RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’art de la guerre

Escalade USA contre la Chine (Il Manifesto)

« La révolution scientifique qui a conduit à la scission de l’atome requiert aussi une révolution morale » : c’est avec cette phrase historique (forgée par les speech-writer présidentiels) qu’a culminé la visite d’Obama en Asie, où depuis Hiroshima il a proclamé la volonté de « tracer une voie qui conduise à la destruction des arsenaux nucléaires ». Ce que dément la Fédération des scientifiques américains, en démontrant que l’administration Obama a réduit moins que les précédentes le nombre de têtes nucléaires.

Les USA ont aujourd’hui 4500 têtes stratégiques, dont 1750 prêtes au lancement, plus 180 « tactiques » prêtes au lancement en Europe, plus 2500 retirées mais non démantelées. Avec les françaises et les britanniques, l’Otan dispose de 5015 têtes nucléaires, dont 2330 prêtes au lancement. Plus que la Russie (4490, dont 1790 prêtes au lancement) et que la Chine (300, aucune prête au lancement).

L’administration Obama -documente le New York Times (21 septembre 2014)- a promulgué un plan de 1000 milliards de dollars qui prévoit la construction de 400 autres missiles balistiques intercontinentaux, 12 sous-marins et 100 bombardiers stratégiques d’attaque nucléaire. Pour la « modernisation » des têtes nucléaires, y compris celles stockées en Italie, est en phase d’expansion aux USA un complexe national composé de huit grands sites et laboratoires avec un personnel de plus de 40 mille personnes. La course aux armements nucléaires relancée, Obama a proclamé à Hiroshima la volonté d’éliminer non seulement les armes nucléaires, mais la guerre elle-même : rappelant que « les gens ordinaires ne veulent plus de guerres », il a souligné que « c’est notre mentalité même sur la guerre que nous devons changer, pour prévenir les conflits grâce à la diplomatie ».

Au même moment, à Washington, le Pentagone accusait la Chine de déployer des systèmes de défense en Mer de Chine Méridionale pour « contrôler cette mer et limiter notre capacité de nous déplacer dans la région Asie/Pacifique ». Région dans laquelle les USA sont en train d’accroître leur présence militaire, sur la base d’un plan qui prévoit de déployer aussi, au bord de la Chine et de la Russie, des navires et des bases Aegis analogues à ceux qu’ils ont en Europe, dotés de systèmes de lancement adaptés à la fois à des missiles intercepteurs et à des missiles d’attaque nucléaire.

Tandis que des unités lance-missiles étasuniennes croisent en Mer de Chine Méridionale, la US Navy prépare dans le Pacifique le Rimpac 2016, le plus grand exercice naval du monde. Les Philippines ont déjà mis à la disposition des USA cinq bases militaires, et l’Australie, où sont déjà déployés les marines, se prépare à accueillir des bombardiers stratégiques étasuniens d’attaque nucléaire.

Sur la position de Washington : le G7 dans sa totalité (USA, Canada, France, Allemagne,
Japon, Grande-Bretagne et Italie) qui, réuni au Japon, a demandé la « liberté de navigation et de survol » de la Mer de Chine Méridionale et Orientale, confirmant en même temps les sanctions contre la Russie pour l’ « agression » de l’Ukraine (pendant que l’Ue confirme celles contre la Syrie).

La stratégie USA/Otan en Europe contre la Russie est soudée à celle mise en acte par les USA contre la Chine et la Russie dans la région Asie/Pacifique, en alliance avec le Japon qui est en train d’assumer un rôle militaire croissant.

C’est dans ce même cadre stratégique que s’insère la visite d’Obama au Vietnam, à qui les USA retirent leur embargo pour fournir des armes dans une fonction anti-chinoise. Plus les Peace Corps (dont est connue la connexion avec la Cia), qui iront au Vietnam enseigner l’anglais (ou plutôt l’américain), et l’Université Fulbright qui ouvrira un siège à Ho Chi Minh Ville pour fournir aux jeunes vietnamiens une « instruction de classe mondiale ».

Les USA, vaincus par l’héroïque résistance vietnamienne, reviennent avec d’autres armes.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 31 mai 2016 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/escalation-usa-contro-la-cina/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

NdT sur le Programme Fulbright :

« Le programme Fulbright est un système de bourses d’étude (les bourses Fulbright) très compétitif et basé sur le mérite, subventionné conjointement par le département d’État des États-Unis et par les gouvernements des pays désireux d’y participer ». Voir notamment la liste des bénéficiaires du Prix Fulbright (dont notre brave « Organisation Non Gouvernementale » MSF -« neutre, indépendant et impartial ») https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_Fulbright
« A la différence du système français, l’enseignement supérieur américain est totalement décentralisé (sic). Ainsi, les établissements universitaires jouissent d’une très large autonomie dans l’organisation des programmes, le choix des méthodes d’enseignement, le recrutement des enseignants et le régime des examens ». http://www.fulbright-france.org/fr/etudier-usa/etudes-usa/systeme-universitaire .

Pour un aperçu de notre indépendance (grâce à la « décentralisation ») voir aussi la liste « des lauréats Fulbright français qui sont allés aux Etats-Unis et sont devenus célèbres grâce à leur parcours professionnel » : http://www.fulbright-france.org/fr/anciens-celebres .

URL de cet article 30449
  

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.