RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Disparition de Khashoggi : Ryad pointé du doigt et les « démocraties » en mutisme embarrassé

Malgré les mises en garde de ses proches, le journaliste et dissident saoudien Jamal Khashoggi s’est rendu au consulat de son pays à Istanbul pour y effectuer des démarches administratives. Depuis, il n’a plus donné signe de vie et s’emble s’être littéralement volatilisé. Alertée de sa disparition, la police turque a ouvert une enquête qui bute sur la question de savoir si le journaliste est effectivement ressorti du consulat saoudien comme affirmé par le responsable de celui-ci ou si cela n’a pas été le cas ainsi que le pensent certaines sources qui avancent la probabilité de son assassinat à l’intérieur même du bâtiment consulaire.

Officiellement, les enquêteurs refusent de se prononcer sur ce qui serait advenu à l’opposant saoudien sans cacher qu’ils sont à l’évidence confrontés à un probable assassinat politique auquel les autorités saoudiennes ne seraient pas étrangères. D’ailleurs depuis la mystérieuse disparition de Jamal Khashoggi, Ryad est quasi unanimement présenté comme son probable commanditaire et le donneur d’ordre le sulfureux prince héritier et homme fort du royaume Mohamed Ben Salman. Celui-ci que les Occidentaux présentent comme engagé « courageusement » dans une opération de libéralisation visant à mettre fin à la perception d’une Arabie saoudite réfractaire à l’évolution des mœurs moyenâgeuses qui en font le pays le plus rétrograde de la planète, est non sans raison soupçonné d’être derrière l’affaire Khashoggi.

Depuis qu’il exerce le pouvoir, Mohamed Ben Salman démontre en effet à profusion que pour le garder et le consolider il recourt aux méthodes les plus extrêmes contre ceux qui le lui contestent ou sont susceptibles de se mettre en travers de son omnipotence. Ce qui est précisément le cas du journaliste disparu à Istanbul dont les écrits et les prises de position ont une audience certaine tant à l’intérieur du royaume wahhabite qu’internationalement. Si l’enquête ouverte en Turquie venait à faire la preuve que Khashoggi a été victime d’un assassinat politique et que les auteurs en sont les Saoudiens, il deviendrait problématique pour les « démocraties » occidentales de continuer à entretenir la fiction qu’avec Mohamed Ben Salman aux commandes, l’Arabie saoudite est en train d’en finir avec l’ère de l’arbitraire et de la violation sans retenue des droits de l’homme et de la liberté d’expression.

Leur gêne et l’embarras dans lesquels les ont mis les lourds soupçons qui pointent Ben Salman sont déjà perceptibles à travers le mutisme officiel qu’elles opposent aux assertions qui soutiennent la thèse de sa responsabilité dans la disparition et probablement l’assassinat du journaliste. Ces mêmes « démocraties » en sont probablement à espérer que les autorités turques qui ont elles aussi leurs raisons de ne pas voir les relations turco-saoudiennes (déjà sujettes à tension du fait de la rivalité régionale qui oppose Ankara à Ryad) s’envenimer à cause de conclusions d’enquête confirmatives de la main saoudienne derrière la disparition du journaliste, en viendraient à étouffer l’affaire par un subterfuge ou un autre. Les intérêts mercantiles qu’elles ont à entretenir la fiction d’une monarchie moyenâgeuse en train de s’ouvrir à la « modernité » grâce à la volonté de son jeune prince hériter valent à leurs yeux de réduire l’assassinat d’un journaliste opposant à la dimension d’une « fâcheuse » faute de parcours commise par lui.

URL de cet article 33914
  

Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La visibilité d’un conflit est inversement proportionnelle à notre propre engagement dans celui-ci." John McEvoy

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.