RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Responsabilité de protéger ! Á une exception près, le peuple palestinien

« Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. » (1)

Il ouvre le livre à la page 106, jette un coup d’œil sur le titre du chapitre et commence la lecture.

-Allo, bonjour madame, Je n’ai pas de téléphone portable, c’est pour cela que je téléphone sur le ’’fixe’’ pour parler à M. Bernard Kouchner.
-Bonjour Monsieur, Bernard Kouchner vient juste de sortir pour aller à l’aéroport : direction Gaza pour apporter un sac de riz. Après la Somalie...la Yougoslavie...l’Irak... la Syrie... la Libye, la responsabilité de protéger est toujours la ligne directrice du médecin du monde et des Etats occidentaux pour défendre le Bien.

Interloqué, celui qui utilise encore le téléphone arabe l’interroge :

-Mais protéger qui ?
-La population palestinienne de Gaza, des descendants d’habitants de Haïfa, Tibériade, Beït Shéan, Safed, Jaffa... Acre ... Deir Yassine est le symbole de cette grande catastrophe. La Nakba, pour le peuple palestinien. Deux millions sont concentrés dans une prison à ciel ouvert. A l’heure où je vous parle, les bombardements aveugles ont causé la mort de près de 28663 d’êtres humains.

Sans parler des blessés.

-Excusez-moi de vous interrompre mais 28663, certes, est un nombre premier mais il est petit...
-Monsieur ! Si vous voulez être informé sur la grande responsabilité de protéger, il ne faut pas m’interrompre ! Oubliez vos nombres premiers et pensez au génocide présent !
-Toutes mes excuses.
- Je reprends. La force occupante de la terre palestinienne veut produire de nouveaux réfugiés.

Pour les survivants de Gaza, on construit des camps de réfugiés au Sinaï. L’Etat égyptien finira, sans doute, par accepter. De même, en Cisjordanie, les colons colonisent la terre, aidés par la force militaire sioniste avec la volonté de produire de nouveaux réfugiés vers la Jordanie. A n’en pas douter, le peuple palestinien vit une deuxième Nakba avec le consentement non dit des Etats démocratiques, défenseurs des droits de l’homme. Ces derniers accusent la résistance palestinienne d’avoir pris des otages, massacrés des civils, violé des femmes et décapité des enfants le 7 octobre 2023. D’ailleurs, l’UNRWA, organisation humanitaire créée en 1948 pour soutenir les réfugiés palestiniens en s’appuyant sur le Droit au retour des réfugiés palestiniens sur leur terre d’origine est accusée par l’entité sioniste d’être une filière de la résistance palestinienne. Pas besoin de preuve puisque c’est l’Etat d’Israël qui l’affirme, le Camp du bien suspend l’aide financière à l’UNRWA.

-Excusez-moi de vous interrompre mais même des sauvages ne décapitent pas des enfants.
-Bonne réflexion ! En effet, il est prouvé qu’il n’y a pas eu de décapitation. Mais il fallait légitimer la continuité de la stratégie de la force occupante. Et à cette fin, l’entité sioniste et l’impérialisme occidental ont décrété que l’histoire du peuple palestinien a commencé le 7 octobre 2023 et que le juif est l’éternel porteur d’étoile jaune comme l’a illustré au siège de l’ONU, l’ambassadeur de l’entité sioniste, Gilad Erdan.

Or, elle a commencé le 16 novembre 1917. A cette époque, la Palestine était occupée par la puissance coloniale britannique. Cette dernière a accordé au mouvement sioniste la liberté d’établir pour le ’’peuple juif’’ sur cette terre un foyer garanti par le droit public. C’est la fameuse déclaration de Lord Balfour, ministre des Affaires étrangères britannique. Ce dernier a répondu au souhait du sionisme politique en des termes simples. Et je le cite : « le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement d’un foyer national pour les Juifs et fera tous les efforts possibles en vue de faciliter la réalisation de cet objectif, étant bien entendu que rien ne sera entrepris qui puisse causer un préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine ou aux droits et au statut politiques dont jouissent les juifs dans n’importe quel autre pays. »

La deuxième partie de la déclaration, concernant l’autochtone palestinien, n’a jamais été respectée mais elle a mis en place la première étape des objectifs stratégiques du mouvement sioniste.

Au fur et à mesure que les juifs d’Europe s’implantaient sur la terre palestinienne, les révoltes de paysans palestiniens se multipliaient avec un point culminant : le soulèvement populaire palestinien entre 1936 et 1939. Il fut réprimé dans le sang par la puissance coloniale aidée par la Haganah, la force armée sioniste. Aujourd’hui, une des forces de résistance palestinienne porte le nom du dirigeant du soulèvement de 1936, Azzedine Kassem, assassiné par la puissance coloniale et la Haganah.

La deuxième étape du mouvement sioniste dans la construction du Royaume d’Israël, a débuté en 1948 avec le partage de la Palestine en deux Etats. Un Etat de fait que le peuple palestinien a toujours refusé. Entre parenthèse, l’ONU, organisation garante du Droit international, a été fondée sur la base de multiples injustices dont celle que subit encore le peuple palestinien.

A partir du 7 octobre 2023, le mouvement sioniste a mis en place les fondations pour la réalisation de la troisième étape dont le but stratégique est de faire de l’Etat palestinien souverain, une chimère. Les Accords d’Oslo et les Accords d’Abraham ont facilité l’avènement de cette étape. Il faut préciser que les Etats-unis, le Royaume Uni, l’Allemagne et la France sont les principaux soutiens indéfectibles de cette entreprise d’effacement politique, social et culturel du peuple palestinien. Ce n’est pas dit dans les mots mais cela se concrétise dans les actes.

Et tout naturellement la résistance arabe dont le Hezbollah et les forces de résistance yéménites soutiennent la résistance palestinienne.

-Puis-je vous interrompre, madame.
-Vous perdez patience sans doute mais c’est vrai j’ai beaucoup parlé.
-Pas du tout madame, j’ignorais cette histoire et j’ai beaucoup appris. Mais une question me brûle la langue : que fait notre président Emmanuel Macron ?
-Emmanuel Macron est sur tous les fronts. Concernant l’Ukraine, il a engagé la France dans une guerre contre la Russie mais comme elle n’est pas déclarée officiellement, l’Etat français est en paix avec la Russie. Et concernant le peuple palestinien, il déplore ce que fait la force sioniste à Gaza et en Cisjordanie et soutien sur le plan politique, militaire et économique cette même force. Il est le roi du ’’en même temps dehors et dedans’’.
-Mais en étant dehors et dedans, on est finalement sur le seuil de la porte. Mille excuses, je vous ai encore interrompu.
-Ce n’est pas grave. D’ailleurs, j’allais mettre fin à la discussion parce que Bernard Kouchner me téléphone sur le portable et m’a envoyé un message : j’ ai oublié le sac de riz. Vous me promettez de ne pas dire que je vous ai donné toutes ces informations, je risque d’être accusée d’antisémitisme. Tiens, je viens d’apprendre qu’Emmanuel est effectivement sur le seuil de la porte parce qu’il a perdu la clef de la maison.
–Je vous le promet. Et encore une fois, merci, j’ai beaucoup appris.

Et tout en déposant l’appareil téléphonique, il pense aux liens existants entre la cause qui date du 16 novembre 1917 et la conséquence du 7 octobre 2023. Presque 106 ans, sans aucun respect des mille et une résolutions de l’ONU en faveur du peuple palestinien. Et il replonge dans ses nombres premiers.

N.B
Le 29 mars : journée de la terre. La Journée de la terre a été décrétée par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en souvenir des événements du 30 mars 1976, date de la révolte de la population palestinienne contre la décision de l’entité sioniste d’exproprier de grandes proportions de terres palestiniennes détenues encore par les Palestiniens après 1948.

Note

(1) Aimé césaire. Discours sur le colonialisme. Edition Présence africaine (2006). p .7

19/02/2024

URL de cet article 39381
  

Même Thème
Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.