RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le capitalisme : source de toutes les crises, et crimes humanitaires

« Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité, et ils ne voient la nécessité que dans la crise » . (Jean MONNET)

Les crises à travers les cinq continents se multiplient, et se diversifient allant de la crise économique à la crise sanitaire, à la crise militaire, en passant par la crise financière. Le tout convergent sur la crise politique, cette dernière n’arrive pas à moraliser, ajuster, et équilibrer les relations internationales sur fond de divergence d’intérêts profond, de rapport de forces, et de sentiments d’arrogance de celui qui détient actuellement la force matérielle, et la puissance financière, et qui enfin de compte veut que sa force, et sa puissance supplantent, et transgressent les règles du droit des relations internationales, et par conséquent, il fait naître l’aversion, la xénophobie, la répugnance, la misanthropie, et les hostilités pour certaines nations vis-à-vis de cette fracture de la société dus aux différentes crises existantes.

De ce fait les nations des cinq continents se compartimentent entre deux axes qualifies unilatéralement par l’ ex président des États-Unis, G.W.Bush, lors des attentats des deux tours jumelles en 2001, d’un « axe du bien », et l’autre du « mal » ; l’axe du bien se sont tous les pays qui sont sous l’ influence des Etats-Unis, tandis que « l’axe du mal » est composé par des pays, qui échappent à l’attraction des Etats-Unis.

Les Etats-Unis ont élaboré, avec les « Thing Thanks », une stratégie machiavélique à effet de dominos, basée sur l’instrumentalisation du terrorisme international, les fakes news, la désinformation, le mensonge, et les ONG ; des outils utilisés pour mettre main basse sur l’opinion.Tout cela dans l’unique but de sauvegarder leur empire, géré par des pions, et dirigés par les oligarchies de l’ultralibéralisme.

Cette fracture politique entre nations renforce la division et, par-delà, anime les mauvais sentiments de la répugnance, de rejet, de suspicion, et de méfiance.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le monde était divisée en deux blocs et non en deux axes ; la guerre froide était une forme de non guerre, une sorte d’équilibre sur la base politique, et le combat s’orientait autrement, sur des systèmes dit économiques entre les partisans du capitalisme, et ceux du socialisme.

La fin de la partie de la guerre froide entre les deux blocs, suite à l’effondrement de l’ex URSS. Les Etats-Unis sont devenues de facto l’unique pole puissance de cette planète, suite à l’instrumentalisation du terrorisme fabriqué par l’attentat des deux tours jumelles ; et ses va-t-en guerre en ex Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, et en Lybie, en somalie, au Yémen en Ukraine ; tout en instrumentalisant le printemps arabe, et les révolutions de couleur.

Son arrogance lui a permis de mettre en œuvre le moteur du mensonge comme stratégie pour contourner la légalité internationale, en imposant unilatéralement avec l’adhésion de la dite communauté internationale (France, Grande Bretagne, et l’Allemagne) des guerres pour semer le désordre, le chaos, et piller les ressources naturelles de ces pays pauvres.il fallait mettre fin à l’égalité matérielle dictée par le socialisme.

Les nations dominées, et soumises n’avaient d’autre choix que renoncer à ses droits, accepter les régressions, et par conséquent se contenter de n’être que de simples pions dans les mains de l’impérialisme, et le sionisme.

Par contre, certains nations qualifiés par les EU de « l’axe du mal » , ces pays aspirant à leur indépendance, et tenant plus aux principes de droit, de la morale, et des valeurs universelles, ont bien sur refuser d’être des pions à la merci de celui qui possède la première force agressive. Ces pays résistants abreuvés de principes et de légalité ont développé une stratégie de la résistance face au rouleau compresseur des EU, et leurs acolytes, tout en s’attaquant aux intérêts du pays, et en combattant par une résistance armée la force étasunienne, que ce soit en Amérique latine, au moyen et proche orient, et même en Asie.

Le poids des armes n’a pas suffi à l’impérialisme pour faire la différence surtout au moyen et au proche orient, les « think thanks » EU bien aidés par des politiques incapables de convaincre autrement que par les sanctions, la menace et les contraintes. Les politiciens pédagogues savent pertinemment que ces moyens pour arriver à des solutions attendues, ne peuvent obtenir l’adhésion des peuples. Ce monde décide du bien et du mal à travers la violence du système ultralibéral, que les partisans du mal consument par leur arrogance symbolisée par la force, et la puissance, ignorant sinon piétinants les valeurs humaines ; ils se proclament unilatéralement faisant partie de « l’axe du bien », qualifiant d’autre part, les partisans du bien de « l’axe du mal » au lieu de l’axe de la résistance.

L’ axe de la résistance vient de chasser les États-Unis de l’Afghanistan, ils quitteront tôt ou tard la Syrie, l’Irak, et même toute la région du moyen orient, dont ce dernier subira une nouvelle réforme géopolitique, et géostratégique en l’absence des EU.

Drôle de conception qui inverse par la force, et le mauvais discours la réalité, tout en glorifiant le mensonge, la corruption, l’agression, l’expropriation, et de la tuerie à grande échelle et se proclame civilisé, oubliant le massacre des milliers de peaux rouges, la bombe atomique d’ Hiroshima et Nagasaki, qui avait fait un génocide des peaux jaunes, des milliers de morts en Irak, au Yémen, en Libye et en Afghanistan.

URL de cet article 37335
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.