Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Insoumis φ : Lutte des classes sociales à l’Assemblée nationale ?

Insoumis φ : Lutte des classes sociales à l'Assemblée nationale ? Travail contre capital, peuple-classe contre oligarchie, "insoumis" contre représentants des possédants et des dominants dans le système. Et d'autres contradictions !

Du social au politique pour "aller voter d’autres lois" !

Des militants de terrain qui ont passé plusieurs années de leurs vies à lutter pour l’émancipation (une ou plusieurs peu importe ici) peuvent avoir le désir et le projet réfléchi d’aller participer à la construction de lois conformes à leurs idées, à leur projet de réduction des inégalités sociales. En ce cas il va bien y avoir lutte de classe à l’Assemblée (et au Sénat aussi) puisqu’à priori il y aura des opposants de droite (ou assimilé) qui voudront maintenir les inégalités sociales et un fort libéralisme économique qui profite aux riches et aux patrons mais beaucoup moins aux autres et très très peu aux plus faibles, aux pauvres . Le néolibéralisme c’est çà depuis longtemps si j’ai bien lu M Husson et d’autres.

I - Luttes symboliques :

- Du risque...

Evidemment entrer au sein d’institutions conflictuelles, notoirement tenues par les dominants (économiques ou autres), pour réussir suppose une entrée en masse d’élus, sur un volume majoritaire d’hommes et femmes bien à gauche. A défaut la lutte de classe risque de se transformer en luttes symboliques : ne pas mettre de cravate, etc... Attention : Un populiste de droite peut aussi faire çà . Et même avoir des mots crus en plus si le public s’y prête.

... à autre chose !

Mais si les luttes symboliques viennent à l’appui de divers discours qui mettent bien le doigt sur la construction des injustices sociales : rendre les pauvres plus pauvres, les riches plus riches et en plus fragiliser la position des classes sociales intermédiaires alors on se rapproche de la lutte de classe menée en pensant cette fois-ci à ceux d’en-bas et pour ceux d’en-bas.

II - Quelle République ? Critique de la glose idéologique républicaine.

Un tel combat peut d’ailleurs renforcer une République digne de ce nom car aujourd’hui elle devient un mot creux qui cache la violence économique des puissants, des FMN. République c’est comme populisme, il faut "adjectiver" pour un usage plus clair ! A défaut on reste dans la confusion, le flou, l’idéologie !

cf Radio De quoi la République est-elle le nom ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/de-quoi-la-republique-est-elle-le-nom

a) - Renforcer la cohésion sociale ou faire son contraire !

Au lieu de travailler à la cohésion sociale, la droite augmente les inégalités sociales alors qu’il faudrait faire en sorte

- qu’en-bas les gens pauvres, modestes jusqu’à ceux et celles atteignant à minima le salaire moyen (net de tous prélèvements sociaux, il s’établit à 2225 euros cette année - x) maintiennent leur pouvoir d’achat (en plus de bons services publics) et

- qu’en-haut, les très riches (2) soient eux contraint de cesser de placer sur les paradis fiscaux et autres moyens de frauder massivement.

b) - L’inclusion sociale et le travail pour tous.

L’inclusion sociale n’est pas la cohésion sociale mais évoquons cet aspect qui entre dans le thème républicain. On doit tous "participer à la production de l’existence sociale" mais pas forcément en travaillant beaucoup et sous régime de menaces constantes. Or on vit des situations extrêmes. On demande à ceux et celles qui travaillent déjà à 35 h hebdo de travailler plus encore au lieu d’embaucher des chômeurs. Folie !

Comment croire au "travailler tous et toutes" sans nouvelle RTT sans perte de salaires pour les 99% d’en-bas ? On voit partout des travailleurs salariés, hommes et femmes qui travaillent plus (plus près des 40 h que des 35 !) qu’avant ! Plus et mal car sous tension, et donc avec des risques divers accrus , et ce que ce soit dans le public ou le privé. Ceux et celles qui ne travaillent pas ont, sauf les meilleurs (et encore), de grandes difficultés à trouver un poste de travail proche de leur qualification. Ils connaissent la précarité et les allocations de 500 à 800 euros voir rien !

Le salariat se fragilise. Le processus mortifère de destruction d’une configuration sociale et statutaire apparait bien lancé . Et cela semble n’effrayer aucun dirigeant . Ils semblent pour beaucoup - pas tous - happés par la résolution des questions de sommet à mille lieux de distance des soucis quotidiens des couches populaires modestes !

III - Déclinisme et pente fasciste ?

- Déclinisme ? Je n’aime guère le mot car on le met à toutes les sauces ! Mais ce qui fait civilisation (ie les moyens et les politiques efficaces de solidarité humaine) semble décliner d’année en année . Mais pour les libéraux les protections sociales sont encore trop nombreuses ! Aveuglement ! Quelle société tient quand les appuis sociaux disparaissent et qu’à sa place s’installe une dure "lutte des places" (homo homini lupusde Hobbes) qui cache une non moins dure lutte des classes... dont on sait qui l’a gagner !

- Barbarie et fascisme : Aller vers la barbarie et son cortège de violences c’est laisser venir le fascisme en Europe. Dans certains pays d’Europe - Pologne, Hongrie, Turquie (3) - on le voit venir . Sale temps pour les femmes et pour tous ceux et celles qui subissent ordinairement des discriminations.

Christian Delarue

2) Fortune : le classement des 500 Français les plus riches

http://www.francetvinfo.fr/france/fortune-le-classement-des-500-franca...

3) http://amitie-entre-les-peuples.org/Pologne-Hongrie-Turquie-l-Union-eu...

URL de cet article 32137
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.