RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
23 

L’anthropocène ? Ça vous fait flipper ?

Effroi mystique... Il suffit de prononcer le mot "anthropocène" pour faire trembler l’écolo de base et déclencher du délirium sôterio-planétiste saupoudré par des spasmes intellectuels qui ressemblent à ceux de l’apôtre Jean (l’évangéliste, pas le baptiste). Bonjour l’apocalypse sans oublier le mythème de l’urgence des temps ("il est peut-être déjà trop tard")...

Légitimité... Il est exact que l’industrie, la science et la technique, dirigées par la cupidité abjecte des bourgeois et la mégalomanie des "empereurs" tend à détruire la "nature". La domination de l’économie sur les autres savoirs est une triste réalité.

Heureusement, l’anthropocène est aussi, parfois, une bonne chose. Les industries de réparation de la nature ne sont pas très développées mais elles existent. L’ingénierie planétaire, en tant qu’industrie qui aura pour buts d’améliorer la nature là où elle est pauvre ou crétine-autodestructrice, n’existe presque pas... Ou plutôt, elle n’existe que par hasard lorsqu’elle est intéressante pour le capital... C’est triste ! Quand je pense qu’on pourrait produire très facilement 8 millions d’oasis artificielles pour "liquider" 15 millions de km2 de déserts chauds-arides, je regrette qu’on le fasse pas !

Autre chose  : l’atteinte actuelle à la diversité biologique est préoccupante, mais le rôle de l’humanité dépasse l’objectif défensif de "préservation"... Nous avons déjà fait beaucoup pour l’enrichir en transportant les légumes, les fleurs, les animaux et les arbres sur tous les continents. Nous avons modifié les loups jusqu’aux minuscules chihuahuas gentils sans technologies "Frankenstein"...etc... Et, en définitive, seul le capitalisme, dès sa naissance, est coupable de l’irresponsabilité actuelle des industries et de l’urbanisme !

Je sais que cet article est trop court. C’est volontaire ! Ne pas bétonner les débats est une tactique... Les écologistes qui ne savent pas ce qu’est un réacteur Steinfeld et ignorent tout sur le réseau urbain de distribution d’hydrogène d’Arezzo m’énervent un peu (alors je garde quelques arguments marxistes en réserve).

Illustration : paysage Las Medullas-El Bierzo (paysage magnifique modelé par des ingénieurs romains qui ont fait exploser une colline banale pour extraire de l’or. Ils ont déplacé des centaines de milliers de m3 de roches... Ironiquement, cette industrie basée sur la cupidité a considérablement amélioré la nature.

URL de cet article 31436
  

Même Thème
La raison ou le chaos
André Prone
Extrait de la préface d’André Tosel, Philosophe, Professeur émérite Avec La raison ou le chaos André Prone dresse un ultime tableau de sa vaste fresque théorique intitulée « Capitalisme et Révolution », consacrée à une critique des divers aspects du capitalisme mondialisé et à la proposition de ce qu’il nomme un écomunisme combinant l’apport du mouvement communiste d’inspiration marxienne et l’écologisme. Nourri d’une culture fondée sur une connaissance effective des sciences de la nature, attentif à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.