Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Mutiler les corps pour mieux frapper les esprits

Une goutte de sueur glisse le long de sa tempe. Elle ne trahit aucune émotion : en ce printemps, la chaleur est déjà bien présente. L’esprit aux aguets, l’œil rivé au viseur, il a tout loisir de dévisager ceux qui composent la foule nombreuse. Il aime ce sentiment qui mêle, à la fois, quiétude et puissance.

Viser le haut du corps, c’est plutôt la mort. Viser les membres inférieurs, c’est plutôt la mutilation.

Faire partie de l’élite a toujours été son rêve de gosse : « tireur d’élite », telle est sa mission. Il est le premier rempart face à cette horde hostile et bruyante.

La munition est déjà engagée dans la chambre de son fusil Imi Galil Sniper. Elle attend son heure de gloire, elle attend sa cible. C’est une question de minutes, d’une heure peut-être. Il lui appartient de choisir l’instant.

Il est serein : le droit est de son côté, il ne peut en douter. La force est de son côté : non seulement, la force militaire, mais la force du droit. Le droit à cette terre ancestrale, à se défendre, à protéger ses conquêtes, ses colonies, le droit à l’impunité grâce à des pays alliés et complices qui sont membres permanents au Conseil de sécurité de l’ONU. Tout est légal, que cela soit létal ou non. Bien sûr, tout l’art consiste à jongler avec les limites de la légalité.

Il esquisse un sourire, lui qui aurait pu embrasser une carrière, comme sa mère, dans la chirurgie, il œuvre, à sa manière, à l’amélioration, à la promotion de la chirurgie réparatrice, reconstructrice. Ses yeux brillent car, en un instant, tout peut basculer à quelques centaines de mètres. La vie, la liberté comme la possibilité de se mouvoir peuvent être rompues irrémédiablement comme le plus bel objet en cristal se brise en heurtant le sol.

La balle est prête : il sait que le trou d’entrée sera réduit, que l’orifice de sortie sera démesuré. Que les blessures sur les tissus mous, les os pulvérisés seront difficilement réparables, qu’il faudra des années de soins (1). Il sait tout cela, il sait que la balle est des plus vulnérantes. Peu lui chaut, seule compte sa mission.

La vie est faite de choix, il a fait celui de servir son État, de servir le sionisme.

La multitude en face semble s’agiter, l’effervescence renaît : c’est sûrement le moment propice. Cette cible mouvante qui s’ignore, ce porte-drapeau désarmé, ne connaît pas encore la souffrance qui va devenir, immanquablement, son quotidien.

Son index effleure la détente, le métal est tiède.

En cette belle journée, donner la mort à cette distance serait largement possible.

Mais tuer n’est pas le plus utile : blesser, mutiler, en période de guerre participe à l’atteinte du moral de l’ennemi, il le sait. Il sait aussi qu’en d’autres lieux, cette atteinte aux membres inférieurs s’appelle la « jambisation » (2) : il arrive à la mafia de recourir à ces « messages » qui s’adressent à la concurrence.

Toujours le même principe : il s’agit de mutiler les corps pour mieux frapper les esprits.

La vie, le temps semblent comme suspendus malgré la clameur au loin.

Il se rappelle avoir lu : « la balle dum-dum est interdite depuis plus d’un siècle. Mais il existe toujours des munitions qui s’inspirent de son principe : elles prennent de l’expansion dès lors qu’elles pénètrent dans un milieu plus dense que l’air et causent donc d’énormes blessures à l’intérieur du corps, blessures en tout cas sans proportion avec le but recherché, à savoir la mise de l’adversaire hors combat.

Les progrès technologiques et scientifiques en matière d’armement font qu’il n’est pas du tout illusoire de penser qu’un jour ou l’autre apparaissent de nouvelles munitions provoquant ‘‘ subrepticement ’’ des effets dum-dum indésirables, c’est-à-dire des souffrances inutiles et sans justification militaire. »(3)

Il sourit des épithètes « indésirables », « inutiles ».

La déflagration vient de déchirer le temps. À 800 m/s, la balle vient de déchirer l’espace. Un corps tombe, un panache de poussière se soulève, le drapeau s’affale à ses côtés. Le gamin, ce Gavroche palestinien, est promptement emmené par les siens.

En voilà un de plus qui n’aura pas les moyens physiques de commettre un attentat, et qui restera une charge pour son entourage, durant toute son existence.

En son for intérieur, il se réjouit du concept formidable de « guerre préventive ».

Il n’a aucun doute, il n’a aucun scrupule. Pourquoi en aurait-il ? Chaque balle tirée le rapproche, un peu plus, de son aïeul, qui fut un membre actif du groupe Stern et qui crut en l’avènement de « l’homme supérieur ». (4)

PERSONNE

(1) Lire le témoignage de Thierry Saucier, chirurgien de MSF.

(2) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/06/01016-20160306ARTFI...

(3) https://www.swissinfo.ch/fre/la-suisse-veut-bannir-les-balles--dum-dum-/1977518

(4) L’influence de Nietzsche sur le sionisme.


URL de cet article 33284
   
AGENDA
lundi 12 novembre 2018
mardi 13 novembre 2018
mardi 13 novembre 2018
jeudi 15 novembre 2018
vendredi 16 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 17 novembre 2018
dimanche 18 novembre 2018
mardi 27 novembre 2018
samedi 1er décembre 2018
samedi 15 décembre 2018


Vous avez une minute ?

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.