Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nettoyage ethnique à Khan El Ahmar : la CPI mise devant ses responsabilités

Attaquée avec virulence par l’administration Trump et mise en demeure par elle de renoncer à l’ouverture de toute enquête contre des responsables civils ou militaires étasuniens ou de pays amis des Etats-Unis au motif qu’ils sont susceptibles d’avoir ordonné ou commis des crimes de guerre dans le cadre de conflits où leurs pays sont impliqués, la Cour pénale internationale (CPI) a répliqué avec panache que l’attaque des EU ne l’impressionne pas et que, malgré les menaces, dont ils ont été l’objet ses magistrats n’abdiqueront pas.

Saluée et approuvée internationalement pour sa courageuse réplique à l’opération d’intimidation entreprise à son encontre par Washington, la CPI vient de se voir offrir l’occasion de démontrer que sa détermination affichée à passer outre l’injonction étasunienne n’est pas qu’un simple effet d’annonce. En effet, Saeb Erekat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a annoncé que son organisation avait déposé une plainte auprès de la CPI pour crimes de guerre israéliens dans Khan Al Ahmar, un village bédouin de Cisjordanie aux abords de Jérusalem entre deux colonies juives que l’armée sioniste a entrepris de raser ; et de procéder au transfert forcé de sa population dans un but de nettoyage ethnique clairement évident. L’opération entreprise contre ce village a été justifiée du côté israélien par l’arrêt de la Cour suprême de l’Etat sioniste ayant statué en faveur de sa démolition. Cette pseudo-couverture juridique n’enlève rien au caractère d’opération d’épuration ethnique sciemment voulue à travers le rasage de Khan Al Ahmar. Et c’est ainsi que l’a dénoncé la communauté internationale et que l’ont qualifié les autorités palestiniennes qui ont déposé plainte auprès de la CPI.

En Palestine, l’occupant sioniste commet l’autre crime de guerre qui consiste à tirer à balles réelles sur de pacifiques manifestants. Depuis le début de la manifestation pour le retour à laquelle la population de la bande de Ghaza participe aux limites séparant celle-ci du territoire israélien, l’armée de l’Etat sioniste fait un carnage dont le décompte s’élève à près de deux cents morts, parmi lesquels des femmes et des enfants. Si la Cour pénale internationale (CPI) est véritablement déterminée à montrer que sa compétence et sa justice valent pour tous les crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ce qui se passe en Palestine lui en fournit incontestablement l’occasion. C’est d’ailleurs pour l’en détourner que l’administration américaine s’en est prise à elle et qu’elle a décidé d’enclencher une batterie de sanctions contre les Palestiniens pour les dissuader de l’actionner contre son allié et protégé israélien.

Le temps long que met la justice à se mettre en branle quand elle fait l’objet de saisine ne doit pas fournir à la CPI matière à échappatoire face à la plainte palestinienne. Elle doit au contraire faire la preuve qu’elle est sensible à l’invocation par la partie plaignante palestinienne de l’urgence de sa saisine sur les crimes de guerre dont est victime sans défense la population des territoires occupés et de la bande de Ghaza.

URL de cet article 33808
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.