de la populace livrées à la misère parce qu’elles se livrent à la fainéantise, les plaintes de cette espèce ne méritent que du mépris ». Ou bien encore : « Les femmes et les filles misérables de la campagne feraient de bonnes moissonneuses : ne sont-elles pas habituées, en effet, à « avoir le corps courbé vers la terre » ? Leur misère n’est autre chose que le résultat d’une coupable fainéantise. Ou bien encore, dans le genre économiste allumé : le ruissellement du riche au pauvre se fait de lui-même et ce serait mal connaître l’ordre naturel (sic) des choses que d’avoir sur cela le moindre doute.

Avez-vous deviné ? Non, ce n’est pas un actuel petit marquis élitiste et égoïste qui a prononcé ces paroles, mais quelques-uns de ses prédécesseurs :

1 ) Boutin de La Coulommiers, Intendant de Bordeaux, 1765,

2) Société d’agriculture d’Orléans – 1784,

3) Calonne, alors jeune intendant de Metz, qui parlait du « reversement » pour évoquer l’actuelle escroquerie dénommée « ruissellement ». Ces trois citations sont extraites de Marc Bloch, les caractères originaux de l’histoire rurale française.

Où l’on voit que le mépris de classe et la morgue actuels sont les mêmes que ceux des « aristocrates » du XVIIIe siècle. Rien appris, rien oublié, disaient les émigrés chassés par la Révolution. Il y en a qui chaussent avec délectation les mêmes escarpins !

URL de cet article 32502
   
Même Thème
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.