RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Johann Chapoutot. La loi du sang – Penser et agir en nazi

Il y a une vingtaine d’années, m’est tombée sous les yeux une longue étude sur les Einsatzgruppen, ces groupes d’intervention composés surtout de SS, chargés de l’assassinat de populations civiles, principalement juives, dans l’Europe centrale et de l’Est. On sait que ces supplétifs se comportèrent avec une férocité inouïe au point de susciter un vrai malaise dans la Wehrmacht. Ce que l’on sait moins (et que je découvris lors de cette lecture), c’est qu’à l’image d’un des principaux responsables de ces tueurs, Otto Ohlendorf, assistant d’un professeur de droit public, les commandants de ces Einsatzgruppen étaient bardés de diplômes. Le plus souvent dans les matières littéraires et artistiques.

Je fis part de mon étonnement à un collègue allemand de ma génération. Il était parfaitement au courant des qualifications de ces officiers et ajouta que, dans le parti nazi, les enseignants, les dentistes, les architectes étaient surreprésentés. Une des raisons pour lesquelles, selon lui, l’Allemagne des années soixante connaîtrait une telle effervescence gauchiste, en réaction à la dénazification bien timide des cadres de l’Éducation, de la Police, de la Justice, de la Fonction publique en générale.

Ceci pour dire qu’il serait primaire de ne voir dans le nazisme qu’une bande de bourrins (même s’il y en eut quelques-uns, Ribbentrop, par exemple) menée par un fou furieux. En 1933, l’Allemagne est, jusque dans ses profondeurs, un pays de grande culture dotée d’une administration très efficace, en partie grâce aux juifs qui aiment cette contrée où ils vivent depuis des siècles (alors que les juifs russes ou polonais ne raffolent pas de leur pays de résidence).

Végétarien, Himmler honnissait la chasse : « Comment pouvez-vous prendre plaisir à tirer par surprise sur les pauvres bêtes innocentes et sans défense qui broutent paisiblement à l’orée des bois ? A bien y regarder, c’est de l’assassinat pur et simple... ». Pour passer de l’amour des biches à l’extermination industrielle de millions d’humains ou, plus exactement, pour se livrer simultanément à ses deux activités, il fallait, bien sûr, une logistique phénoménale, mais surtout un corpus idéologique, une armée d’intellectuels comme seules les grands pays en possèdent. Buchenwald est située à 10 kilomètres de Weimar, ville associée à Goethe, Cranach, Bach, Schiller, Liszt, Strauss, Kandinsky, Klee, Gropius, Mies van der Rohe.

Dans son dernier livre, Johann Chapoutot – dont la thèse de Doctorat traitait de l’Antiquité et du nazisme – creuse jusqu’aux racines du mal, jusqu’à ce qui a permis de rendre « normale » et « légale » la monstruosité. Pour revenir à ce que je mentionnais plus haut, il fallait effectivement des diplômés dans le commandement des Einsatzgruppen, capables de raisonner, de faire partager leur cheminement intellectuel à des hommes de base qui, a priori, répugnaient, par exemple, à tuer d’une balle dans la tête des enfants devant leurs parents ou à brûler vif la population d’un village dans une synagogue. « Mieux comprendre », nous dit Chapoutot, sert à « mieux juger ».

Comme Hannah Arendt lorsqu’elle parlait d’Eichman, Chapoutot postule qu’il ne faut pas faire des criminels nazis des étrangers à notre humanité. Les nazis furent des êtres humains qui ne considérèrent pas leurs actes comme des crimes, comme des actes monstrueux mais comme un devoir (aufgabe) nécessaire, historique et glorieux. Ceci posé, il convient de partir à la recherche de l’univers mental des nazis, de leur vision du monde, de leur système de valeurs.

Le nazi appartient à une race dont le sang sécrète la culture, explique l’auteur. Le Juif est l’ennemi archétypique car il est de sang mêlé depuis les millénaires de la diaspora. Comme il n’a pas de conscience pure, il s’en remet à une transcendance, la Loi du rabbin. La Loi du nazi, en tant qu’être germanique, c’est « ce qu’il ressent comme juste », donc qu’il respecte de manière atavique. Le droit d’avant le Troisième Reich était un droit bourgeois, celui d’une classe qui luttait contre la monarchie absolue. Chez les Nazis, le droit est coutumier et oral. La norme juridique coule comme le sang. Le juriste préféré des nazis était Jacob Grimm (à qui Walt Disney doit tout), juriste philologue et folkloriste. Dans le folklore réside l’âme du peuple qui dicte la norme. Himmler exige que l’on réhabilite les proverbes juridiques : « Marie-toi sur un tas de fumier, tu sauras à qui tu peux te fier. »

Fidèle, le Germanique sert le groupe. On retrouve le vocable Dienst dans quantité de mots composés et d’expression (un retraité est außer Dienst : hors du service, la Fonction publique est der öffentliche Dienst). Selon un manuel de la SS, la fidélité est une affaire de cœur, pas d’entendement. L’Allemand doit retrouver la vérité des peuples primitifs, ce que tentera l’amie d’Hitler (et de Cocteau !) Leni Riefenstahl avec les Nouba du Soudan.

Historiquement l’ennemi de l’Allemand est la Révolution française égalitariste, douce aux médiocres, assassine de l’ancienne aristocratie franque. Charlotte Corday est une héroïne qui a poignardé le juif (sic) Marat, d’origine sarde. L’égalitarisme de la Révolution française n’aurait pas été possible sans l’égalitarisme universaliste chrétien, du juif Paul (Saul) en particulier, qui a préféré les individus aux peuples, aux sangs. Pour les Nazis, Jésus n’a pas pu être « un Juif de plein sang » mais un Aryen qui pensa en Aryen. Il est cependant permis d’être chrétien à condition d’être “ chrétien-allemand ”. L’on peut dès lors communier avec la nature (religion-relier), avec « l’origine, avec la naissance ». Himmler pense par ailleurs que le christianisme tend vers « l’extermination absolue de la femme » et qu’il a rendu les blonds Germaniques émollients. Le rôle de l’État sera de préserver la « communauté des êtres vivants de même race et de même conformation physique et psychique », ce qui est bon pour la race étant forcément moral. Les individus peuvent mourir, les peuples demeurent. Les cinq piliers du peuple allemand sont « la race, le sol, le travail, la communauté, l’honneur ». Telle est la réalité de l’existence humaine. Le peuple est déterminé par le sang et le sol (Blut und Boden). Chaque race est associée à un territoire.

Pour les nazis, l’Allemand est spontanément un benêt un peu lourdaud. Il lui faut donc combattre (Mein Kampf) en permanence ceux qui lui tondent la laine sur le cou, lui dévorent sa chlorophylle : les Juifs, « le bacille juif ». C’est une obligation naturelle : un animal ne vit que lorsqu’il tue un autre animal. Hormis le bacille juif, il est nécessaire de combattre tous les asociaux, les « étrangers à la communauté », comme les homosexuels, les tziganes, les fous, les alcooliques.

L’Autre est nié, qu’il s’agisse d’un prisonnier de guerre russe, un slave donc un esclave, ou un Polonais dont le territoire sera récupéré pour satisfaire aux besoins de l’espace vital de l’Allemand. Bismarck et Guillaume II ont été trop faibles lorsqu’ils accordèrent quelques droits aux Polonais. Les cadres de ce pays devront être physiquement éliminés. Sous les ordres de Goering, 20 000 fonctionnaires vont organiser économiquement les pays occupés de l’Est. Autant le peuple allemand sera monolithique (il faudra donc récupérer les Allemands éparpillés à l’étranger par le traité de Versailles), autant les peules de l’Est devront être zersplittert, morcelés à l’extrême. Biologique, la citoyenneté allemande n’est pas déterminée par des frontières. Cette citoyenneté relève également de la nature : tout ce qui est à l’ouest de la ligne méridienne des hêtres a vocation à être allemand.

Mais, une fois le Reich vaincu, « penser et agir en nazi », ce sera tout à fait autre chose. À l’exception de quelques SS cohérents qui feront face à leur responsabilité en se rendant, les anciens maîtres du monde s’affubleront d’une fausse moustache et d’une paire de lunettes, raffleront tout ce qu’ils pourront dans la caisse et iront se cacher en Amérique latine où ils exerceront comme boulangers, éleveurs de poules ou conseillers techniques de polices ou d’armées de régimes fascisants.

Banal, disait Hannah Arendt. Misérable, plutôt.

Paris : Gallimard, 2014, collection : Bibliothèque des histoires ISBN : 978-2-07-014193-7 EAN : 9782070141937 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 567 p.

PS : Je me permets de signaler ce témoignage de Maurice Cling, ancien professeur de linguistique anglaise à Paris 13, déporté enfant.

URL de cet article 27890
  

Même Auteur
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.