Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Il est grand temps de redresser la Tunisie menacée de faillite et de banqueroute ...

La Tunisie vit actuellement un désordre total : un gouvernement incapable de gouverner, un président sans pouvoir veut régner, une Assemblée incompétente et une opposition désorganisée à la recherche d’un sauveur. Le peuple doute de la capacité de la classe politique pour redresser la situation politique, économique, sociale et surtout institutionnelle. Le peuple attend des gestes forts pour croire et s’impliquer dans la reconstruction du pays. Les trois présidents (de la République, du gouvernement et de l'ARP) doivent s'entendre sur un processus de sortie de crise dans un délai ne dépassant pas une quinzaine de jours. Les solutions ne manquent pas mais ils doivent avoir le courage de dire la vérité au peuple et surtout proposer un agenda pouvant éviter à la Tunisie la banqueroute. Ne rien faire, c'est accepter la mise sous-tutelle de notre pays ou un coup d'Etat salvateur...

La Tunisie est embourbée dans une crise politique – non visible au commun du mortel, mais aussi sociale, de gouvernance et surtout économico-financière. Aucune solution classique ne pourrait venir à bout à cette crise systémique, seul le modèle de Pékin pourrait mettre fin à cette crise qui a trop duré et remettre le pays au travail. Bon gré malgré, il faudrait bien accepter cette opération chirurgicale pour nous éviter l’amputation ...

Il est clair que le gouvernement Youssef Chahed a terriblement échoué . Il n’y a plus de place pour les amateurs/incompétents. Le prochain chef de gouvernement devra avoir, eu égard de la situation dramatique de l’économie tunisienne, un profil similaire à celui de Hédi Nouira, l’homme qui est arrivé, en quelques mois, à sortir notre pays de l’impasse et surtout à créer une dynamique économique favorisant l’investissement et la croissance ... Il y a toujours un "Hédi Nouira" quelque part à sortir de l’ombre ...

La période à venir doit générer un modèle social tunisien assurant un équilibre fondé sur un ajustement mutuel généralisé entre le capital et le travail et permettant d’intégrer l’ensemble de la population dans le filet protecteur de l’État social. Rien n’empêche la Tunisie de réussir la synthèse du capitalisme social pour affronter une mondialisation imposée. Il faut trouver l’oiseau rare qui serait en mesure d’entreprendre cette bataille capitale.

Une réforme structurelle, systémique et globale pour éviter la faillite des caisses de retraite est nécessaire. Tout retard rendra les mesures à prendre encore plus douloureuses. En attendant, un rééquilibrage paramétrique pour repousser le déficit des caisses d’au moins de 10 ans s’annonce indispensable. Les paramètres concernant le taux de cotisation, l’âge de la retraite et le taux des pensions doivent être conjugués pour dégager un consensus préservant les intérêts des retraités et ceux de l’économie nationale. Reporter cette réforme paramétrique c’est accepter la faillite des caisses.

Autre chantier que ce "oiseau rare" pourrait mener à bien : celui de la fiscalité. L’héritage benaliste en la matière est très lourd et handicapant. L’impôt sur le revenu ne représente que 15 % des recettes de l’Etat. Les riches jouissent de 70 % de réduction d’impôts. Pourquoi ne pas introduire un impôt de solidarité et un impôt sur la fortune ? Pourquoi certains métiers libéraux à revenu élevé sont-ils toujours dispensés en pratique (et non par la loi) de payer l’impôt ? L’impôt est un devoir et un acte citoyen, la marque de l’appartenance et de la construction solidaire d’une Nation.

La Tunisie a perdu et continue à perdre du temps. Face au constat d’échec de la majorité actuelle, il est urgent de repenser le futur du pays, de poser des actes, de proposer des actions et de bien choisir les hommes et les femmes capables de les concrétiser sans calcul ni intérêt personnel, au seul service du peuple et de la Nation.

A cet égard, nous refusons catégoriquement la diversion incarnée par certains courants. Nous refusons de nous laisser « embarquer » dans des discours de compromission, discours stériles et paralysant à plus ou moins long terme c.à.d. invalidant l’avenir de nos enfants. Nous avons le devoir de dessiner une vision claire non empreinte d’ambiguïté, non tant pour nous que pour les générations futures. Nous avons le devoir de dessiner les bases d’une Tunisie ancrée dans son temps et même de retrouver le chemin d’une Tunisie avant-gardiste. N’oublions pas que nous sommes un modèle et une référence pour tous les pays cherchant à sortir de la dictature...

»» https://mustapha-stambouli.blogspot.com/2018/03/il-est-grand-temps-de-...
URL de cet article 33054
   
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.