Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Choses vues en Grèce

Reviens, Solon, ils sont devenus fous !

On a tort de s’énerver sur les jeunes immergés dans leurs Smartphones, tablettes et autres écrans accusés de briser les liens sociaux (« De mon temps, on se parlait ! »). En vérité, c’est la calculette du ministre allemand des Finances qui rend autiste et sec.
J’étais en Grèce il y a quelques semaines et j’y ai vu ce que Wolfgang Schäuble ne saurait voir.

Oradour-Sur Glane ? Ils en ont plus de 900, comme Distomo, village exterminé par la 4e division Waffen-SS. Ne remuons pas un passé presque vieux comme Hérode. N’empêche ! Comment ne pas être bouleversés par l’exposition en vitrine (remember !) de centaines de crânes de suppliciés qui ont péri éventrés, déchiquetés, décapités ? Le plus jeune avait un an.

Je me demande si Angela Merkel ne devrait pas rembourser une dette à la Grèce naguère occupée, martyrisée et pillée.

J’ai vu le défilé des Thermopyles. En août de l’an 480 avant notre ère, avec pour mission (glorieusement réussie) de ralentir la marche de l’ennemi pour laisser à l’arrière du front le temps d’organiser la défense, 300 soldats grecs menés par Léonidas 1er y affrontèrent 10 000 Perses dans un combat de légende qui dura trois jours. Je ne voudrais pas faire une fixette sur l’Allemagne, mais il me revient en mémoire que, dans la Résistance, Roger Vailland développa un réseau de renseignements qu’il baptisa (et ce n’était pas un hasard) « Le réseau Thermopyles », lequel s’avéra d’une extraordinaire efficacité contre l’occupant.

J’ai vu le théâtre d’Epidaure, chef-d’œuvre du génie grec (« Souvent imité, jamais égalé »). Assis tout en haut, j’ai entendu ma compagne, minuscule sur la scène centrale, me chanter une chanson grecque. Je l’ai remplacée pour faire résonner un chant des Républicains espagnols dont on sait qu’ils ont été défaits par les franquistes épaulés par les Allemands de la légion Condor qui s’illustra à Guernica. Encouragé, un jeune français me succéda pour offrir aux 13 000 gradins (vides à 99,99 %) un autre chant républicain (anarchiste) espagnol. Emotion.

Avec un petit groupe, nous avons dîné dans la taverne traditionnelle San Stou Psirri à Athènes en compagnie de Farid Fernandez, ambassadeur de la république bolivarienne du Venezuela, inquiet pour la Grèce, ce « Petit pays par sa superficie, mais grand par son Histoire ». Les événements récents autorisent à inverser : « Grand par son Histoire, mais petit... », hélas ! Nous avons fini la soirée dans un festival antiraciste.

En l’an 640 avant notre ère, quelque part dans une rue avoisinante, était né Solon, un des Sept Sages de la Grèce antique, homme d’État, législateur et poète, vénéré par Xénophon, Platon et Aristote. Il est l’inventeur de la démocratie. Il a aboli une partie des dettes privées et publiques, supprimé l’esclavage pour dettes, faisant passer, pour la première fois au monde, l’intérêt général avant l’intérêt particulier.

J’imagine que Wolfgang Schäuble aurait refusé de se trouver dans la même pièce que lui, non pas parce que Solon était Grec comme Yanis Varoufakis, mais parce qu’il avait probablement contaminé Brecht, Engels et Marx.

Maxime Vivas

URL de cet article 29120
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Auteur
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui croient connaître le monde à travers les médias connaissent en réalité un monde qui n’existe pas. D’où la difficulté de communiquer avec eux.

Viktor Dedaj


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.