RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Contrat Nouvelle Embauche : comment on licencie sans raison.

L’ Humanité, 23 décembre 2006.

Seize mois après sa création, le contrat nouvelle embauche est
devenu le quotidien de centaines de milliers de salariés. Reportage, en
Meurthe-et-Moselle, dans les pas d’un juriste de la CFDT.

Meurthe-et-Moselle, envoyée spéciale.

Son bureau est un amas de dossiers. Les armoires en regorgent, la table
ronde, au centre, ne laisse même pas la place à une feuille blanche. Les
pochettes à rebord, rouge, jaune, les convocations agrafées, les notes
manuscrites, minutieusement empilées, prennent tout l’espace. Aucune chaise
pour s’asseoir autour. Lui est à son bureau, avec, devant, deux téléphones,
deux ordinateurs, un portable, un fixe, son mobile dans la poche. Toujours
pressé, débordé, Régis Abdoul-Lorite est responsable du service juridique de
l’union départementale CFDT de Meurthe-et-Moselle. Il s’occupe d’environ 300
dossiers par an : des salariés mécontents, abusés, licenciés qu’il mène aux
prud’hommes.

Depuis quelques mois, débarquent dans son bureau de plus en plus de
signataires d’un contrat nouvelle embauche (CNE), « un à deux par semaine ».
« Et ça ne fait que commencer », dit-il. Lui qui a déjà gagné deux affaires
à Lunéville, l’une pour cinq salariés du bazar Follenvie, l’autre pour le
dessinateur d’un bureau d’études, il a choisi de les recevoir en priorité.
Il a une quinzaine de cas en cours, surtout dans le bâtiment et le petit
commerce. C’est son combat, au quotidien, éminemment « politique ». « On ne
l’a pas gagné dans la rue, il faut le faire sur le terrain juridique. »


10 heures, Nancy, « l’avenir tombe à l’eau »

Fateh et Joël arrivent ensemble. Salariés du bâtiment, ils ont tous deux
engagé une procédure pour contester leur licenciement. Le premier, quarante
ans, Algérien, a travaillé avec un CNE à temps partiel pour une entreprise d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) déjà condamnée pour travail au noir. Au décès de son père, il a demandé à assister aux obsèques en Algérie. Congé accepté. Mais,
au retour, le patron l’accuse d’abandon de poste. Le licencie. Fateh veut
« seulement (son) droit » :

«  Ce n’est pas des patrons, c’est des voyous, des crapules, sans dignité,
sans pitié. »

Le second a été embauché comme intérimaire pendant cinq mois et demi, avant
de signer un CNE début janvier. Le 22 mai, il reçoit une lettre de rupture
non motivée. Depuis, dit-il, à quarante-six ans, il « fait une descente aux
enfers ». Dans la salle de réunion, son blouson rouge sur le dos, les mains
posées sur la table, sous le regard de Fateh et de Régis, ses paroles
flottent, puis s’égouttent lentement dans le silence. « Au départ, j’ai
refusé le CNE, je n’avais pas confiance. Le patron m’a dit de ne pas m’inquiéter,
que c’était juste pour la forme. Il m’a parlé de primes, de logement à 
louer.
Ma femme m’a dit : "C’est l’occasion de changer d’appartement." On en a pris
un plus grand, j’ai lâché ma vieille Opel, acheté une nouvelle voiture, pris
un crédit. Avec 1 300 euros net par mois, c’était la vie rêvée. J’ai tout
misé sur ce patron, je me suis investi à fond. J’ai espéré rester jusqu’à la
retraite. »

Joël affirme qu’il a fait « 250 » heures supplémentaires, que son patron,
pressant, l’appelait tout le temps. « Il fallait être toujours disponible. »
Par deux fois, il refuse de rallonger sa journée. La sanction est quasi
immédiate : « J’ai cassé ton contrat, tu peux rentrer chez toi, je suis dans
mon droit, j’ai pas d’explication à te donner. Et si jamais t’es embêté au
chômage, tu viendras faire du black. »

Il secoue à peine la tête, écarte un peu les bras, à la fois désolé et
chagrin. Il répète : « On doit respecter sa parole. » Question d’honneur, de
principe. Joël : « Le moral en a pris un coup. Tout s’écroule. Ma femme me
dit qu’il vaut mieux qu’on se sépare. Parce qu’il y a toujours des conflits.
J’ai des problèmes d’estomac, je ne dors plus très bien. J’essaie de me
calmer, je joue aux échecs. Mais c’est pas normal, on peut pas tromper la
confiance des gens. L’avenir tombe à l’eau. Encore une fois. »


13 heures, Bar-le-Duc, hot line syndicale.

Temps mort. Régis Abdoul-Lorite écoute son répondeur. Une jeune femme a
laissé un message. Elle a obtenu son numéro de portable par un ami. Encore
un CNE. Elle aurait été licenciée alors qu’elle venait de demander un congé
parental.


15 heures, Stabilo bleu et doigt levé.

Régis Abdoul-Lorite est en avance pour l’audience des prud’hommes. Il en
profite pour relire le dossier, surligner ses conclusions au Stabilo bleu.
« Ca ira vite, l’employeur ne viendra pas. » Cité par voie d’huissier, il
est injoignable. Le conseil arrive, médaille dorée pour le président,
argentée pour les trois autres, retenue autour du cou par le traditionnel
ruban bleu et rouge. Gérard est présent, rasé de près, blouson beige
impeccable. Il murmure à son « avocat » : « J’ai jamais eu de fiche de paie,
rien. » Régis le sait déjà , acquiesce.

Gérard, cinquante-six ans, électricien polyvalent, a signé un CNE dans une
entreprise de bâtiment, il a travaillé deux mois et demi, n’a jamais été
payé. Il n’a reçu qu’un chèque de « 336 euros », il était en bois. Bientôt,
Régis se tient à la barre, revient vers ses notes, va-et-vient théâtral et
mesuré. A propos du patron : « On est face à quelqu’un de très particulier.
Il n’est pas venu à la conciliation, il n’est pas à l’audience, il ne va
même pas chercher les lettres recommandées. » Gérard écoute, dodeline de la
tête. Puis, comme un écolier, tend le doigt pour demander la parole. Au
président, il précise : « Le chèque, je l’ai présenté une deuxième fois, et
là il est passé. Il faut déduire ça des indemnités demandées. »


17 h 30, Nancy, Les châtiments.

Retour à l’UD. Régis Abdoul-Lorite rallume son portable, il sonne aussitôt.
Il reprend tous les courriers préparés par sa secrétaire. Et poursuit la
démonstration. « De quel droit le législateur peut-il se permettre de
bafouer les règles internationales ratifiées par l’État, et donc par le
peuple français ? » Le nez sur ses dossiers, son stylo à la main, Régis cite
même Victor Hugo : « Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là . » Poursuit
avec David contre Goliath, le lièvre et la tortue. Entre lui et Villepin,
son « but est seulement d’arriver le premier ».


Le lendemain, 10 heures, Lunéville, Fleurs de Madère.

Ils sont quatre réunis dans l’ancienne école maternelle reconvertie en
maison des syndicats. Quatre à avoir, là encore, signé des CNE avant d’être
licenciés sans motif, et à avoir engagé une procédure aux prud’hommes de
Lunéville. Christophe et Isabelle étaient collègues du bazar Follenvie,
Gérard était dessinateur dans un bureau d’études, Chantal, boulangère. Les
premiers ont vécu les humiliations devant les clients, les heures
supplémentaires non payées. Christophe a été licencié après un congé
paternité, Isabelle le jour de son arrêt maladie. Gérard, lui, a subi la
mésentente avec sa responsable, parle d’humiliation. Et Chantal a trouvé sa
lettre de rupture au retour de son voyage de noces, treize mois après son
embauche. « Je revenais de Madère, des fleurs plein la tête. » Ils
échangent, comparent, se retrouvent.

Ils ne sont pas toujours d’accord. Sur le CNE par exemple. Christophe,
marqué, souriant mais nerveux, pense que ce contrat peut « permettre à un
jeune qui n’a jamais eu d’expérience d’apprendre un métier ». Isabelle tique
simplement : « Mon grand est en CNE, il a vingt-cinq ans, ça me fait un peu
peur. » « Mais un jeune n’a pas à signer une merde pareille, interrompt
Chantal, ses certitudes et son sourire, égayé par des perles turquoise
autour du cou. Il signe un CDD et on voit s’il fait l’affaire ou non.
Point. » Gérard parle en dernier, voix douce, tenant ses lunettes sur la
table, l’autre main sur le menton : « Le CNE est moralement inacceptable. Je
suis plutôt de gauche, pas très militant. Mais le CNE doit être retiré parce
qu’on profite de la faiblesse de certains. »

Leurs histoires, leurs métiers sont différents, leurs réactions aussi. Mais,
imperceptiblement, tous distillent un même sentiment, celui, à un moment ou
un autre, d’avoir été nié. Isabelle, du bazar Follenvie : « La gérante était
toujours sur mon dos, elle me foutait la pression, je craquais tous les
midis, je chialais. J’appelais mon mari. Il me disait de faire attention de
ne pas perdre ma place. Après le licenciement, je ne mangeais plus, j’en
voulais au monde entier. Je ne dormais plus. Pour moi, je ne valais rien. »
« A un moment, on n’est rien, de la merde », acquiesce Chantal. Elle,
pourtant, va enfin réaliser son rêve, passer son permis poids lourd. Son
mari, routier, rêve de l’emmener avec lui. Elle a le regard qui pétille.
Chantal dit quand même : « J’étais effondrée, j’ai passé trois jours à 
pleurer. » Pourquoi ? « Je suis l’employée, elle est ma patronne, elle peut
me virer. Mais au moins qu’elle m’explique. Je n’aime pas trop les clichés.
Mais là j’ai vraiment eu le sentiment d’être un Kleenex. »

Quotidien du monde du travail ? Ou spécificité du CNE ? Les deux peut-être.
Comme si en faisant signer un CNE, l’employeur ne se sentait pas aussi lié à 
son salarié qu’avec un CDI. Comme s’il ne concrétisait pas la même
implication. « Pour embaucher, tu y réfléchis à deux fois, c’est compliqué,
raconte Chantal. Dans la tête d’un patron, c’est pas pareil s’il se dit que,
de toute façon, il peut le virer quand il veut, sans raison. »


13 heures, Nancy, Lumières de la République

Bistrot de quartier, face à la cité judiciaire, où Régis Abdoul-Lorite a ses
habitudes. Ambiance conviviale, menu du jour. L’audience est à 14 heures au
conseil des prud’hommes pour Cécile (( le prénom a été changé.)), agent immobilier en CNE, virée,
dit-elle, alors qu’elle avait de très bons résultats. Le cédétiste va
plaider sur la base de la convention 158 de l’Organisation internationale du
travail. La routine. Il prend son dossier, surligne encore, le temps court.
Le conseil ne va plus tarder. Mais, avant, « il y a quelque chose » qu’il
voudrait ajouter. Ca le turlupine depuis la veille.

Lui, militant socialiste et proche d’Arnaud Montebourg, dit : « Le CNE est l’exemple même de ce que le libéralisme économique veut nous imposer. Il est
liberticide parce qu’il nie la loi. Or, dans l’esprit des Lumières, de la
République, la loi incarne la liberté individuelle et collective. En
dérégulant, on place les gens en situation de non-liberté, parce qu’ils n’ont
plus le choix. Le libéralisme économique est une forme d’anarchisme. »
Silence. Puis : « C’est ce qui fonde mon travail de tous les jours. » L’assemblée
se lève. Début de l’audience.

Lénaïg Bredoux
Reportage photographique version papier de Pierre Pytkowicz.



- Source : L’ Humanité www.humanite.fr



Le coup de Trafalgar caché contre le Code du travail et le programme de Sarkozy, par Matti Altonen.


A LIRE, toujours d’ actualité : Retrait du CPE/CNE = défense du CDI et reconquête d’un droit protecteur des salariés, par CGT - Inspecteurs du Travail.

Témoignages Contrat Nouvelle Embauche.

- Photo : Mouvement anti-CPE, P
place de la Sorbonne.

Auteur : Gabriel Laurent

- Source : Photothèque du mouvement social
© Copyright 2004
www.phototheque.org


URL de cet article 4522
  

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Etats Unis doivent diriger le monde en portant le flambeau moral, politique et militaire du droit et de la force et servir d’exemple à tous les peuples.

Sénateur Jesse Helms
"Entering the pacific century" Heritage Foundation, Washington, DC, 1996

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.