RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nous ? AXA ? La FNAIM ? Qui doit raquer ?

Projet de loi du gouvernement : "prolonger la CRDS jusqu'en 2033" alors qu'elle devait prendre fin en 2024. On voit le plan, il consiste à perpétuer cette vieille contribution au remboursement de la dette sociale pour continuer à faire vivre un principe du "monde d'avant" = tout le monde doit "raquer", surtout les "pas riches", les "pas riches du tout", les "absolument pas riches" et les "carrément pauvres". Face à cette provocation cynique, grincheux, Marine, Dupont Gnangnan et simplet ont sorti de leurs bonnets d'ânes un truc super original : "rétablir l'ISF".

Un fait divers judiciaire a un peu dérangé la routine des annonces morbides et des ennuyeuses logorrhées des docteurs invités des plateaux TV. Un simple patron de restaurant a demandé à son assurance de verser rapidement les 15 % de chiffre d’affaire assurés, histoire de payer son loyer et une partie des factures en cours. AXA a refusé 5 fois de "raquer" avec 5 arguments successifs. Leur "assuré" a réfuté les 4 premiers refus, puis il a décidé de soumettre la rhétorique forcément fallacieuse des juristes d’AXA au tribunal administratif qui a accepté d’entrer en matière. Il a gagné car la morgue des refus successifs laissait présager une longue série d’arguments à réfuter. Axa a réagi à cette information en annonçant qu’ils essayeront de faire annuler cette décision (menace terrifiante) et qu’il ne faut pas que tous leurs clients se croient autorisés à se comporter comme le vainqueur du jour...

Des chefs étoilés gesticulent justement pour que les assurances soient obligées d’assumer leur fonction de protection de leurs clients. C’est compliqué car la fermeture des commerces est une décision politique, pas une catastrophe naturelle, ce qui "autorise" les assureurs à exiger que l’état soit responsable de ses décisions. Négation pure et simple de la catastrophe naturelle à l’origine de la perte de gains !

D’autres commerçants pensent que les propriétaires doivent être mis à contribution, prendre en compte cette catastrophe et ne pas être cause de faillites multiples. Là encore, ils se heurtent à la rhétorique pharisienne des juristes de la FNAIM qui vont jusqu’à essayer de faire pleurer dans les chaumières avec des histoires de tout petits minuscules propriétaires qui compensent leurs retraites microscopiques en louant un seul bien. Ces ex commerçants qui louent leur ex boutiques pour améliorer leurs retraites existent et ne roulent pas forcément sur l’or. On peut donc reconnaître l’existence de ce problème qui, cependant, ne sera pas résolu par la faillite de leurs locataires.

Nous constatons que AXA et la FNAIM exigent un État-Providence à leur service exclusif. Habituellement ces acteurs économiques de première importance sont plutôt partisans de moins d’état, moins d’impôts, moins de prestations sociales. Ils fustigent, via leurs porte-paroles politiques, nos "mentalité d’assistés" et les sécurités sociales qui, parait il, coûtent trop cher. Mais alors, pourquoi se comportent-ils comme des morveux égoïstes qui exigent une surprotection aux frais des contribuables.

Face au cynisme répugnant de ces fractions du grand capital qui, au bout du compte, vivent en parasites sur le dos des activités réelles, Que proposent les faux opposants ? Un retour à l’ISF ! Cela ne sera absolument pas suffisant. Alors nous devons exiger un impôt confiscatoire sur les grandes fortunes immobilières et proposer de faire "raquer" AXA et les autres assurances sans oublier de refuser la perpétuation de la CRDS.

URL de cet article 36179
  

Même Thème
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.