RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
28 
Comment Vanessa Burggraf a échoué à se payer Jean-Luc Mélenchon et s’est fait huer par le public.

« Merde ! Comment merde ? »

C’est l’histoire du gars qui fait exprès d’écraser le pied d’un voyageur dans le métro et qui s’excuse très fort quand l’autre lâche un « aïe ! » suivi d’un murmure conciliant « Ce n’est pas grave ». Alors, le malotrus, prenant le wagon à témoin, s’écrie : « Merde ! Comment merde ? Je me suis excusé et vous m’insultez ? ».
Et le malheureux souffre-douleur de subir la réprobation des autres voyageurs.
Seulement, ça ne marche pas à tous les coups.

Je pensais à cette histoire en regardant samedi 10 septembre 2016 sur France 2, en première partie de soirée, l’émission « On n’est pas couché(s). »

La journaliste Vanessa Burggraf est à la manoeuvre pour se payer Jean-Luc Mélenchon.

On peut voir le combat ici (attention, ça va vite : entre 1h28.05 et 1h32.30) :

PREMIER ROUND

1- Vanessa Burggraf pose à Jean-Luc Mélenchon des questions à charge, comme celles que lui poserait un adversaire politique. D’emblée, on entend les mots qui font peur : « populiste (2 fois), démagogie »…

2- Elle interrompt l’interpellé dès les premières secondes de sa réponse (à la 4ème seconde).

3- Elle met en doute sa sincérité (les promesses qu’il ne tiendra pas).

4- Nouvelle interruption quand JLM évoque le procédé du référendum révocatoire. Vanessa Burggraf nous apprend ( !) que ça existe au Venezuela. Nicolas Maduro s’acharne à ne pas s’y soumettre, affirme-t-elle dans son ignorance de la situation vénézuélienne dont, je la cite « on ne peut pas ne pas parler » dans l’émission.

Au passage, demandons-nous pourquoi on est obligés de parler du Venezuela et pas du Qatar, de la Colombie ou du Mexique.

DEUXIEME PARTIE

Tournant du combat sur le ring. L’adversaire politique que la journaliste du système croyait dans ses cordes contrattaque.

1- Jean-Luc Mélenchon, loin d’être sonné par la rafale des coups, y met fin en doutant (légitimement) des connaissances de Vanessa Burgraff sur le Venezuela.

2- Vanessa Burgraff, d’abord geignarde sous l’uppercut, bondit sur ce qu’elle pense être le bon angle patiemment attendu par elle depuis le début : elle lance le leitmotiv médiatique, la botte de Nevers des obligés des 9 milliardaires qui possèdent nos médias : Jean-Luc Mélenchon est « agressif » (répété 3 fois).

3- Huée par le public, elle affirme qu’il n’y a que des mélenchonistes dans le studio (répété 3 fois).

4- Enfin, désemparée, et en contradiction avec tout ce qui a précédé, elle jure (3 fois aussi) qu’elle trouve Jean-Luc Mélenchon « très sympathique  ».

Imaginons son comportement si elle l’avait trouvé antipathique !

RESUME  : Invitez un homme politique, traitez-le de populiste, de démagogue, de menteur (ses vaines promesses), insinuez que ses amis latinos ne sont pas des démocrates, interrompez-le dès que vous sentez que ses réponses risquent de convaincre, déplorez 3 fois son agressivité. Si le public s’indigne, tentez de rattraper le coup en révélant (3 fois) que vous trouvez « très sympathique  » votre cible trop coriace.

Point d’orgue : déplorez néanmoins (à 1h38.02) qu’il n’y ait que des mélenchonistes dans le studio (répété 3 fois). Une discussion entre Jean-Luc Mélenchon et Laurent Ruquier nous apprend que Jean-Luc Mélenchon a invité sa garde rapprochée et 4 témoins qui ont parlé dans l’émission. Tous les autres ont été invités par l’animateur.

Vanessa Burggraf est journaliste du « contre-pouvoir » (dit-elle sans rire) et elle attend qu’on lui parle avec la douceur et le respect dus à sa profession, même quand celle-ci prend la forme d’une meute des chiens de garde.

Vladimir MARCIAC

URL de cet article 30871
  

Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.