Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

20 

Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.

Pour un antiracisme universaliste et politique, non campiste, sans faiblesse face aux intégrismes religieux ! Proposons au débat un antiracisme politique, non campiste, qui n’est ni de droite ni de gauche, mais qui s’oppose 1) contre l'extrême-droite raciste et 2) contre une certaine gauche couvrant l’intégrisme musulman (puisque c’est son défaut).

Pour ce faire, il faut casser deux « mises en communauté » , procédé englobant de camouflage ; car chaque communautarisme cache chacun sa peste autoritaire. Ce qui revient à sortir du campisme !

NB : Le positionnement peut être tout autre au plan socio-économique - à propos des rapports sociaux de travail, de logement, de solvabilité face aux marchés, de répartition des richesses, etc - mais ce n’est pas la question. Ici c’est hors sujet. Je n’irai pas à la prochaine manifestation qui couvre l’idéologie pro-voile et milite contre la loi de mars 2004 et de son extension proposée !

Christian DELARUE
Membre du CN du MRAP mais ici en contribution à débat démocratique

I - Voici quelques positions de base :

1 - Refuser le néo-campisme contemporain suppose de casser deux communautarismes, deux fausses communautés d’une part celle dominante pro-nord de type couvrant le suprématisme blanc, globalement anti-islam sans distinction (il y a des islam) et anti-musulman par essentialisme et d’autre part celle pro-sud et couvrant elle les intégrismes musulmans (intégrisme ne comprend pas le terrorisme - évidemment refusé) .

2 - Cela suppose de pratiquer politiquement par des alliances conjoncturelles, tant à droite qu’à gauche, du moins des cassures dans chaque camp, celui de droite et celui de gauche.

3 - Sur celui de droite, approuver l’interdit circonstancié - donc pas partout - des signes religieux ostensibles (comme au Sénat récemment) mais avec des personnes antiracistes et en capacité de tenir un discours universaliste s’opposant néanmoins à l’intransigeantisme religieux .

4 - Etendre la célèbre loi de mars 2004 (contre les signes religieux ostensibles...) mais pas partout : Le « Interdire mais pas partout » est très important face à l’extrême-droite comme ligne non campiste sur le sujet . Lire point II.

5 - Sur celui de gauche : ne pas couvrir les intégrismes musulman , protéger les musulmans du racisme et des discriminations

Commentaire : Il s’agit d’avancer tout en se gardant de confondre racisme anti-musulman et lutte contre les intégrismes religieux notamment lorsqu’il s’agit de circonscrire - par la loi - l’emprise des modalités intransigeantes de la religion en interdisant dans certains lieux - et donc pas partout comme le veut la droite qui essentialise le voile - les signes religieux ostensibles !

6 - Deux exemples : L’interdiction des signes religieux ostensibles dans les enceintes, locales ou nationales, politiques de la République. De même pour les parents faisant fonction de fonctionnaire en mission d’accompagnement d’élèves !

Commentaire : Aucun essentialisme ici, car un signe religieux s’enlève en entrant et se remet en sortant - sauf pour les intransigeants (intégrisme religieux). Pas de privilège pour une religion !

Respect et bienveillance aux athées et aux croyants et croyantes de toute religion - souci de la dignité due aux personnes - mais refus des comportements réactionnaires notamment de type intégriste qui sévissent transversalement sur la planète

II - INTERDIRE : Importance du « pas partout » !

La question du « glissement essentialiste » pointé jadis par Philippe Corcuff à propos du voile mérite une réponse . Il regrettait, à propos d’Ilhem Moussaid, la candidate du NPA , la position de Caroline Fourest qui consistait et consiste toujours pour une masse de gens à :« l’assimilation du voile à une entité politiquement réactionnaire (etc), même si la jeune femme se réclame d’un anticapitalisme progressiste et émancipateur » . On pourrait rajouter de nos jours dans une problématique similaire : « intégriste même si la personne le porte au nom de la pudeur et de la spiritualité » .

Jusqu’ou considérer le « même si » car si il ne suffit manifestement pas eu égard au contexte il convient d’assurer le respect à ces personnes.

C’est là qu’interviennent deux mécanismes importants à combiner :

- 1) le « test de l’intransigeantisme » (qui signe un comportement intégriste) de celui ou celle qui met son choix au-dessus de toute autre règle en refusant ou en acceptant de mettre momentanément son signe ostensible de religion dans sa poche quitte à le remettre dehors (car on ne saurait interdire partout) .

- 2 ) Le « pas partout » montre une considération anti-essentialiste car on pose une limite de protection d’un lieu contre tout signe dans une situation bien précise mais on ne dit bien qu’on ne va interdire partout (comme RL ou RN). Pas de société totalitaire !

Souvenir : Jacques Fortin, qui connait bien l’affaire Moussaid citée plus haut, disait grosso modo : acceptation dans la liste du NPA de la musulmane aux cheveux couverts par un foulard mais constamment (important le constamment ) mais ; PAS d’acceptation comme tête de liste car là il y a discordance forte entre les messages oraux et visuel. Il y avait d’ailleurs discordance avant ce stade, mais on voit avec cette position de J Fortin que je qualifierais de « compréhensive, mais pas naïve » du fait de la signification objective et largement mondialisée du voile comme outil de l’intégrisme sexyphobique et aussi, de plus, du fait d’un intransigeantisme qui s’y ajoute très souvent (na pas savoir enlever et remettre) !

Cela s’est reproduit avec la représentante du syndicat étudiant l’an dernier Maryam Pougetoux : soit on représente le syndicalisme, soit on représente l’islam en version identitaire forte largement mondialisée par les intégristes musulmans sexyphobiques (voire - un cran au-dessus - sexoséparatistes à la Erdogan - cf LGS). Pas tout en même temps sauf si syndicalisme communautaire ! Sauf entreprise confusionniste à repousser !

Christian DELARUE

http://amitie-entre-les-peuples.org/Casser-les-deux-communautarismes-l...

»» http://amitie-entre-les-peuples.org/Casser-les-deux-communautarismes-l...
URL de cet article 35386
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne croyez en rien avant que ce ne soit officiellement démenti.

Claud Cockburn


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.