Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le « juge » de paix a parlé

En réaction aux violations de la trêve en Syrie instaurée par l’accord conclu entre ses homologues russe et étasunien, l’insipide et fantomatique ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a rappelé son existence en mettant ces atteintes sur le dos du régime de Bachar El Assad. Il ne fallait pas s’attendre à une autre appréciation sur la responsabilité des violations intervenues en Syrie de la part du chef de la diplomatie d’un pays qui a opté pour travailler au départ sans préalable de Bachar El Assad et au renversement de son régime.

Il a formulé son accusation au mépris de la réalité sur le terrain en Syrie telle qu’elle est rapportée par des observateurs que l’on ne peut soupçonner d’avoir de l’empathie pour le président syrien et son régime qui ont fait état que les forces de celui-ci ne font que répliquer à des attaques dont ils sont les cibles. Mais ce qui a enlevé toute crédibilité à l’accusation portée par Ayrault contre le régime est qu’elle a été formulée alors que les groupes terroristes que soutient la France en les présentant comme faisant partie de la rébellion « modérée » anti-régime se sont déclarés contre la trêve et fait savoir qu’ils n’en respecteraient pas la clause, et que la coalition menée par l’Amérique venait de commettre un « casus belli » contre ces mêmes forces du régime qui donne toute raison à celui-ci de rompre l’engagement qu’il a pris de respecter les dispositions de l’accord russo-américain.

Sachant que Paris n’en « rate pas une » pour diaboliser Assad et son régime, la sortie de son ministre des Affaires étrangères n’aurait pas capté notre intérêt si dans sa déclaration en l’occurrence il n’avait pas ajouté qu’il « faut absolument tout faire pour recréer les conditions de la paix » en Syrie lors de l’Assemblée générale de l’ONU. Ce qui formulé en terme diplomatique n’en est pas moins révélateur de l’humiliation et de la frustration qui sont celles de la France dont la prétention à être encore une grande puissance mondiale est singulièrement ignorée par Moscou et Washington notamment pour ce qui est du dossier syrien dont ils négocient la gestion et le dénouement d’une manière bilatérale.

La France s’en est prise publiquement au régime syrien mais en fait c’est le processus russo-américain de négociations sur la Syrie qu’elle remet en cause parce qu’elle en est exclue. C’est dire que les violations que subit l’accord de trêve en Syrie ne « chagrinent » pas plus que ça l’Elysée et le Quai d’Orsay qui souhaitent probablement qu’il en résultera sa forclusion qui offrirait l’opportunité à la France de tenter de s’imposer en tant que partie dans le « grand jeu » auquel donne lieu le conflit syrien et duquel Etasuniens et Russes l’ont jusqu’à maintenant exclue.

Ayrault a révélé avec sa « subtilité » coutumière l’angle d’attaque qui sera celui de la diplomatie française pour réinsérer son pays dans le processus de négociations sur la Syrie. Il va consister à rameuter au sein de l’Assemblée générale de l’ONU le club des prétendus « amis » du peuple syrien qui partagent avec Paris la même haine irréductible du régime syrien et veulent l’abattre quel qu’en soit le prix humain pour les Syriens. Paris, Ryadh, Doha seront à n’en point douter les moteurs de la manœuvre dont le succès leur serait envisageable si l’échec du cessez-le-feu en vient à être consommé et qu’ils parviennent à créditer que c’est le régime qui en est la cause. Paris faisant cause commune avec Ryadh et Doha, que reste-t-il de la France mère des droits de l’homme, des lumières ? Rien sinon un pays à la dérive incapable lui-même de mettre en échec chez lui les hommes et factions qui s’en prennent aux valeurs sur lesquelles a reposé sa grandeur.

URL de cet article 30913
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.