Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 
Sur la mort de Fidel Castro.

La froide, minable et approximative déclaration de Pierre Laurent secrétaire national du Parti communiste français

Peut-on imaginer déclaration plus molle, plus insipide, plus bâclée ?

Lisons : Fidel Castro, « l’un des dirigeants du mouvement d’émancipation humaine ». L’un ! Parmi des centaines, alors qu’il fut le premier, le plus exposé, le plus promis à des attentats (environ 600 tentatives ou projets d’assassinats). Il manque « grand », là, camarade. Mais ça, c’est le moins grave, la mise en bouche.

Pierre Laurent :« Pour le reste, il y a des changements déjà en cours à Cuba ». Sentez le reproche sous-jacent sur ce que fut Cuba avec Fidel. Récidive ici où il évoque la volonté de La Havane de « maintenir la voie du socialisme à Cuba », mais, bien sûr «  de le faire en essayant d’approfondir régulièrement les voies démocratiques ». En essayant, pardi, car il va y avoir du boulot.

A noter aussi l’emploi d’un indicatif présent intempestif, s’agissant d’un homme qui est mort : « Ils [ Fidel et Raul] sont évidemment différents, ne serait-ce que d’un point de vue personnel.. » . On sent le copié-collé d’un texte daté et hors sujet.

Et cette perle : « L’image qui va rester, c’est celle de la prise du pouvoir, de la prise du palais de la Moncada, de la révolution de 1959… »
Etonnons-nous de voir cités 3 événements distincts et éloignés dans le temps qui donneraient UNE image. Mais passons (C’est bâclé , c’est bâclé, que voulez-vous).
Et, de surcroît, la Moncada, que Pierre Laurent qualifie de « palais » (sic), puis, sans se relire, de « caserne » (exact) n’a pas été prise (l’assaut fut un échec sanglant), ainsi que l’écrit plus loin Pierre Laurent (qui ne s’est toujours pas relu) : « La Moncada est en fait la caserne que Fidel Castro et ses partisans ont en vain tenté de prendre d’assaut le 26 juillet 1953 ».

Poussé par le vent de l’Histoire, par le souffle dans les voiles du président Obama qui dirige(ait) un empire qui a toujours voulu la peau de Cuba, le PCF, qui avait ignominieusement lâché Cuba quand l’île subissait une menace pressante d’invasion (https://legrandsoir.info/Le-PCF-les-USA-et-Cuba.html), se montre pour le moins mou du genou. Aucune émotion envers ce leader qui a tant fait pour son peuple, pour ceux d’Amérique latine (qui le savent et le disent) pour la Libération de Nelson Mandela (qui est allé à La Havane remercier les Cubains).

Sur le site Le Grand Soir, Jean Ortiz, un militant communiste qui connaît bien Cuba pour y avoir vécu comme correspondant de presse, qui connaissait bien Fidel Castro, sauve l’honneur du PCF avec son cri du cœur. https://www.legrandsoir.info/fidel-castro-est-mort.html

Quant à Jean-Luc Mélenchon il s’écrie : « Fidel ! Fidel ! Mais qu’est-ce qui s’est passé avec Fidel ? Demain était une promesse. Fidel ! Fidel ! L’épée de Bolivar marche dans le ciel ». Et de proposer illico un rassemblement (samedi 26 novembre 2016, 18 h) au pied de la statue de Simon Bolivar à Paris, « À la mémoire de Fidel, fleurs et bougies ».

Coïncidence, Jean Ortiz soutient Jean-Luc Mélenchon.

Pierre Laurent lorgne vers Montebourg, membre d’un PS qui a jeté cent fois Cuba aux chiens.

André Chassaigne, qui est un ami véritable de Cuba, se trompe de combat en ne voulant pas distinguer où sont, en France, les amis du peuple de l’île « du crocodile vert », du socialisme, des humains avant l’argent et, à l’opposé, ses ennemis, les prétendus adversaires de la finance le temps d’un discours électoral au Bourget.

Vladimir Marciac

URL de cet article 31210
   
Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.