RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La troïka ou l’alchimie du mal !

La situation du monde, singulièrement au Moyen-Orient, aurait été burlesque, si elle n’était pas aussi dramatique et aussi désespérée. Les puissants se permettent de « paillonner. » et d’imposer leur vision des choses, ce sont eux qui ont raison dès lors que tous les atouts [militaires, économiques...] sont entre leurs mains.

La Syrie illustre parfaitement ce postulat. Après y avoir semé le chaos et la tragédie, la troïka (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne) se récrie comme une vierge, effarouchée par le sang d’innocents au versement duquel elle aura grandement contribué. Le sang des Syriens éclabousse aujourd’hui les murs de la Maison-Blanche, de l’Elysée et du 10 Downing Street. Comme, ils sont également douchés par le sang des Palestiniens instrumentalisés depuis un siècle. Cette troïka (dont les membres sont détenteurs du droit de veto) a été à l’origine de la guerre qui détruit, depuis 2011, la Syrie ; c’est encore elle (notamment la Grande-Bretagne, singulièrement perfide) qui est derrière le martyre et la spoliation des Palestiniens au profit d’un peuple issu de plusieurs pays européens qui n’avait aucun lien avec la Palestine. Elle a ainsi fait payer aux Palestiniens les crimes commis contre les juifs d’Europe lors des deux grandes guerres. Mais c’est toujours ces puissants qui ont raison, qui font payer aux autres les crimes qu’ils commettent, ont commis ou commanditent (cela sans remonter à l’extermination des Peaux-Rouges, Incas et autres Mayas, au Nouveau Monde par les Européens). Et nous restons dans le vif du sujet, car le constat est accablant : ce sont ceux qui, aujourd’hui, crient au crime qui ont été derrière les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, voire les génocides qui jalonnent l’histoire humaine (cf. les conquêtes sanglantes et le charcutage de l’Afrique, de l’Asie et des Amériques) qui se dédouanent ainsi à peu de frais. Subséquemment, ceux qui ont les moyens – ou se sont donné ces moyens – de faire rendre gorge à un gouvernement hostile (celui de Damas) regardent ailleurs pour ne pas voir les crimes au quotidien d’Israël, unique pays au monde (outre les détenteurs du droit de veto) qui échappe à toute condamnation, quels que soient les forfaits qu’il commet, a commis, dans les territoires palestiniens. Depuis dix ans la bande de Ghaza est sous blocus cruel : aérien, maritime et terrestre, transformant ce petit territoire en immense goulag, où 2 millions de personnes souffrent de tous les maux. Il y a trois jours, une embarcation de femmes venues des quatre points du monde apporter leur aide aux Ghazouis a été victime d’un acte de piraterie de la part des forces d’occupation israélienne, au large de Ghaza. C’est encore Israël qui vient d’approuver un énième projet de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées, sans soulever ni indignation ni condamnation de ceux-là (en particulier les Etats-Unis) qui disent travailler pour l’avènement de deux Etats vivant côte à côte, mais laissent Israël grignoter sur les territoires palestiniens, jusqu’au jour où il n’y aura plus de territoires palestiniens, ni sans doute de peuple palestinien voué au génocide.

Ne rien faire contre Israël, qui a le « droit de se défendre », leitmotiv brandi par les Etats-Unis, dès qu’Israël commet un forfait. Israël a le droit de se défendre ! Pas les Palestiniens, réduits à la condition de captifs ! Pas la Syrie, attaquée par des hordes de mercenaires et de jihadistes commandités par cette troïka.

C’est dans ce contexte que le Conseil de sécurité examinait, vendredi, un projet de résolution proposé par la France. C’est aussi, en lien avec cette résolution que le Haut Commissaire aux réfugiés, le Jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, estimait que la « tragédie » qui se déroule dans la ville syrienne d’Alep nécessite la limitation « sans délai » du droit de veto, pensant au probable veto qu’opposera la Russie à une résolution qui la vise ou l’incrimine. Parle-t-il sérieusement ? Pourquoi ne s’est-il pas inquiété, lorsque les condamnations des crimes d’Israël par le Conseil de sécurité, sont ou ont été systématiquement bloquées par les Etats-Unis ? Pourquoi n’a-t-il pas proposé d’enlever le parapluie états-unien qui couvre les crimes d’Israël ? Une entité qui a réinventé le goulag dans la bande de Gaza ? Ainsi, les puissants incitent au crime et couvrent le crime. Dans le drame syrien les coupables sont connus : ce sont ceux qui ont poussé à la révolte le peuple syrien, qui ont contribué à l’émergence des groupes terroristes, lesquels font du « bon boulot » en Syrie. N’est-ce pas M.Fabius ? Mais pour faire oublier leurs propres crimes et turpitudes, ils parlent haut et fort et désignent à la vindicte [dans le cas de la Syrie, le régime de Damas et la Russie] leurs ennemis supposés. Ce sont ainsi les commanditaires du chaos et de la discorde entre les peuples qui bénéficient de l’impunité d’un droit international sélectif et aveugle qui punit la victime et épargne le criminel.

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/251507-la-troika-ou-l-alchimie-du-mal.html
URL de cet article 31003
  

Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.