RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Code Chavez - CIA contre Venezuela

Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant.
Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne psychologico-médiatique en 2004, médiamensonges incessants pour préparer une invasion...

Code Chavez révèle tout : noms des agents, méthodes de financement, couvertures employées (partis, syndicats, « ONG », instituts de « sondage », télés privées...), et les trucs employés pour manipuler l’opinion. Il faut savoir que les mêmes noms, les mêmes « ONG », les mêmes trucs ont été ou sont utilisés en Yougoslavie, Géorgie, Ukraine, Russie, Biélorussie ainsi qu’en Afrique et en Amérique Latine.

Code Chavez : un outil indispensable pour quiconque veut comprendre les méthodes concrètes, aujourd’hui et demain, de la « démocratie made in USA ».

EVA GOLINGER est avocate vénézuélienne et nord-américaine. Spécialiste du droit international et d’immigration, elle poursuit un travail d’investigation l’implication des Etats-Unis dans le coup d’Etat contre Chavez.

Extrait du livre :

Nicaragua et Chili : le manuel du coup d’Etat

La présente intervention américaine au Venezuela a été mise en oeuvre en trois phases, chacune s’adaptant aux circonstances découlant de l’échec de la précédente. La stratégie américaine au Venezuela a suivi les recettes et les grandes lignes d’intervention en Amérique latine. Les tactiques employées au Venezuela apparaissent comme une version modifiée de celles antérieurement appliquées au Chili (années 1970), au Nicaragua (années 1980) et à Haïti (années 1990). Qu’il s’agisse de fomenter un coup d’État (Chili et Haïti) ou de fausser les processus électoraux, ces méthodes ont abouti chaque fois à l’éviction d’un président démocratiquement élu.

Ces dernières années ont montré bien des points communs avec l’histoire du Chili de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Des méthodes proches du coup d’État et des grèves qui ont frappé le Chili ont également été employées contre le Venezuela. Toutefois, ce dernier a su y résister et surmonter les tentatives du mouvement d’opposition de droite, appuyé politiquement et financé par le gouvernement américain. Malheureusement, le Chili dut succomber à une prise de pouvoir par la violence qui entraîna l’assassinat d’un président démocratiquement élu et soutenu par le peuple, Salvador Allende, et l’instauration d’une dictature parmi les plus brutales de l’histoire de l’Amérique latine. Les mains sanglantes du gouvernement américain étaient partout présentes, dans le coup d’État de 1973 au Chili. Par la suite, des documents secrets « déclassifiés » et acquis par les Archives de la Sécurité nationale allaient révéler les intrigues complexes mijotées par Henry Kissinger et sa clique pour écraser la montée du socialisme dans la région.

Au Chili, les États-Unis ont employé des tactiques qui se sont maintes fois avérées efficaces. Avant le coup d’État, ils étaient parvenus à injecter des centaines de milliers de dollars dans des syndicats, des fédérations patronales et des organisations sociales désireuses de s’unir afin de faire front contre Allende. Les États-Unis tentèrent d’empêcher l’élection d’Allende en 1970 en renforçant et en soutenant des partis et candidats d’opposition, mais l’écrasante popularité du leader socialiste ne laissa d’autre choix aux États-Unis que la voie de la violence.

URL de cet article 8436
   
Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.