RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 

« Jour J » pour le changement de régime par la force au Venezuela

Les Etats-Unis soutiennent l’opposition de droite au Venezuela contre le gouvernement socialiste du président Maduro.

Depuis avril, l’opposition tente de déloger le gouvernement en menant des opérations violentes de changement de régime. Ses manifestations et ses combats de rue avec la police sont dirigés par des gangs violents et militarisés :

Les manifestations de rue actuelles au Venezuela ressemblent de plus en plus à une guerre pure et simple. Alors que les forces de sécurité tirent des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et de temps en temps des balles réelles sur les foules agitées, des groupes de plus en plus déchaînés répondent avec des lance-pierres meurtriers, des bombes artisanales et des cocktails Molotov.

Cette semaine, sept membres de la garde nationale, qui roulaient à moto, ont été blessés à Caracas lorsqu’une bombe posée au bord de la route a explosé.

Les troupes de choc de l’opposition sont dirigées par des groupes de jeunes gens qui se font appeler les Templiers, les Guerriers ou les Arcadians. Collectivement, ils sont connus sous le nom de Chamos de la Resistancia qu’on peut traduire par Jeunes de la Résistance.

Ce n’est pas seulement par hasard qu’on assiste à des développements comparables à ceux des violentes révolutions de couleur en Libye, en Ukraine et en Syrie. Les forces paramilitaires qui se cachent derrière les « manifestants pacifiques » attaquent les institutions policières, militaires et civiles pour provoquer une escalade conduisant à la guerre civile. La semaine dernière, l’opposition au Venezuela a annoncé qu’aujourd’hui c’était le « Jour J » pour une nouvelle tentative de coup de d’état contre le président Maduro :

Le pilote fugitif de la police qui aurait soi-disant volé un hélicoptère et l’aurait utilisé pour attaquer la Cour suprême du Venezuela est apparu à un rassemblement de l’opposition dans la capitale, Caracas, ont déclaré des participants à CNN.

Oscar Perez, un officier de la force d’investigation de la police du pays, s’est adressé à la foule, pour inciter l’opposition à continuer à manifester.
...
« Une grève générale le 18 juillet, une grève sans retour. Le jour J commencera mardi. Le référendum aura lieu dans la dignité, nous serons dans la rue pour défendre les gens ».

La date a été confirmée hier :

Les dirigeants de l’opposition vénézuélienne ont appelé leurs partisans à intensifier les manifestations de rue et à soutenir une grève nationale de 24 heures plus tard cette semaine, après que plus de 7,1 millions de personnes ont rejeté le projet du gouvernement de réécrire la constitution.
...
Une coalition d’une vingtaine de partis d’opposition s’est réunie lundi à son siège pour organiser une campagne de désobéissance civile « Jour J » dans les deux semaines qui précèdent le vote du gouvernement.

Dimanche dernier, l’opposition a organisé un vote citoyen auquel la participation a été moins importante que ne l’espérait l’opposition. Les résultats n’ont pas été annoncés, seulement le nombre de participants :

Dimanche soir, l’opposition a publié seulement le nombre des personnes qui sont venues voter, mais n’a pas donné le détail des votes, même si on pense que pratiquement tous les votants ont répondu « oui » au rejet de la réécriture de la Constitution.

Il y a environ 19 millions d’électeurs inscrits au Venezuela. Une participation de sept millions pour un vote citoyen, si le chiffre est vrai, est significative, mais pas décisive, ni probante. La dissimulation des résultats permet de supposer que les réponses aux questions du vote citoyen ne sont pas en faveur du plan de l’opposition.

Il est difficile de savoir ce que les Vénézuéliens pensent réellement. Les sondages sont toujours manipulés dans le pays. La politique économique de Maduro, qui s’est heurtée à la chute des prix du pétrole, au sabotage des riches importateurs et exportateurs et aux sanctions étasuniennes, n’a pas donné de résultats. Mais le vote de l’Assemblée nationale de 2015 remporté par l’opposition était plus un vote de protestation contre les problèmes économiques qu’un vote en faveur du vague programme de l’opposition.

Il est évident que l’opposition au Venezuela est fortement soutenue par les diverses institutions de changement de régime des États-Unis. Certains de ses agents ont des liens étroits avec la DEA et la CIA. Les médias étasuniens sont, comme d’habitude, complètement en faveur du programme de changement de régime des États-Unis. Ils incitent depuis longtemps à la révolte contre le gouvernement socialiste du Venezuela.

Une déclaration officielle de Trump sur le Venezuela, publiée hier, brille par son absence de faits concrets :

Hier, le peuple vénézuélien a encore montré clairement qu’il défendait la démocratie, la liberté et la primauté du droit. Pourtant, ses actions, fortes et courageuses, continuent d’être ignorées par un mauvais chef qui rêve de devenir dictateur.

Les États-Unis ne resteront pas inactifs pendant que le Venezuela s’effondre. Si le régime de Maduro impose son assemblée constituante e 30 juillet, les États-Unis prendront des mesures économiques fortes et rapides.

Trump ferait-t-il une déclaration pareille sur la volonté du « peuple américain » si les démocrates avaient organisé, contre lui, un vote citoyen auquel avait participé plusieurs millions de personnes ?

Le gouvernement de Maduro a appelé à un vote le 30 juillet pour élire les membres de la future assemblée constitutionnelle. Il n’a rien « imposé » du tout. L’opposition va tenter de semer le chaos dans les rues jusqu’à cette date et elle a vraisemblablement prévu quelques actions d’éclat.

Le gouvernement a jusqu’à présent réagi par la passivité aux protestations violentes. La police s’est contentée de protège des bâtiments du gouvernement et de démolir des barricades qui bloquaient des routes. Mais le gouvernement n’a pas procédé à des vagues d’arrestation, ni tenté de prendre un contrôle plus étroit de la situation. A moment donné de de telles mesures deviendront inévitables. La question est « quand » ?

Moon of Alabama

»» http://www.moonofalabama.org/2017/07/zero-day-for-violent-regime-chang...
URL de cet article 32106
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.