RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Les États-Unis sont grands et Wendy Sherman est leur prophète !

Merci Madame Wendy Sherman

Ça y est, les États-Unis ont parlé et il y en a qui ont été particulièrement attentifs..
... à ce qu’a dit la sous-secrétaire d’État aux Affaires politiques, du haut du piédestal que lui offrent les empressés dans l’allégeance. Il n’y a qu’à lire la couverture faite par certains journaux, le choix de leur titraille, pour se convaincre de la soumission ou de l’adhésion aux verdicts assenés par Mme Wendy Sherman.

Autant de messages à destination des sollicitations à peine voilées des courants acquis à l’atlantisme conquérant. Du froid parfois, comme cette phrase où elle « souhaite un prompt rétablissement au président algérien qui est très connu aux États-Unis et… lui souhaite un retour immédiat », ou celle-ci où elle considère que « l’Algérie continue à avancer sur tous les fronts et (qu’) il y a continuité ». Ce qui n’a pas dû être accueilli avec enthousiasme par les catastrophistes de tout bord. Il y a aussi le fait que la dame, sachant les attentes en matière d’ingérence, coupe court aux sollicitations en disant : « Nous n’avons aucun rôle à jouer dans le choix du futur président qui, je le répète, revient au peuple algérien. » Au point où il faudrait peut-être lui dire merci de ne pas se mêler de ce qui ne la regarde pas, faute d’avoir des voix assez fortes pour lui demander ce qui l’autorise à un tel paternalisme. Ainsi lancée, elle ne se prive pas de donner des instructions sur tout. A commencer par cette appréciation : « L’Algérie peut mieux faire. » Ici, elle parle bien sûr de cette « démocratie », dont les néolibéraux de Wall Street et d’ailleurs ont le secret. Tant pis, s’il y en a qui la prennent au pied de la lettre et considèrent qu’elle se préoccupe des droits du peuple algérien. Dans le même temps, elle donne une lueur d’espoir à ceux qui désespèrent du « changement » venu d’ailleurs, qui ne se sont pas privés de décortiquer la moindre tournure de phrase, le moindre mot pour y déceler les menaces traditionnellement adressées aux Arabes et assimilés, celles qui font qu’un pays soit éligible au « printemps ».

Parfois, Mme Sherman leur a facilité la vie, comme quand elle conditionne les élections par leur transparence et leur régularité. Non pas qu’il faille prendre la chose au mot, mais pour y voir le maintien du discrédit à l’égard du pouvoir en place. La chasse à la fraude essentielle est donc permise, par le seul fait qu’il sera bien de prouver à la " « communauté internationale » que la victoire d’un FLN/RND est toujours sujette à caution. La « démocratie » ne pouvant être prouvée et assurée que par l’élection d’un patenté de la presse « démocratique » et des plateaux d’outre-mer. Ce faisant, les fondements du discours étatsunien sont occultés, même s’ils déterminent tout le reste. En ce sens et pour le moment, les États-Unis estiment avec raison qu’ils obtiennent tout ce qu’ils veulent du gouvernement algérien. La pleine coopération dans la gestion stratégique de la région, l’inscription dans les plans de « sécurisation » de l’Afrique subsaharienne, de la Tunisie et de la Libye et, par-dessus tout, la « levée des obstacles » devant l’avancée des forces du marché.

URL de cet article 21054
  

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.