RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Comment le banquier va-t-il apurer la situation ?

Ce que personne ne dit, c’est sur quoi, une fois la crise passée, tout cela débouchera. En effet, entre les divers moratoires (sur les impôts, les cotisations URSSAF, les factures), le paiement des salaires des gens qui ne travaillent, les commandes de matériel médical, les heures supplémentaires, la facture va s’élever – dixit le ministre de l’économie – au moins à plusieurs dizaines de milliards d’euros. Il va y avoir des déficits énormes, à tous les niveaux, qui se répercuteront sur les comptes publics : de l’État, des collectivités locales, de la Sécurité Sociale. Comment tout cela va-t-il être apuré ? Il n’y a que deux solutions, exactement contraires :

- Soit l’État procède comme il a souvent procédé dans le passé : en annulant unilatéralement sa dette, par exemple lors de la banqueroute de Law, en 1720, ou de la banqueroute des deux tiers en 1797, ou comme le fit la jeune République bolchevique en refusant d’honorer les dettes du régime tsariste. Après tout, l’Allemagne n’a jamais payé l’intégralité de sa dette, ni après la Première Guerre mondiale ni après la Seconde [Et on peut aussi évoquer le cas où l’État envoyait carrément ses créanciers à l’échafaud, comme Philippe le Bel avec les Templiers ou François Ier avec Semblançay]. Et, malgré cela, malgré ces annulations de dettes qui font hurler les néo-libéraux, le monde n’en a pas moins continué à tourner. Et peut-être même mieux...

- Soit, au contraire, l’État, appliquant la Stratégie du choc, développé par Naomi Klein, profite de ce traumatisme pour faire payer à la population française (mais pas à n’importe quelle population, c’est-à-dire pas à celle des hyper-privilégiés – mais, à l’inverse, à celle des classes moyennes et populaires, soit à plus de 80 % des gens) la facture de cet endettement : soit en élevant les impôts indirects, soit en taillant dans les dépenses de santé, d’éducation ou en passant les dépenses sociales à la tronçonneuse, soit en vendant au privé de larges pans du patrimoine national. Que ce patrimoine soit physique (les aéroports, les ports, les chemins de fer, les routes, les centrales d’énergie, les réseaux d’énergie, d’adduction d’eau...) ou immatériel (la Sécurité Sociale, l’Éducation nationale, les retraites...), soit en combinant les deux.

Mais osera-t-il le faire ?

URL de cet article 35790
  

Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.