RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

35 

Menace de guerre en Méditerranée et cynisme des grandes puissances

L’Oruç Reis est enfin rentré au port mais le ministre Turc des affaires étrangères a prévenu : « N’y voyez surtout pas un pas en arrière ».

Dernier chapitre d’une longue série de bravades, voilà près d’un mois que ce navire de recherche d’hydrocarbure déployé par Ankara dans les eaux territoriales helléniques attisait les tensions entre la Grèce et la Turquie, pourtant supposées alliées puisque toutes deux membres de l’Otan.

Forages illégaux dans les eaux chypriotes, survol d’îles grecques par des chasseurs-bombardiers, le président Erdogan n’en est pas à ses premiers méfaits dans le secteur. Et celui qui avait déjà invectivé Emmanuel Macron en novembre dernier (« en état de mort cérébrale », 28/11/2019) n’hésite plus maintenant à le menacer directement (« Vous n’avez pas fini d’avoir des ennuis avec moi », 12/09/2020) pour mieux s’affirmer aux yeux du monde.

Fort d’un « régime de terreur » – pour reprendre les mots du prix Nobel de littérature Orhan Pamuk – instauré graduellement depuis son accession au poste de premier ministre en 2003, le réactionnaire Recep Tayyip Erdogan poursuit ses desseins impérialistes, après avoir purgé armée et administration publique, rempli ses prisons d’opposants (notamment les Kurdes qui sont traités comme des terroristes) et muselé la presse.

S’appuyant sur une rhétorique nationaliste néo-ottomane très agressive, la Turquie cherche avec lui à retrouver un rôle d’acteur de premier plan au niveau régional mais aussi sur la scène internationale, n’hésitant plus à défier les grandes puissances avec des positionnements audacieux sur des terrains explosifs tels que la Syrie, la Libye ou en Irak. Elle s’autorise à intimider des frégates françaises avec sa marine, violer l’embargo de livraisons d’armes en Libye, maintenir des mercenaires sur plusieurs théâtres d’opérations... Entre provocation et témérité affichée, la politique étrangère de voyou menée par Erdogan joue continuellement avec le feu au point d’agiter aujourd’hui le spectre de la guerre avec la Grèce.

En s’appuyant sur la brutalité, le chantage, la politique du fait accompli et le mépris du dialogue international, Erdogan se risque à jeu dangereux qui met en péril la stabilité régionale et exacerbe la crise que traversent les relations internationales.

L’Otan nous prouve pour la nième fois sa soumission totale aux intérêts étasuniens et son inutilité. Quant à la France et l’UE, elles payent à présent le prix d’un silence complice face à la dérive d’un dirigeant qu’on a laissé faire pendant des années en échange de la fermeture du « robinet migratoire ». C’est renforcé par une indulgence coupable des Européens et des Etats-Unis que celui qui a tant martyrisé son peuple peut s’afficher désormais avec tant de véhémence. Et comment pourrait se faire entendre l’UE face à lui ? Fondée sur la concurrence, n’a-t-elle pas mis elle-même la Grèce à genoux ? La France, qui n’a pas joué un moindre rôle dans cette affaire, court maintenant à sa rescousse... et se félicite de la commande de 18 Rafales par Athènes ! "Excellente nouvelle pour l’industrie aéronautique française" a tweeté la ministre des Armées Florence Parly. « Dans le même temps », l’administration française vient de livrer cette semaine le Kurde Mehmet Yalcin à Ankara, en claire violation des procédures et des droits de ce demandeur d’asile.

L’ombre de la guerre souligne bien le cynisme des grandes puissances, qui n’ont pas été capables d’instaurer une vision nouvelle et équilibrée des relations internationales. Comment attendre des puissances émergentes un comportement coopératif si la voie qui leur a été montrée pour peser dans le concert des nations a été celle de la force et du calcul égoïste ?

Patrick LE HYARIC

»» http://r.lettre.patrick-le-hyaric.fr/aduqdmqfzpt7e.html
URL de cet article 36479
   

Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.