RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Confinés mais éveillés !

Macron a cru que le confinement éteindrait notre colère et nous rendrait amorphe. Fausse analyse ! Le confinement est un temps contraint qui nous incite à la réflexion, aux lectures, aux informations et aux actions. Les clameurs de 20h dans les cités, les rues, les quartiers, les villages en sont une forte démonstration. La créativité populaire a pris de court nos gouvernants et nos technocrates incapables de la moindre initiative positive engoncés dans leurs certitudes sur le bien fondé de la loi du marché pour résoudre la crise sanitaire dont ils ont du mal à anticiper les développements.

L’exemple des masques montre l’incurie gouvernementale et à contrario la capacité "des gens qui ne sont rien". Le gouvernement attend les masques venant de Chine alors que les gens fabriquent leurs masques de protection. Incapacité des gouvernants à prendre les mesures immédiates (réquisitions d’entreprises textiles, reprise d’entreprises fermées ou en faillite, mise à contribution du patronat dans la lutte contre la pandémie) tandis que les initiatives individuelles et collectives ne manquent pas pour fabriquer les masques dont la population a besoin, souvent avec les moyens du bord. Pareillement pour la solidarité avec les catégories les plus en difficultés (immigrés, sans papiers, sans domiciles, sans droits). Les gestes solidaires se multiplient mais sont insuffisants sans l’intervention massive de l’État. Les grandes associations caritatives ( resto du coeur, secours populaire, secours catholique, emmaüs), les associations locales ou sectorielles d’aide aux démunis constatent l’ampleur de l’incompétence du pouvoir en matière d’accueil, de soins, d’aide alimentaire, scolaire, logement. Les politiques d’austérité imposées depuis des années par les dirigeants du pays font la preuve de leur inefficacité et de leur nocivité. La "casa" hospitalière nous le rappelle chaque jour : manque de lits, de respirateurs, de soignants, de moyens matériels (surblouses, gants, sur chaussures, etc..)et humains (infirmières, aides soignantes, médecins, urgentistes). Les personnels avaient tiré le signal d’alarme durant l’année 2019. Les grèves, les manifestations n’ont pas manqué. Le pouvoir est resté sourd. Pire, il a matraqué, gazé, sanctionné les manifestants. On en mesure les résultats. Sans m’appesantir sur les mensonges qui accompagnent cette crise.

Sur le plan social, l’incompétence, non, la duplicité du gouvernement éclate au grand jour. Premières mesures prises sans débat, dans l’immédiateté, une aide aux entreprises de plusieurs milliards et une baisse des salaires de 16% pour les salariés mis en chômage partiel (près de 7 millions de personnes). Le code du travail piétiné en donnant la possibilité de faire travailler les gens durant 60h par semaine, d’obliger les salariés à prendre leur congé au bon vouloir du patron, en réduisant les RTT. Un recul social qui nous ramène en arrière.

Au plan politique, Macron et son gouvernement essaie de museler l’opposition, de nous faire taire, de nous imposer ses vues. Leurs décisions contradictoires, leurs indécisions, leurs volte-face devraient les conduire à plus de retenue, à une certaine humilité. Au contraire, ils s’arc-boutent sur leur dogmes. Leur politique du tout marché, du dérèglement économique et social, des délocalisations, d’une mondialisation débridée, du dumping social, de la privatisation nous a conduit au drame sanitaire. Les solutions doivent prendre le contre-pied de toutes ces mesures.

Le déconfinement dont ils nous parlent refuse cette direction. Ils envisagent la poursuite des politiques d’avant. Les dirigeants et actionnaires continuent à percevoir des dividendes faramineux, faisant fi des amicales remarques du premier ministre. Les secteurs industriels non indispensables à la lutte contre la pandémie envisagent la reprise du travail malgré l’obligation du confinement. Au plan sanitaire, l’obstination à vouloir interdire le traitement à la chloroquine pour d’obscures raisons, le manque de tests, de masques, de liquide hydro-alcoolique, de respirateurs, de gants placent notre pays à l’arrière-garde des grandes puissances dans la lutte contre le Covid19.

Le pouvoir se trompe lourdement s’il croit nous faire payer la crise économique, sociale, sanitaire engendrée par leur politique de démembrement des services publics, de liquidation d’entreprises, du tout tourisme et de mondialisation dérégulée. Après le mouvement des gilets jaunes, celui des personnels hospitaliers, les grèves de décembre et janvier, Macron devrait y réfléchir à deux fois. Les mécontents d’hier seront en première ligne pour dénoncer les incohérences et les mauvaises solutions apportées par le gouvernement. Ils ne seront pas isolés. Parmi ses soutiens, nombre d’entre eux doutent, s’interrogent, critiquent. Certains l’ont déjà abandonné.

La France ne s’est pas endormie. Du confinement à l’éveil contestataire, la ligne est tenue. Le déconfinement doit être l’affaire des citoyens et non seulement des spécialistes scientifiques qui se contredisent, se disputent et n’ont pas la même vision des choses. Il en est de même des politiques en qui nous ne pouvons faire confiance vu les graves erreurs commises. La démocratie est la seule voie possible pour sortir de la crise positivement. Des droits nouveaux pour les travailleurs, des mesures salariales pour relancer l’économie, la relocalisation d’entreprises indispensables à notre indépendance, la mise en place de nouvelles formes d’intervention des gens, voilà des propositions d’action immédiates.

Discutons-en par vidéo-conférences, par courriers, par internet. Agissons par pétitions électroniques, par manifestations virtuelles. Renforçons les mouvements, les organisations qui ont commencé ce travail de mobilisation. Affinons nos propositions. Ainsi nous sortirons encore plus forts pour engager les combats qui nous attendent.

URL de cet article 35967
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

« Arabesque américaine » : Printemps Arabe ou révolutions colorées fomentées par les USA ?
Ahmed BENSAADA
Souvent évoqué, parfois décrié, mais rarement analysé, le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe fait enfin l’objet d’un travail sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Arabesque américaine* est l’ouvrage d’Ahmed Bensâada, un chercheur algérien établi à Montréal. Dès les premières lignes, l’auteur annonce la couleur « une chose est évidente : le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.