Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie – Le Commandement central étasunien déclare la guerre à la Russie

Photo : Le Général Valeriy Asapov, tué en Syrie © Russian Archive / Global Look Press

Hier, trois officiers russes de haut rang ont été tués dans une « attaque de l’EI » à l’est de la Syrie. Il est probable qu’ils ont été tués par des forces spéciales ou des insurgés contrôlées par des forces spéciales américaines. L’incident sera interprété comme une déclaration de guerre.

Le Commandement central des États-Unis au Moyen-Orient veut que ses forces par procurations prennent le contrôle des champs de pétrole de l’est de la Syrie pour mettre en place un mini-état kurde aligné sur les États-Unis dans la région. Le gouvernement syrien, allié à la Russie, a besoin des revenus de ces champs de pétrole pour reconstruire le pays.

La semaine dernière, les Russes ont vertement dénoncé la coordination américaine avec les terroristes d’al-Qaeda dans la province d’Idleb, et ont dit craindre une nouvelle escalade.

Hier, le ministère russe de la Défense a accusé les militaires américains de l’est de la Syrie de collaborer directement avec l’État islamique :

Les unités spéciales de l’armée américaine font passer les Forces démocratiques syriennes (SDF) à travers les positions des terroristes islamiques (EI, anciennement Etat Islamique en Irak et Syrie et Etat Islamique en Irak et au Levant), a déclaré le ministère dans un communiqué.

« Sans rencontrer la moindre résistance de la part des combattants de l’EI, les unités des SDF avancent le long de la rive gauche de l’Euphrate vers Deir ez-Zor », indique le communiqué.

Les photos qui viennent d’être diffusées « montrent clairement que les opérations spéciales américaines sont stationnées aux avant-postes précédemment occupés par les combattant de l’EI »

« Les principales positions américains sont situées dans les zones occupées par l’EI, mais ils n’ont organisé aucune surveillance de l’EI », a déclaré le ministère russe de la Défense.

Cette carte montre la zone de conflit actuellement concernée (forces par procuration américaines en jaune, Armée arabe syrienne en rouge, EI en noir) :

JPEG - 101.1 ko
carte de Weekend Warrior

Les accusations russes sont plausibles. Une grande partie de l’EI à Deir Ezzor est formée des forces tribales locales de l’est de la Syrie. L’envoyé spécial des États-Unis, Brett McGurk, a rencontré récemment des dirigeants tribaux qui avaient précédemment fait allégeance à l’EI. Il a conclu des accords avec eux. Comme nous l’avons déjà dit :

Le diplomate américain Brett McGurk, a récemment rencontré des dignitaires tribaux de la région. Des photos de la réunion ont été publiées. Plusieurs personnes ont souligné que ces mêmes dignitaires avaient déjà été photographiés en train de faire allégeance à l’Etat islamique.

Tout comme pour le « Réveil du Anbar* » pendant sa guerre contre l’Irak, les États-Unis soudoient les radicaux locaux pour qu’ils changent temporairement de camp. Cela permettra aux États-Unis d’affirmer qu’ils ont vaincu l’EI. Mais dès qu’ils arrêteront de les payer, ces forces retourneront à leurs anciennes habitudes.

Le criminel local Ahmad Abu Khawla, qui combattait avant pour l’EI, est soudainement devenu le commandant d’un « Conseil militaire de Deir Ezzor », sorti de nulle part et contrôlé par les forces spéciales des États-Unis.

La nuit dernière, un général russe à trois étoiles et deux colonels ont été tués dans une attaque au mortier alors qu’ils se trouvaient en visite dans un quartier général de l’armée syrienne à Deir Ezzor :

Le lieutenant-général Valery Asapov, des forces armées russes, a été tué par les bombes des combattants islamiques (EI, anciennement Etat Islamique en Irak et Syrie et Etat Islamique en Irak et au Levant), près de Deir ez-Zor, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Dans sa déclaration, le ministère a expliqué qu’Asapov se trouvait dans un avant-poste de commandement des troupes syriennes pour assister les commandants dans la libération de la ville de Deir ez-Zor.

...

Le lieutenant-général Valery Asapov est le plus haut gradé des officiers russes tués dans la campagne syrienne. Il était commandant de la 5ième armée dans le district militaire oriental de la Russie, l’un des quatre commandements stratégiques des forces armées russes. La 5ième armée est basée à l’Extrême-Est de la Russie, dans la ville d’Ussuriysk, à environ 98 km (61 milles) de Vladivostok.

L’EI a assiégé les troupes syriennes dans la ville et l’aéroport de Deir Ezzor pendant trois ans. Il n’avait jamais réussi à attaquer victorieusement le quartier général syrien, ni à tuer des officiers de haut rang. Et maintenant que les forces par procuration de l’armée américaine « conseillées » par les forces spéciales des États-Unis ont pris position au nord de Deir Ezzor, « l’EI » a soudain les renseignements et la précision de tir nécessaires pour tuer un groupe d’officiers russes en visite ?

C’est impensable. Personne à Damas, Bagdad, Téhéran ou Moscou ne croira une chose pareille.

L’armée russe, comme d’habitude, réagit calmement et attribue officiellement l’attaque à l’EI. Cela lui évite de devoir réagir immédiatement à l’attaque. (Les États-Unis vont faire l’erreur d’interpréter cela comme une manière pour les Russes de sauver la face).

Mais personne à Moscou ne croira que l’incident est indépendant des autres manigances récentes des forces américaines, et qu’il est sans rapport avec les accusations proférées précédemment par l’armée russe contre les forces américaines.

Les États-Unis et la Russie sont tous deux en Syrie officiellement pour se battre contre l’Etat islamique. Les troupes russes y sont légitimement, car elles ont été invitées par le gouvernement syrien. Les forces américaines n’ont aucune justification légale de leur présence. Jusqu’à présent, les hostilités ouvertes entre les deux camps avaient été évitées. Mais comme les États-Unis se proposent désormais de couper la Syrie en deux, qu’ils coopèrent ouvertement avec les terroristes et qu’ils ne s’abstiennent même plus de tuer des officiers russes, les choses vont se gâter.

Le Commandement central a déclaré la guerre au contingent russe en Syrie. Un général russe de haut rang a été tué. Il y aura forcément une réaction. La réponse ne viendra pas nécessairement des forces russes. Moscou a beaucoup d’alliés compétents dans la région. La réponse ne se fera pas nécessairement en Syrie.

Les « accidents » et les « incidents », tout comme les « attaques au mortier de l’EI », ou le bombardement involontaire des soldats de l’autre camp peuvent se produire des deux côtés du front. Des voitures peuvent exploser, des ponts peuvent s’effondrer. Les officiers et les officiels américains qui se trouvent dans tout le Moyen-Orient doivent prendre consciences qu’ils font eux aussi de belles cibles.

Moon of Alabama

Note :
*http://lessakele.over-blog.fr/article-10845762.html

»» http://www.moonofalabama.org/2017/09/syria-us-centcom-declares-war-on-...
URL de cet article 32362
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.