Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le marxisme appliqué au Pétrole

On considère à juste titre le prix du pétrole comme une sorte de thermomètre de l’économie mondiale. La chute spectaculaire du prix du baril de brut (coté à environ 150 dollars au mois de juin 2008, contre environ 30 dollars actuellement), alimente une agitation qui va bien au-delà du secteur de l’énergie et des matières premières sur les marchés mondiaux.

La chute brutale du prix du pétrole est clairement corrélée à l’instabilité financière, mais les relations de causalité ne semblent pas aller dans le sens des pronostics de la plupart des experts. Quand le prix du pétrole augmente, il en va de même pour les coûts dans la plupart des pays industrialisés. Ainsi, un prix du pétrole en hausse agit comme un frein à la croissance. Des flambées des prix du pétrole ont conduit à des récessions en 1973, 1979, 2000 et en 2008. Mais le cas inverse est également vrai. Un ralentissement économique va probablement produire une baisse du prix, ce qui peut être une aubaine financière pour les États et les consommateurs. Après l’effondrement de Lehman Brothers en 2008, le prix du pétrole a chuté en prévision de la stagnation économique. Vue sous cet angle, la baisse récente du prix du pétrole est surprenante, car elle suit des signes de faiblesse perceptibles sur tous les grands marchés émergents (à l’exception de l’Inde).

Par ailleurs, le prix du pétrole est aujourd’hui soumis à l’espoir que l’économie mondiale sera remodelée à la faveur d’une hypothétique lutte contre le changement climatique. Les efforts actuels visant à freiner le réchauffement n’ont aucun effet, mais la cause est peut-être à aller chercher selon l’hypothèse que l’utilisation de combustibles fossiles puisse être un jour limité crée une puissante incitation, chez les producteurs de pétrole, à vendre autant que possible avant la mise en œuvre de mesures restrictives. Ce raisonnement explique peut-être la réponse de l’Arabie saoudite qui a rejeté les appels de l’OPEP de réduire sa production.

Les cheikhs, eux n’ont pas d’autres choix que de produire plus de pétrole, même bradé, étouffé qu’ils sont dans leurs pays encore sous la menace du printemps arabe. Pire, les cheikhs du pétrole sont prisonniers de leur pétrodollars qu’ils ont amassés et qui demain, au moment de la grande dévaluation du dollar ne seront que verre brisé ou papier mâché. Bref, leur fortune n’est qu’un mirage dans le désert. C’est ainsi, les cheikhs maintiennent leur production contre l’avis de leurs mentors étasuniens.

À ce stade de la réflexion, une analyse marxiste s’impose. La baisse des prix est-elle dû à un complot étasunien contre la Russie ou le Venezuela (ce que j’ai cru un moment) pour des motifs politiques ? Ceci voudrait dire que des capitalistes états-uniens aurait tous un avantage à voir le prix du brut continuer à dégringoler. Ça ne tient pas car le moteur interne du système capitalisme est la concurrence à outrance. On ne peut pas parler d’intérêt suprême des capitalistes états-uniens ou alors ce n’est rien comprendre à ce système. L’intérêt des manufacturiers, des entreprises de transport, des multinationales de l’automobile, est naturellement à la baisse du pétrole alors que l’industrie pétrolière étasunienne et européenne vocifère contre celle-ci. En ce qui concerne l’État fédéral lui-même, il est forcément schizophrénique : il préférera un pétrole cher car entraînant une plus grande circulation de pétrodollars et déclenchera des ventes d’armes sophistiquées de la part de leur riches clients, de plus un pétrole cher leur permettra l’exploitation profitable du pétrole de schiste onéreux à exploiter. Mais d’un autre coté le bas prix est incontestablement bénéfique à court terme, car la chute brutale du baril apporte un bol d’air à l’économie états-unienne et mondiale toujours aussi chancelante (malgré les avantages financiers : QE et taux d’intérêts) ce qui laisse augurer de la fureur avec laquelle la crise va s’accentuer quand les prix du pétrole remonteront.

Mais il ne faut pas perdre de vue qu’au fur et à mesure que les profits pétroliers se rapprocheront des abysses, les capitaux qui auront suffisamment fui ce secteur peu rentable s’y jetteront de nouveau pour essayer de le rendre à nouveau profitable ce qui immanquablement finira par créer une bulle nouvelle. En dernière analyse, un marxiste voit dans cette crise systémique, une crise de sous valorisation du capital qui ne parvient plus à mettre de plus en plus de capitaux en action pour produire de plus en plus de plus-value. Une crise économique pour les capitalistes ce n’est pas quand les prix fluctuent ou quand la misère humaine s’approfondit. Une crise systémique du capitalisme c’est quand les profits n’augmentent plus et donc que le capital ne se valorise plus et ne se reproduit plus.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2016/02/l...
URL de cet article 29939
   
Frédéric Rousseau. L’Enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie.
Bernard GENSANE
Paris, Le Seuil, 2009 Nous connaissons tous la photo de ce jeune garçon juif, les mains en l’air, terrorisé parce qu’un soldat allemand pointe sur lui un fusil-mitrailleur. En compagnie de sa mère, qui se retourne par crainte de recevoir une salve de balles dans le dos, et d’un groupe d’enfants et d’adultes, il sort d’un immeuble du ghetto de Varsovie. A noter que ce que l’enfant voit devant lui est peut-être plus terrorisant que ce qui le menace derrière lui. Au fil d’un travail très rigoureux, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.