Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Le pilori médiatique est une infamie contre laquelle on ne peut rien, mais...

... la dénonciation calomnieuse est (aussi) un délit

Une personne membre du FN, elle-même mise en examen, faisait des dénonciations pour accuser d’autres de ce qui lui était reproché. C’est la technique du ventilateur à bouillasse ! Mais elles restaient sans effet. Le FN a donc fait depuis des « dénonciations complémentaires ». La méthode de la dénonciation est un grand classique de l’extrême droite et sa forme suprême de courage.

Au cas précis, cela aura pourtant suffi à déclencher une « enquête préliminaire » sur une dizaine de députés européens parmi lesquels Yannick Jadot, Patrick le Hyaric et combien d’autres. Dont moi. Un gros gibier ! J’ai donc droit à une place particulière sur le pilori médiatique habituel où tout le monde est montré comme coupable avant d’avoir eu le temps d’ouvrir la bouche. Je veux rappeller que je ne suis nullement mis en examen ! Je fais juste l’objet d’une « dénonciation complémentaire ». C’est le moment de dire qu’une dénonciation sans fondement est une dénonciation calomnieuse. C’est un délit. Il va donc en cuire à cette personne ! Comme à tous ceux qui auront relayé ladite dénonciation calomnieuse. Je me prépare donc à porter plainte à mon tour pour dénonciation calomnieuse contre cette militante du FN et ses complices.

Ce qui est pénible à cet instant, c’est évidemment que je comprends parfaitement le rôle de diversion que cette accusation joue dans le contexte où « la France insoumise » est lancée de toutes ses forces dans une bataille contre le gouvernement et ses mesures emblématiques. Inexistant dans la bataille, le FN cherche de la lumière dans les prétoires et les medias. Mais ce qui me blesse le plus profondément, c’est que les noms de mes assistants soient cités. Et seulement les miens ! Ce qui souligne la hargne particulière dont je fais l’objet. Sans autre forme de procès (si j’ose dire) les voici jetés en pâture sans respect pour eux, leur famille, les problèmes personnels qu’ils affrontent peut-être et du seul fait qu’ils ont travaillé pour moi et obéi scrupuleusement aux ordres que je leur ai donnés, conformément à la subordination que comporte tout contrat de travail. Ceci me conduit à préciser les points suivants, non pour la meute, ni pour me justifier devant une accusation dont je récuse le principe même, mais pour vous, mes chers lecteurs.

1) Je suis en toute hypothèse seul et unique responsable des tâches et travaux que mes assistants ont accomplis.
2) Croire qu’ils aient eu le loisir d’avoir d’autres activités et que leur poste auprès de moi soit fictif, c’est ne rien connaître ni savoir de mon travail et de ma façon de l’effectuer.
3) J’affirme qu’aucun d’entre eux n’a jamais consacré aucun temps de travail payé par le Parlement européen, sous quelque forme que ce soit, pour une activité au Parti de gauche, au Front de Gauche ou à « la France insoumise ». À l’inverse, ce que je déplore, ils ont dû renoncer à toutes les activités bénévoles de leur engagement politique car le travail qu’ils accomplissaient pour moi ne leur en laissait aucun temps disponible. En effet, les tâches à assumer pour me permettre de remplir mon rôle de député, tel que je l’entends, sont extrêmement envahissantes. Si bien que je peux dire que leur militantisme a consisté à travailler davantage d’heures et avec davantage d’intensité que ne le prévoyait leur contrat de travail.

Par exemple j’expliquais tous mes votes par écrit. Ces textes ont été édités sur mon blog européen. Il y en a des milliers. Ce seul exemple montre quelle était la nécessité de se documenter sur chacun d’entre eux et de produire des fiches qui me permettent de déterminer personnellement chacun de mes votes puisque je ne suivais aucune consigne de vote de mon groupe sans vérification. L’énorme matériel intellectuel ainsi brassé consistait à entreprendre des recherches, à recueillir les avis de tous ceux que nous consultions, à opérer des synthèses utilisables par moi puis par tous ceux qui militaient avec moi et reprenaient les arguments que j’utilisais. Un autre exemple est celui de ma participation personnelle à d’innombrables mobilisations sociales en relation avec les politiques européennes. Croit-on que j’y sois arrivé les mains dans les poches ? L’aurais-je pu d’ailleurs ?

J’étais aussitôt interpellé, où que j’aille, par les journalistes qui se trouvaient sur place et souvent, il m’est arrivé de devoir prendre la parole. Pense-t-on que rien de tout cela ne se prépare minutieusement ? Un autre exemple enfin est celui de mes interventions médiatiques et de leur préparation de sorte que la cohérence soit maintenue en toute circonstance entre mes positions de député européen et le commentaire d’actualité que j’étais conduit à faire. Et ainsi de suite.

Dans de telles conditions il n’y avait aucune place de temps pour faire quoi que ce soit d’autre que de m’aider à tenir mon rôle. Je n’entre pas davantage dans les détails. Je me contente de dire mon écœurement et mon dégoût pour tous ceux qui se font les relais d’une accusation sans fondement venue de l’extrême droite, si flétrissante pour des gens qui ne peuvent se défendre. Le pilori médiatique est une infamie contre laquelle aucun de nous ne peut rien. Sinon garder toujours en mémoire quelle fonction politique il remplit.

Jean-Luc MELENCHON

Cette publication a été effectuée sur ma page Facebook.

URL de cet article 32104
   
DEPUIS LA NUIT ET LE BROUILLARD - FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES - de Juana Doña
traduit par à ngeles Muñoz avec la collaboration de Sara Albert Madrid, février 1939. La Guerre d’Espagne touche à sa fin. Leonor va connaître l’exode, la torture, la condamnation à mort, et les longues années de prison... L’horreur quotidienne de l’univers carcéral franquiste tel que l’ont vécu des milliers de femmes et d’enfants est décrite ici par Juana Doña avec un réalisme sans concession et sans complaisance. Ce livre est son témoignage. Écrit en 1967, publié seulement après la mort du dictateur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.