Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les radars : pas grand-chose à voir avec la sécurité routière !

Ci-dessous un article repris du blog de Bernard Gensane. Il n’est pas dans les habitudes du Grand Soir de publier ce type d’article. Bernard Gensane, qui conduit depuis 52 ans, n’a jamais eu d’accident et n’a perdu qu’un point de permis pour avoir roulé à 36 km/h dans une zone limitée à 30, estime (nous l’avons interrogé longuement) qu’il en va des radars comme des caméras de surveillance. Ils ne servent pas à protéger, à diminuer les risques, mais à surveiller, à tétaniser les foules. Ce n’est pas un hasard si le pays qui a vu naître Big Brother est le plus "protégé" au monde après Monaco.
LGS.

Ces jours-ci, un homme de 68 ans, alcoolisé, a pris l’autoroute dans le mauvais sens (nombreux sont ceux qui font de même sans alcool). Trois morts dont un enfant. Selon la sécurité routière, en 2016, 124 accidents de ce type ont occasionné 28 morts. 22% des conducteurs étaient âgés de 75 ans et plus. Parmi les chauffards âgés de 25 à 44 ans, 50% avaient un taux d’alcool supérieur à 0,5 gramme/litre.

Il meurt actuellement environ 3 400 personnes sur les routes par an. 1/3 des accidents sont causés par l’abus d’alcool. 21% surviennent suite à des prises de drogue. Si l’on additionne les 124 morts des autoroutes, les 1 000 morts dus à l’alcool et les 700 morts dus à la drogue, on atteint un total de plus de 1 800 morts. Auxquels ils faut ajouter une bonne centaine de morts dus au mauvais état des routes (le chiffre annoncé dans le tableau plus bas est faux). On frôle donc certainement les 2 000 morts.

1/3 "seulement" des accidents mortels sont dus aux excès de vitesse. Mais c’est uniquement à cette cause que s’attaquent les pouvoirs publics. Pour la simple raison que ça rapporte. Tandis que réparer les routes coûte. Baisser la vitesse de 90 à 80 est favorisé par le banquier et son gouvernement. Cela tétanisera davantage les automobilistes et cela rapportera toujours plus d’argent (sans parler des points à racheter qui, philosophiquement parlant, est un pur scandale). L’énorme caisse enregistreuse (nouveaux radars, drones etc.) sera confiée à des sociétés privées, selon la tendance lourde qui prévaut actuellement en France (aux impôts, des tâches de vérification sont confiées à des sociétés privées, mais l’administration, de plus en plus squelettique, n’a pas le droit de vérifier les vérificateurs). Signalons que le Danemark, qui avait baissé de 90 à 80, va revenir à 90 car les accidents avaient augmenté.

Les vitesses moyennes en 2015 étaient toujours inférieures à celles autorisées : 118 km/h sur autoroute, 103 km/h sur les voies limitées à 110 km/h, 82 km/h sur route et 48 km/h en zone urbaine. Les dépassements restent modestes : 4 % des automobilistes dépassent de plus de 10 km/h la vitesse limite sur route, et 3 % sur autoroute.

Dans une interview de fin janvier 2015, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve déclarait que "L’installation des radars en 2003 avait permis de faire chuter le nombre de morts de façon spectaculaire." On peut tiquer devant le fait que que l’information sur la Sécurité Routière était confiée en la circonstance au ministre de l’Intérieur, et non à celui chargé des Transports. Le problème est que nul expert n’est capable d’isoler le facteur radar (et donc son impact sur la mortalité) de tous les autres (infrastructure, formation, météo, équipements de sécurité, évolution du parc automobile). En outre, depuis l’installation du premier radar voici douze ans, la mortalité a baissé de 42,8 %. Impressionnant, sauf que dans les douze années qui avaient précédé cette implantation, la mortalité avait baissé... de 42,2 %. La baisse de la mortalité n’a donc pas baissé "de façon spectaculaire" grâce aux radars !

Bernard GENSANE

URL de cet article 32771
   
Même Auteur
Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.