Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Il se passe tous les jours quelque chose

L'esprit du 11 janvier est-il toujours là ? Son prolongement par le baptême du feu du ministre de l’économie, Emmanuel Macron, a tourné au fiasco. Faute d'une majorité pour voter sa loi. Une première et un (nouveau) tournant dans le quinquennat.

L’opposition socialiste avait fustigé l’emploi du 49-3 par Dominique de Villepin en février 2006 pour faire passer en amendement la loi sur le CPE.

Conformément à un usage bien établi, elle s’était élevée contre cette façon de la faire adopter. Jean-Marc Ayrault avait parlé de « coup de force », il avait reproché au premier ministre de traiter le Parlement comme sa « chambre à coucher ». Et Laurent Fabius y avait vu un « aveu de faiblesse ». Sans compter les protestations d’Arnaud Montebourg, selon qui le premier ministre avait « décidé de tordre le bras une bonne fois pour toutes à la démocratie ».

"Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie, le 49-3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire", avait déclaré François Hollande dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

"C’est bien le signe que le gouvernement doute de sa réforme et que la mobilisation va prendre de l’ampleur", avait renchéri le député de Corrèze, stigmatisant "un passage en force", "une violation des droits du Parlement".

Quant au Premier ministre Manuel Valls, il proposait en mai 2008 avec dix autres députés socialistes (dont l’actuel président du groupe PS Bruno Le Roux) l’abrogation de l’article 49-3, sauf pour les textes budgétaires.

Il faut cependant rappeler que ces marques d’indignation ont une valeur très relative : il suffit de se souvenir que le 49-3 a été mis en application à 38 reprises par les gouvernements socialistes, entre 1988 et 1993, sous le second septennat de François Mitterrand. C’est à Michel Rocard que revient le record absolu en la matière, avec 28 engagements de responsabilité sur un texte entre décembre 1988 et avril 1991, mais presque tous les gouvernements y ont eu recours depuis 1959. Seuls ceux de Jacques Chaban-Delmas et Pierre Messmer, sous Georges Pompidou, qui disposaient d’une très large majorité et celui de Lionel Jospin s’en sont abstenus. Au total le 49-3 a été utilisé 91 fois, sur 44 textes de loi (l’engagement de responsabilité pouvant être utilisé à plusieurs reprises sur un même projet, lors des lectures successives). Et les gouvernements successifs ont pu faire adopter les 44 textes, aucune motion de censure n’étant jamais adoptée.

Or, ce même article, non seulement François Hollande ne l’a pas supprimé, mais il l’utilise aujourd’hui contre la gauche et les écologistes, contre le droit social hérité des luttes syndicales, sociales et politiques portées par la gauche depuis le XIXe siècle. C’est un coup de force contre le Parlement et contre les droits sociaux et humains.

Ce gouvernement montre ainsi une fois de plus sa soumission aux ordres de la Commission européenne et aux orientations du pacte dit « Euro-plus » scellé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Le texte d’Emmanuel Macron reprend mot pour mot la multitude de recommandations autoritaires qu’adresse régulièrement la Commission de Bruxelles à la France et à d’autres pays européens.

Le pouvoir vient d’avouer qu’il n’a plus de majorité au Parlement, comme il n’en a plus dans le pays. Mais il y a sans doute plus : il n’y a pas de majorité pour soutenir Manuel Valls dans sa tentative de transformation définitive du Parti socialiste en parti démocrate à l’américaine ou à l’italienne.

C’est donc un tournant du quinquennat qui s’engage.

Mauris Dwaabala

URL de cet article 28020
   
Cinq Cubains à Miami
Maurice LEMOINE
6 octobre 1976, La Barbade : un attentat détruit en vol un DC-8 de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). 12 avril au 4 septembre 1997 : une série d’explosions frappe les hôtels de La Havane. A l’origine de ces actions terroristes qui, depuis 1959, ont fait plus de 3 400 morts à Cuba : Miami ; la très honorable « Fondation » ; quelques personnages ténébreux : Luis Posaril, Pepper Nández, Jorge Maskano, le docteur Orlando… Une même obsession les habite : en finir avec le régime et faire la peau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois. »

Goethe


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.