Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

42 

La « normocratie »

Vous aimez les grands espaces, vous voulez fuir le tumulte urbain. Vous voulez être le réalisateur de votre vie professionnelle. Vous avez l’esprit d’entreprise, vous voulez semer, voir grandir votre projet et en récolter les fruits. Je vois, vous rêvez d’un retour à la terre. Bienvenue à vous. Et surtout bon courage : il vous faudra faire des sacrifices, ce sera le prix de votre liberté.

Un conseil, dépêchez-vous avant qu’il ne soit trop tard.

Le monde paysan se meurt. Disons qu’on le fait crever à petit feu. Le paysan se fait rare, l’agriculteur se suicide, les exploitants agricoles sont souvent des exploités. Le monde agricole est un monde déjà bien tourné vers l’avenir : à croire que c’est un laboratoire en plein champ, une expérimentation grandeur nature.

Pourtant nourrir ses semblables est une fonction honorable. Mais cette tâche fait à peine vivre une bonne partie de ceux qui s’y consacrent corps et âmes. Un suicide tous les deux jours, telle est la rançon de la modernité. À cause du libéralisme triomphant qui capte toujours plus de richesses, qui génère les inégalités sociales, la pauvreté et le chômage, il faut bien nourrir la population pour pas cher : ce n’est pas nouveau, il y a eu la suppression des Corn Laws en 1846, qui permit, grâce aux importations, d’abaisser le prix du pain en Angleterre, donc de maintenir le salaire des ouvriers assez bas, et, in fine, aux industriels de produire à bon compte...

Péremptoire, le deus ex machina s’est exprimé au salon de l’agriculture : « Quand on va au restaurant ou ailleurs, 70 % de la viande qu’on mange n’est pas ‘‘faite’’ en France. Mais on est mauvais. Et bien c’est nous, c’est pas le Mercosur » (24/02/18).
J’invite ce sinistre histrion d’aller renouveler ses propos, les yeux dans les yeux, aux conjoints et aux enfants de ceux qui tous les deux jours se suicident parce qu’ils seraient « mauvais ».

Ce qui est sûr, c’est qu’il est un domaine où la France, enfin l’État français, est performant : les normes. Elles sont définies, imposées au nom de l’environnement, de la santé publique. Mais, les faits sont têtus, elles ne favorisent que la concentration, l’industrialisation. L’agriculture devient un secteur économique comme les autres où les profits sont entre quelques mains.

Avec les normes, les contrôles de l’administration parachèvent le travail de sape : le tatillon le dispute à l’arbitraire. A contrario, l’administration est tout miel avec les grands acteurs : et, oui, le chantage à l’emploi est un bon argument.

Les paysans sont toujours plus contraints : puçage obligatoire des animaux au nom de la traçabilité, alors que, dans l’agroalimentaire, on refourgue du « minerai » sans trace. Les contraintes pour les uns, le laisser-faire pour les autres.

La « normocratie », la puissance de la norme, pour contraindre le grand nombre et le libéralisme sans frontière pour quelques-uns, telle est notre réalité.

Vous n’êtes plus trop sûr de vous lancer dans l’aventure ?

Ne soyez pas indifférent à ceux qui morflent actuellement : après les mineurs, les métallos, les paysans sont dans l’œil du cyclone, votre tour viendra.

L’ordre doit régner : l’ordre économique s’entend.

PERSONNE

Lecture conseillée : https://reporterre.org/Les-normes-tuent-les-paysans

URL de cet article 32985
   
Thomas Frank. Pourquoi les pauvres votent à droite ? Marseille : Agone, 2008.
Bernard GENSANE
Rien que pour la préface de Serge Halimi (quel mec, cet Halimi !), ce livre vaut le déplacement. Le titre d’origine est " Qu’est-ce qui cloche avec le Kansas ? Comment les Conservateurs ont gagné le coeur de l’Amérique. " Ceci pour dire que nous sommes en présence d’un fort volume qui dissèque les réflexes politiques, non pas des pauvres en général, mais uniquement de ceux du Kansas, dont l’auteur est originaire. Cela dit, dans sa préface, Halimi a eu pleinement raison d’élargir le débat et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.