Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’anglais de Macron

Á plusieurs reprises, le président de la République française a fait des déclarations officielles en anglais. Cela pose évidemment de nombreux problèmes. Rien ne l’y obligeait. Le français est une langue officielle dans les instances internationales et, plus généralement, il est d’usage, dans la diplomatie, que les chefs d’État s’expriment dans leur propre langue. Sauf si, par courtoisie (voir De Gaulle au Mexique), ils veulent faire plaisir à des peuples qui les reçoivent chaleureusement. Par delà sa petite vanité personnelle (« Écoutez, moi l’ancien élève de la Pro à Amiens, comme je parle bien anglais »), Macron affiche sa soumission à l’hégémonie impérialiste étasunienne et à celle de l’argent. On note cependant qu’il parle de manière très sourde, un peu comme s’il avait honte, et de son anglais dont il sait qu’il n’est pas parfait, et de son obédience.

Face à ces allocutions, la merdiacratie française a fait des flaques, admirant ce « formidable coup de com’ », ce « discours appelé à rester dans les annales ».

Je me crois autorisé à évaluer la pratique de l’anglais de Macron : j’ai enseigné cette langue pendant quarante ans et j’ai siégé aux jurys du CAPES et de l’agrégation interne.

Écoutons ici et ici.

« Today, the President of the United States, Donald (a prononcé à la française) Trump, announced (pas correctement diphtongué) his decision to withdraw the United States from the Paris agreement (le a de Paris n’est pas assez ouvert et la syllabe Pa n’est pas assez accentuée). It is a mistake, both (le o n’est pas diphtongué) for the United States and for our planet. If we do nothing, our children will know (le o n’est pas assez diphtongué) a world of migrations, of wars (le a n’est pas assez fermé), of shortages, a dangerous (le an n’est pas diphtongué) world.

 Make our planet great again. France (il prononce France à l’américaine alors que son accent est bien plus anglais qu’étasunien) will not (le o est prononcé à la française) give up the fight. I call you (tournure bizarre, calque du français ; un anglophone aurait dit « I urge you ») to remain confident. We will succeed (syllabe pas assez accentuée). Because we are (le r est prononcé à la française) fully committed (accentue la première syllabe au lieu de la seconde). Because wherever (accentue la première syllabe au lieu de la seconde) we live, whoever (on n’entend pas le h) we are, we all share the same responsibility (ce dernier mot est plutôt bien prononcé, ce qui est rare chez les locuteurs français) ».

Bien sûr, nous sommes à cent coudées au-dessus de la pratique sarkozyste invraisemblable de l’anglais (on se souvient de Merkel, bouche bée devant Sarkozy qui, lui montrant le soleil, lui dit : « Beautiful time, isn’t it ? ») et celle très médiocre de Hollande qui avait dû sécher les cours d’anglais à l’ENA. L’anglais de Macron est globalement bon pour un homme politique français mais il commet typiquement les fautes des Français pour qui la langue de Shakespeare – hum !, disons celle des affaires) n’est pas et ne sera jamais naturelle. Des fautes commises il y a 25 ans n’ont pas été corrigées et se sont fossilisées. On note en particulier les erreurs de diphtongues, dont la langue française n’est pas friande, et d’accentuation qui, comme aurait dit George Orwell, le « marquent en tant que Français au fer rouge sur la langue »).

URL de cet article 32082
   
Même Auteur
Hélène Berr. Journal. Paris, Tallandier, 2008.
Bernard GENSANE
Sur la couverture, un très beau visage. Des yeux intenses et doux qui vont voir l’horreur de Bergen-Belsen avant de se fermer. Une expression de profonde paix intérieure, de volonté, mais aussi de résignation. Le manuscrit de ce Journal a été retrouvé par la nièce d’Hélène Berr. A l’initiative de Jean Morawiecki, le fiancé d’Hélène, ce document a été remis au mémorial de la Shoah à Paris. Patrick Modiano, qui a écrit une superbe préface à ce texte, s’est dit « frappé par le sens quasi météorologique des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.