RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Confinés mais éveillés !

Macron a cru que le confinement éteindrait notre colère et nous rendrait amorphe. Fausse analyse ! Le confinement est un temps contraint qui nous incite à la réflexion, aux lectures, aux informations et aux actions. Les clameurs de 20h dans les cités, les rues, les quartiers, les villages en sont une forte démonstration. La créativité populaire a pris de court nos gouvernants et nos technocrates incapables de la moindre initiative positive engoncés dans leurs certitudes sur le bien fondé de la loi du marché pour résoudre la crise sanitaire dont ils ont du mal à anticiper les développements.

L’exemple des masques montre l’incurie gouvernementale et à contrario la capacité "des gens qui ne sont rien". Le gouvernement attend les masques venant de Chine alors que les gens fabriquent leurs masques de protection. Incapacité des gouvernants à prendre les mesures immédiates (réquisitions d’entreprises textiles, reprise d’entreprises fermées ou en faillite, mise à contribution du patronat dans la lutte contre la pandémie) tandis que les initiatives individuelles et collectives ne manquent pas pour fabriquer les masques dont la population a besoin, souvent avec les moyens du bord. Pareillement pour la solidarité avec les catégories les plus en difficultés (immigrés, sans papiers, sans domiciles, sans droits). Les gestes solidaires se multiplient mais sont insuffisants sans l’intervention massive de l’État. Les grandes associations caritatives ( resto du coeur, secours populaire, secours catholique, emmaüs), les associations locales ou sectorielles d’aide aux démunis constatent l’ampleur de l’incompétence du pouvoir en matière d’accueil, de soins, d’aide alimentaire, scolaire, logement. Les politiques d’austérité imposées depuis des années par les dirigeants du pays font la preuve de leur inefficacité et de leur nocivité. La "casa" hospitalière nous le rappelle chaque jour : manque de lits, de respirateurs, de soignants, de moyens matériels (surblouses, gants, sur chaussures, etc..)et humains (infirmières, aides soignantes, médecins, urgentistes). Les personnels avaient tiré le signal d’alarme durant l’année 2019. Les grèves, les manifestations n’ont pas manqué. Le pouvoir est resté sourd. Pire, il a matraqué, gazé, sanctionné les manifestants. On en mesure les résultats. Sans m’appesantir sur les mensonges qui accompagnent cette crise.

Sur le plan social, l’incompétence, non, la duplicité du gouvernement éclate au grand jour. Premières mesures prises sans débat, dans l’immédiateté, une aide aux entreprises de plusieurs milliards et une baisse des salaires de 16% pour les salariés mis en chômage partiel (près de 7 millions de personnes). Le code du travail piétiné en donnant la possibilité de faire travailler les gens durant 60h par semaine, d’obliger les salariés à prendre leur congé au bon vouloir du patron, en réduisant les RTT. Un recul social qui nous ramène en arrière.

Au plan politique, Macron et son gouvernement essaie de museler l’opposition, de nous faire taire, de nous imposer ses vues. Leurs décisions contradictoires, leurs indécisions, leurs volte-face devraient les conduire à plus de retenue, à une certaine humilité. Au contraire, ils s’arc-boutent sur leur dogmes. Leur politique du tout marché, du dérèglement économique et social, des délocalisations, d’une mondialisation débridée, du dumping social, de la privatisation nous a conduit au drame sanitaire. Les solutions doivent prendre le contre-pied de toutes ces mesures.

Le déconfinement dont ils nous parlent refuse cette direction. Ils envisagent la poursuite des politiques d’avant. Les dirigeants et actionnaires continuent à percevoir des dividendes faramineux, faisant fi des amicales remarques du premier ministre. Les secteurs industriels non indispensables à la lutte contre la pandémie envisagent la reprise du travail malgré l’obligation du confinement. Au plan sanitaire, l’obstination à vouloir interdire le traitement à la chloroquine pour d’obscures raisons, le manque de tests, de masques, de liquide hydro-alcoolique, de respirateurs, de gants placent notre pays à l’arrière-garde des grandes puissances dans la lutte contre le Covid19.

Le pouvoir se trompe lourdement s’il croit nous faire payer la crise économique, sociale, sanitaire engendrée par leur politique de démembrement des services publics, de liquidation d’entreprises, du tout tourisme et de mondialisation dérégulée. Après le mouvement des gilets jaunes, celui des personnels hospitaliers, les grèves de décembre et janvier, Macron devrait y réfléchir à deux fois. Les mécontents d’hier seront en première ligne pour dénoncer les incohérences et les mauvaises solutions apportées par le gouvernement. Ils ne seront pas isolés. Parmi ses soutiens, nombre d’entre eux doutent, s’interrogent, critiquent. Certains l’ont déjà abandonné.

La France ne s’est pas endormie. Du confinement à l’éveil contestataire, la ligne est tenue. Le déconfinement doit être l’affaire des citoyens et non seulement des spécialistes scientifiques qui se contredisent, se disputent et n’ont pas la même vision des choses. Il en est de même des politiques en qui nous ne pouvons faire confiance vu les graves erreurs commises. La démocratie est la seule voie possible pour sortir de la crise positivement. Des droits nouveaux pour les travailleurs, des mesures salariales pour relancer l’économie, la relocalisation d’entreprises indispensables à notre indépendance, la mise en place de nouvelles formes d’intervention des gens, voilà des propositions d’action immédiates.

Discutons-en par vidéo-conférences, par courriers, par internet. Agissons par pétitions électroniques, par manifestations virtuelles. Renforçons les mouvements, les organisations qui ont commencé ce travail de mobilisation. Affinons nos propositions. Ainsi nous sortirons encore plus forts pour engager les combats qui nous attendent.

URL de cet article 35967
  

L’Espagne dans nos coeurs
Loic RAMIREZ
On a beaucoup écrit sur la guerre civile espagnole et si peu sur ses suites. Refusant la défaite, les républicains ont poursuivi leur combat durant plus de trente ans contre la dictature franquiste. Majoritairement exilés en France, ils ont eu pour principal soutien le parti communiste français et ses militants. Diffusion de tracts et de propagande, campagnes de solidarité, déplacement de clandestins et soutien logistique, les femmes et les hommes du PCF ont prêté main-forte aux "rouges" tout au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.