RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« America First » garant béton de l’Etat sioniste

La résolution votée en décembre dernier par le Conseil de sécurité dénonçant et condamnant la poursuite par Israël de la colonisation juive en territoires palestiniens occupés n’a été en rien dans la décision du Premier ministre Benyamin Netanyahou d’ordonner le démantèlement de la petite colonie « sauvage » d’Amona en Cisjordanie. Il y a été contraint par le jugement rendu par la Cour suprême de l’Etat sioniste ayant décrété illégale au regard de la loi de cet Etat la construction de cette colonie. Il se serait probablement dispensé de rendre exécutoire l’arrêt de justice s’il ne craignait pas que son obstruction lui vaudrait l’ouverture d’un conflit avec le pouvoir judiciaire qui serait assurément malvenu pour lui alors qu’il est sous le coup d’enquêtes juridico-policières visant à établir la réalité des soupçons de corruption dont il est l’objet.

Tout en concédant par calcul le démantèlement de la colonie en question, Netanyahu a concomitamment rendu publique une autre décision prise par son cabinet : celle autorisant le démarrage du plus grand projet de construction de logements pour citoyens juifs en Cisjordanie lancé à la fois par un gouvernement de l’Etat sioniste puisqu’il y est question de 3 500 habitations. Initiative par laquelle il a à la fois voulu rassurer les partisans de la poursuite de la colonisation qui sont ses soutiens politiques et faire acte de défi à l’encontre des Nations unies dont il n’a pas apprécié qu’elles votent une résolution anti-poursuite de sa politique de colonisation en territoires palestiniens.

Il est patent que le vote de cette résolution par le Conseil de sécurité a eu pour effet sur le Premier ministre israélien et les partisans de la poursuite de la colonisation juive de ne plus se préoccuper des condamnations internationales qu’elle suscite. Ils y sont d’autant plus résolus que les changements intervenus à Washington avec l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump lequel affiche clairement des positions pro-israéliennes, y compris sur la question de la poursuite de la colonisation juive en territoires occupés. La réaction suscitée à Washington par l’énormité des projets de construction annoncés par Benyamin Netanyahou et son cabinet depuis le vote de la résolution du Conseil de sécurité a de quoi effectivement les conforter. Elle a en effet consisté à estimer que contrairement à ce qu’en pense la communauté internationale, la poursuite de cette colonisation n’entraverait en rien la reprise du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, qu’elle la rend simplement un peu plus « complexe ».

Netanyahu peut à juste titre « jubiler » car ainsi formulée l’appréciation faite par le nouveau président étasunien sur sa politique de frénétique colonisation juive en territoires palestiniens est le signal qu’il ne tient pas tant que cela à la solution à deux Etats pour laquelle s’était prononcé son prédécesseur Obama. Les Palestiniens dont les espoirs ont été déçus par ce dernier qui n’a pas eu le courage de prendre des initiatives contraignantes qui auraient obligé Israël à lever les obstacles qui empêchent cette solution d’avancer, n’ont rien à attendre de bon de son successeur et en auront probablement confirmation lors de sa rencontre ce mois en cours avec le Premier ministre israélien.

Mahmoud Abbas et la direction palestinienne s’illusionnent si comme tous ceux qui surpris et inquiétés par l’élection de Donald Trump ils pensent eux aussi que ce dernier pourrait bien renier sur le dossier israélo-palestinien la position résolument pro-israélienne et sans la moindre concession en faveur de la cause palestinienne maintenant qu’il est en exercice et prétendument confronté à une réalité internationale qui l’obligerait à cela. Qu’ils s’imprègnent de la vérité que le slogan de « America First » que Trump a forgé pour indiquer le sens qu’il donne à la politique qu’il va mettre en œuvre durant son mandat, doit se décoder comme englobant le soutien inconditionnel dont Israël a de tout temps bénéficié de la part de cette Amérique.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com
URL de cet article 31488
  

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.