RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Européennes : la fausse opposition libéraux/nationalistes

C’est un piège qui nous tend les bras un peu plus chaque jour. Ce piège que nous voyons venir depuis des mois maintenant, mais dont les griffes devraient en attraper plus d’un. A moins que nous soyons déjà tous tombés dedans lors du second tour de la dernière élection présidentielle. Ce piège c’est celui qui consiste à réduire le vote à un prétendu duel entre les nationalistes d’un côté, et les libéraux, soit-disant progressistes, de l’autre.

Autrement dit, Macron, et le clan européen des ultralibéraux, incarneraient le progrès social, et le seul rempart face à l’extrême-droite. Alors que c’est précisément tout l’inverse. C’est justement cette politique ultralibérale menée depuis plusieurs années en Europe, dans presque tous les pays, qui a conduit certains peuples à se tourner vers des parties nationalistes, voire xénophobes. Italie, Pologne, Hongrie (voir : Allemagne, Suède, revoilà l’extrême-droite) les exemples sont bien trop nombreux.

Mais pourquoi n’est-ce pas le cas ? Prenons simplement l’exemple de la France. Entre les élections, c’est tout une entreprise de dédiabolisation du Rassemblement National qui est menée. L’exemple le plus récent étant les propos de Nathalie Saint-Cricq qui débriefait le passage de Marine le Pen sur France 2 :

« Je l’ai trouvée assez efficace. J’ai trouvé qu’elle avait travaillé par rapport au débat de l’entre-deux tours. J’ai trouvé qu’elle était dans le constat, ce qui lui permet plus facilement d’arrondir les angles. Elle n’est pas contre les riches, elle est contre les pauvres. Elle aime bien les bons Gilets jaunes, mais elle défend aussi les policiers, tout est de la faute du gouvernement. Donc pendant toute la première partie on a eu quelqu’un d’assez consensuel, qui était dans le contrôle et finalement son constat on pourrait le partager. Après les choses se sont un petit peu gâtées avec Nathalie Loiseau et Matteo Renzi. Parce que là on n’était plus dans le constat, on lui demandait des solutions. Du genre : si vous étiez, si vous deviez vous mêler de la direction des travailleurs détachés, vous feriez quoi ? Et là ça a patiné un petit peu plus. Mais globalement elle est hyper-dédiabolisée, et elle a travaillé. Elle n’est plus excessive comme elle pouvait l’être avant, ni pas très professionnelle. »

Mais, dès lors que l’élection devient immédiate, comme cela sera le cas dans quelques semaines, tout sera fait pour montrer son danger. Et les appels à faire barrage se feront entendre de toute part afin de nous orienter vers leur vote utile, prétendument le seul rempart contre la peste brune. Mais en réalité le pouvoir – entendons par pouvoir ceux qui gouvernent, c’est à dire le monde de la finance – a besoin d’un tel ennemi, dans le cas où il serait à court d’argument. En fait, globalement, chaque camp- libéraux ou nationalistes- ne peut pas se passer de l’autre. De cette manière ils argumentent leur propre programme en fonction de l’autre camp.

Pourtant, si on regarde de plus près, il n’y a guère de divergence économique. Et tous, plus ou moins, s’évertuent à appliquer les préceptes du libéralisme prôné par les hautes instances de l’Union européenne. Sans remettre en cause le système capitaliste ultra-financiarisé, source de tous les problèmes. Sans remettre en cause la dégradation des conditions de travail, les délocalisations et la paupérisation de plus en plus générale du plus grand nombre.

Au fond, en mettant côte-à-côte les politiques économiques de Orban, en Hongrie, Merkel, en Allemagne, ou Macron, en France, on s’aperçoit rapidement que, s’il y a des différences dans les discours, dans les faits leurs décisions sont relativement similaires. Il ne faut donc pas se tromper. L’opposition libéraux-nationalistes n’est qu’un leurre. Un leurre qu’il convient de dépasser en agissant pour sortir des traités européens actuels et en tournant le dos au dogme libéral.

A propos des élections européennes, voir : Européennes : l’union impossible ?

»» https://republiquesocialeblog.wordpress.com/2019/03/23/europeennes-la-...
URL de cet article 34725
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.