RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La France en Algérie : de quelques évidences

Une France hystérique a accueilli les propos qu’un candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron, a tenus à Alger. La classe politique hexagonale, dont les oreilles sensibles ne pouvaient entendre de telles allégations, écumait de rage, « révulsée » que l’un des siens reconnaisse ce que la France persiste à nier... Qu’a donc dit Macron de si outrageant, jusqu’à réussir l’exploit de réunir contre lui les partis de tout bord ?

Le leader du mouvement En Marche ! a simplement reconnu que la colonisation avait été « un crime contre l’humanité ». En une seule phrase, Macron a cassé ce que les politiciens français, à la mémoire sélective, tenaient pour tabou : la colonisation et ses multiples crimes. Oubliés les enfumages du Dahra ; les spoliations des terres algériennes ; les déportations à Cayenne et en Nouvelle-Calédonie ; le Code de l’indigénat (précurseur de l’apartheid) ; les conscriptions forcées des Algériens, chair à canon des guerres mondiales de 14-18 et de 39-45 ; les crimes de l’armée française et des colons en mai 1945, au moment où le monde entier célébrait la victoire contre le nazisme à laquelle les Algériens contribuèrent grandement. En récompense de ce sacrifice des Algériens, la France a permis les carnages à Sétif, à Guelma, à Kherrata...

On n’oublie pas ces crimes, on ne peut les oublier. Nous les rappellerons en toute circonstance à la France. Emmanuel Macron a aussi dit (en référence sans doute à la loi controversée du 23 février 2005, glorifiant ladite colonisation) : « Nous avons amené la civilisation par effraction. » Encore un euphémisme ! La colonisation œuvre civilisatrice en Algérie ? Parlons-en ! Quelle civilisation la France a-t-elle apportée à l’Algérie ? En 1830 – arrivée des Français – la population de l’Algérie était estimée, selon diverses données de l’époque entre 9 et 10 millions d’habitants. Le Bulletin des Lois de 1856, avançait le chiffre de 2330 000 « indigènes » (Algériens). En prenant uniquement l’estimation la plus basse en 1830, selon d’autres sources, de trois millions d’Algériens, et celui de 1856, 2 330 000 « indigènes », nous avons donc 670 000 personnes manquantes. Où sont-elles passées ? En 1962 la population totale de l’Algérie était de 1 1690 000 habitants (dont un million d’Européens). En janvier 2016, la population algérienne a dépassé les 41 millions d’habitants. Ce qui veut dire que la population algérienne avait stagné durant 132 ans, alors qu’elle a plus que quadruplé en 54 ans. A l’indépendance, l’espérance de vie des Algériens était de 47,04 ans. Elle est évaluée à 75,34 ans en 2016. Entre 1900 et 1960 la peste, le choléra, la gale, les poux, induits par l’extrême pauvreté de la population, tuaient en masse les Algériens. Ces pandémies ont totalement disparu d’Algérie dès les années 1970. Ce sont celles-là les réalités des bienfaits de la colonisation : jusqu’à 1882 (52 ans après l’arrivée des Français) la scolarisation des musulmans était nulle, en 1921 on ne comptait que 84 garçons, d’âge scolaire, sur 1000 à être inscrits dans une école. Ce chiffre tombait à 7 sur 1000 pour les filles. De fait, des colons s’opposaient à la scolarisation des Algériens, le gouvernement français d’occupation n’a fait aucun effort sérieux pour réellement scolariser les Algériens. Une seule petite université de 500 places pour les seuls colons. Pour faire des études supérieures, les Algériens étaient contraints d’aller à l’étranger. En 2016, il y a plus de 50 universités et une trentaine de grandes écoles en Algérie avec plus de 2 millions d’étudiantes et d’étudiants. Des centaines de lycées, des milliers d’écoles ont été construits. Ce n’est pas la France civilisatrice qui nous a attribué cet héritage.

En 1962 l’Algérie était dépourvue de tout, il lui a fallu tout construire et tout inventer. Notons ce paradoxe : l’Algérie exporte aujourd’hui son élite intellectuelle, notamment en France. Selon les chiffres publiés le 27 juillet 2015 par le Conseil national de l’Ordre des médecins [Cnom, France] plus de 10 000 médecins algériens exercent dans les hôpitaux de France. Ce qui représente, selon la même source, 25% du nombre total (40 354) des médecins étrangers en activité en France. Combien de médecins la France civilisatrice a laissé derrière elle ? Elle nous a octroyé la pauvreté, les pandémies, l’analphabétisme (95% d’analphabètes en Algérie en 1962), très peu d’hôpitaux, pas d’universités. La France ne nous a même pas légué, en partant, sa langue. La langue française, nous l’avons conquise. En 1962 moins de 20 000 Algériens sur 10 millions parlaient le français. En 2017 ils sont entre 25 et 30 millions à s’exprimer dans la langue de Voltaire allant de l’excellence au passable en passant par le moyen et le parfait. Sans être membre de l’OIF (francophonie), l’Algérie est, hors la France, le premier pays locuteur du français dans le monde. Une autre extravagance. Où est donc l’oeuvre civilisatrice de la colonisation qui aurait été faite par effraction, en Algérie, dont se gargarise tant la France ?

N. KRIM

21 Fevrier 2017

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/260923-la-france-en-algerie-de-quel...
URL de cet article 31562
  

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.