Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Affaire Renée Lafont : où en est-on ? Lettre ouverte à MM. Macron et Philippe

L’initiative citoyenne (exhumons les restes de René Lafont et rapatrions-les en France avec l’hommage que la journaliste mérite ») a eu un écho politique important en France (La Dépêche du Midi, L’Humanité, La République des Pyrénées, Sud-Ouest, France Inter...), et en Espagne, où de nombreux médias ont repris la dépêche de l’agence nationale de presse EFE, relayant l’initiative française et son bien-fondé. Nous avions envoyé à l’Elysée, par message électronique, le 11 février dernier (avec accusé de réception de l’outil « écrire au président » ce même jour), une première requête ainsi que l’appel citoyen (voir lien pétition sur « mesopinions.com »).

Nous n’avons à ce jour reçu aucune réponse, ce qui nous amène à réitérer notre démarche, avec plus d’insistance, auprès d’un président de la République et d’un premier ministre qui ne sauraient éluder leurs responsabilités en la matière, conformément à la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, Art-9, C, notamment (texte ratifié par la France en septembre 2008, et entré en vigueur en décembre 2010). La disparition forcée, l’absence de jugement adéquat sont par ailleurs des crimes contre l’humanité (art 7, Statut de Rome de la CPI), et par là même imprescriptibles.

Monsieur le président de la République, E. MACRON

Monsieur le premier ministre, E. PHILIPPE

Depuis 82 ans, une journaliste et romancière française, Renée Lafont, née à Amiens en 1877, gît dans une fosse commune, à Cordoue (Espagne), aux côtés de 2 000 autres suppliciés du franquisme.

Elle couvrait les combats de Cordoue (été 1936) pour le compte du « Populaire », journal de Léon Blum, artisan d’une « non-intervention » aux allures de « farce tragique ».

Sur le front, elle est blessée par des tirs de phalangistes, capturée ; et la version un temps officielle fait état de mort par « anémie et hémorragie ». Depuis, les témoignages et les archives ont pourtant confirmé qu’elle fut bel et bien fusillée le 1er septembre 1936 par les franquistes, accusée intentionnellement d’espionnage au profit du gouvernement de Madrid. Courageuse, sur le chemin de la mort, elle saute du camion et tente de s’évader. Renée Lafont est une femme en avance sur son temps, libre, engagée, très cultivée, polyglotte, traductrice de grands auteurs espagnols, et romancière de renom.

Depuis 1936 et 1937 (citée furtivement au Congrès de la SFIO), elle a été victime d’un pesant oubli, d’une amnésie imposée, et ni son engagement ni sa mémoire n’ont reçu quelque écho, quelque hommage que ce soit. Qui dérange-t-elle ? Qui n’a pas intérêt à ce que s’ouvrent, conformément aux juridictions internationales, les fosses communes du franquisme ? L’Espagne est, à n’en pas douter, le second génocide, après Pol Pot : entre 115 000 et 150 000 corps restent sans sépulture digne de ce nom. Si le gouvernement espagnol du Parti populaire s’en contrefiche royalement, (il a même supprimé toute subvention aux associations mémorielles), le Conseil municipal et la Mairie de Cordoue ont majoritairement voté pour la constitution d’équipes pluridisciplinaires afin de réaliser un premier état des lieux des deux grandes fosses des cimetières cordouans, et pouvoir, selon les autorités municipales, commencer les travaux d’ouverture et d’exhumation en avril prochain. Le Conseil municipal de Cordoue est en outre engagé dans une politique de justice transitionnelle, basée sur les notions essentielles de « vérité, justice et réparation ». Il met également en place une réelle politique de défranquisation. La France a donc des interlocuteurs motivés, et parfaitement légitimes.

Un appel citoyen a recueilli plus de 1 400 signatures afin de mettre un terme à cette insoutenable situation, à un tel déni de justice. De nombreuses associations, mouvements, se sont prononcés, et continuent de le faire, dans le même sens.

Vous vous devez, Monsieur le président, monsieur le premier ministre, de répondre au questionnement et à la requête de ces citoyens français attachés à la mémoire historique autant qu’à la défense des Droits de l’Homme, hier comme aujourd’hui.

Il serait temps que la France exige l’ouverture de la fosse cordouane de La Salud, et l’exhumation des corps, afin d’en identifier toutes les victimes et plus particulièrement celui d’une citoyenne française. Lorsqu’il y a crime contre l’humanité, vous le savez, la législation internationale demande aux Etats d’assumer leurs responsabilités, conformément aux différents accords et textes de droits internationaux et de droits universels Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, Haut Commissariat des Droits de l’Homme, 2006 ; Conventions de Genève, ONU, Bruxelles...)

Dans l’attente d’une réponse, qui pourrait difficilement être négative, nous vous prions, Messieurs, d’agréer, l’expression de notre haute considération et de nos sentiments républicains.

Jean ORTIZ, Maître de Conférences honoraire, Université de Pau, fils de combattant républicain de la Guerre d’Espagne (Albacete), et maquisard (« guerrillero ») en France (Aveyron, Bassin de Decazeville)

URL de cet article 33008
   
Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.