RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Le « juge » de paix a parlé

En réaction aux violations de la trêve en Syrie instaurée par l’accord conclu entre ses homologues russe et étasunien, l’insipide et fantomatique ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a rappelé son existence en mettant ces atteintes sur le dos du régime de Bachar El Assad. Il ne fallait pas s’attendre à une autre appréciation sur la responsabilité des violations intervenues en Syrie de la part du chef de la diplomatie d’un pays qui a opté pour travailler au départ sans préalable de Bachar El Assad et au renversement de son régime.

Il a formulé son accusation au mépris de la réalité sur le terrain en Syrie telle qu’elle est rapportée par des observateurs que l’on ne peut soupçonner d’avoir de l’empathie pour le président syrien et son régime qui ont fait état que les forces de celui-ci ne font que répliquer à des attaques dont ils sont les cibles. Mais ce qui a enlevé toute crédibilité à l’accusation portée par Ayrault contre le régime est qu’elle a été formulée alors que les groupes terroristes que soutient la France en les présentant comme faisant partie de la rébellion « modérée » anti-régime se sont déclarés contre la trêve et fait savoir qu’ils n’en respecteraient pas la clause, et que la coalition menée par l’Amérique venait de commettre un « casus belli » contre ces mêmes forces du régime qui donne toute raison à celui-ci de rompre l’engagement qu’il a pris de respecter les dispositions de l’accord russo-américain.

Sachant que Paris n’en « rate pas une » pour diaboliser Assad et son régime, la sortie de son ministre des Affaires étrangères n’aurait pas capté notre intérêt si dans sa déclaration en l’occurrence il n’avait pas ajouté qu’il « faut absolument tout faire pour recréer les conditions de la paix » en Syrie lors de l’Assemblée générale de l’ONU. Ce qui formulé en terme diplomatique n’en est pas moins révélateur de l’humiliation et de la frustration qui sont celles de la France dont la prétention à être encore une grande puissance mondiale est singulièrement ignorée par Moscou et Washington notamment pour ce qui est du dossier syrien dont ils négocient la gestion et le dénouement d’une manière bilatérale.

La France s’en est prise publiquement au régime syrien mais en fait c’est le processus russo-américain de négociations sur la Syrie qu’elle remet en cause parce qu’elle en est exclue. C’est dire que les violations que subit l’accord de trêve en Syrie ne « chagrinent » pas plus que ça l’Elysée et le Quai d’Orsay qui souhaitent probablement qu’il en résultera sa forclusion qui offrirait l’opportunité à la France de tenter de s’imposer en tant que partie dans le « grand jeu » auquel donne lieu le conflit syrien et duquel Etasuniens et Russes l’ont jusqu’à maintenant exclue.

Ayrault a révélé avec sa « subtilité » coutumière l’angle d’attaque qui sera celui de la diplomatie française pour réinsérer son pays dans le processus de négociations sur la Syrie. Il va consister à rameuter au sein de l’Assemblée générale de l’ONU le club des prétendus « amis » du peuple syrien qui partagent avec Paris la même haine irréductible du régime syrien et veulent l’abattre quel qu’en soit le prix humain pour les Syriens. Paris, Ryadh, Doha seront à n’en point douter les moteurs de la manœuvre dont le succès leur serait envisageable si l’échec du cessez-le-feu en vient à être consommé et qu’ils parviennent à créditer que c’est le régime qui en est la cause. Paris faisant cause commune avec Ryadh et Doha, que reste-t-il de la France mère des droits de l’homme, des lumières ? Rien sinon un pays à la dérive incapable lui-même de mettre en échec chez lui les hommes et factions qui s’en prennent aux valeurs sur lesquelles a reposé sa grandeur.

URL de cet article 30913
   
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croient encore, soit un de ces journalistes qui voudraient nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.