Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

18 

Volkswagen et Tapie : la voracité des riches institutionnalisée

Je reviens sur deux informations qui ont fait la une des journaux ces derniers jours, mais qui sont des informations "en creux", c’est-à-dire remarquables par ce qu’elles n’ont pas dit, par ce qu’elles ont tu, par ce qu’elles ont caché, ignoré ou voulu ignorer :

1. Le scandale Volkswagen, où la firme allemande a avoué avoir installé, sur ses véhicules, un programme informatique qui trafiquait les tests anti-pollution. Ce dont il a été question, dans tous les médias, c’est de la responsabilité des dirigeants, du PDG aux divers chefs des branches techniques.

Ce dont il n’a pas été question du tout, en revanche, c’est de la responsabilité des actionnaires. Or, c’est bien la pression de ces derniers, leur exigence de rentabilité à court-terme (moins d’un an), leur avidité, leur cupidité, qui ont amené les dirigeants de Volkswagen à tricher sans vergogne, pour dégager sans cesse des marges, mettant en péril le travail de leurs quelque 600 000 salariés. Comme c’est la cupidité des actionnaires des grandes firmes de mode qui a enseveli 1100 ouvrières bangladaises sous les décombres de l’usine Rana Plaza à Dacca.

2. La deuxième information est l’action intentée par Bernard Tapie contre l’Etat français. Bernard Tapie réclame en effet entre 520 millions et 1,2 milliard de d’indemnité à l’Etat français, plus 50 millions pour préjudice moral et personnel (tant qu’on y est, autant ne pas se gêner...). Alors qu’il a déjà touché, précédemment, un dédommagement de 400 millions, à la suite de la décision d’un tribunal arbitral, validé par Christine Lagarde, alors ministre des finances. Qu’est-ce qui n’a pas été relevé comme information, qu’est-ce qui n’a pas été fait comme rapprochement ? Ceci :

- A. Le tribunal arbitral qui a alloué 400 millions à Bernard Tapie en 2008 était composé de Pierre Mazeaud, ancien président du conseil constitutionnel, de Jean-Denis Bredin, avocat, et de Pierre Estoup, ancien premier président de la cour d’appel de Versailles. Le jugement a été validé par Christine Lagarde, ancienne avocate d’affaires d’un grand cabinet nord-américain, Baker & McKenzie. Il s’agissait donc, pour chacun d’eux, de juristes de haut vol, réputés et très bien payés.

- B. L’action intentée par Bernard Tapie est une action intentée contre l’Etat français, qu’il accuse de l’avoir roulé lors de la revente d’Adidas au Crédit Lyonnais.

- C. Or, qu’est-ce que cette procédure, sinon celle qui est prévue par les accords du G.M.T. (Grand Marché Transatlantique, également appelé TAFTA, PTCI, etc.) ?

C’est-à-dire la soumission des collectivités publiques, Etats, Régions, départements, communes, entités type EPIC (c’est-à-dire des entités politiques fondées sur la citoyenneté et la démocratie, au moins en principe) à des tribunaux privés, formés d’avocats d’affaires, ne dépendant d’aucune entité politique (mais dépendant étroitement des entreprises privées, des multinationales, des banques, des actionnaires et des riches). Et, il faut bien le noter et le rappeler, dans cet accord commercial, la procédure est dissymétrique et déséquilibrée : les entreprises peuvent attaquer les Etats, les Etats ne peuvent attaquer les entreprises.

- Voici ce que laisse entrevoir l’action actuellement intentée par Bernard Tapie si jamais le G.M.T. (TAFTA, PTCI, etc.) est signé : une multiplication par dix, par vingt, par cent de ces procédures contre les Etats (avec, chaque fois, des milliards de dédommagement à la clé), et la vampirisation totale des collectivités publiques, des entités politiques au profit des intérêts privés et des riches. Voici ce que l’on peut lire en creux de cette action judiciaire.

Philippe Arnaud

URL de cet article 29383
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La gauche n’a pas la moindre putain d’idée du monde dans lequel elle vit.

José Saramago


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.