RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La peine de mort contre Saddam Hussein, pierre angulaire de la haine.








Les crimes de Saddam Hussein


Downing Street a admis à The Observer [1]que les assertions répétées de Tony Blair selon lesquelles « 400 000 corps ont été trouvés dans des charniers irakiens » était fausses et que seulement 5 000 corps ont été trouvés jusqu’à présent.

Les assertions de Blair faites en novembre et décembre de l’année passée (2003) ont été largement acceptées, citées par des membres du parlement et publiées entre autres dans l’introduction d’une brochure du gouvernement américain sur les charniers irakiens.

Le 14 décembre 2003, suite à l’arrestation de Saddam Hussein, Blair a répété cette assertion dans un document mis sur le site du parti travailliste : « Les restes de 400 000 êtres humains ont déjà été trouvés dans des charniers »...

Le site de l’USAID [l’agence américaine pour le développement international], qui cite l’assertion de Blair dit : « Si ces chiffres sont exacts, ils représentent un crime contre l’humanité dépassé seulement par le génocide rwandais de 1994, les champs de la mort de Pol Pot au Cambodge dans les années 70 et l’holocauste nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale »

Ces citations illustrent comment fonctionne le système de propagande occidental. Une assertion parfaitement factuelle (« Les restes de 400 000 êtres humains ont déjà été trouvé ») mais fausse (et mensongère étant donné que les gens qui l’affirment sont les mêmes que ceux qui ordonnent les fouilles dans les charniers) est lancée par un gouvernement et répétée à grande échelle (par le parti travailliste, une agence américaine, etc.). Il est vrai qu’elle est rectifiée, mais une seule fois, et sans qu’aucun écho de cette rectification ne parvienne à l’étranger, en France ou aux États-Unis.

Donc, le mensonge reste dans la conscience populaire et a bien entendu un effet : si quelqu’un souligne que la guerre a fait 100 000 morts civils, la
réponse sera immédiatement : « ah, oui, mais on en a trouvé 400 000 dans les charniers de Saddam ».
Ce genre d’aveux devrait en plus encourager le scepticisme vis-à -vis d’autres assertions gouvernementales. C’est rarement le cas.

Finalement, une réaction fréquente est de dire que ce genre de contre information n’a pas d’importance : de toute façon, « Saddam est un salaud, un assassin, etc. ». Mais là n’est pas la question. Que dirait-on si un dirigeant d’un pays du tiers monde multipliait par 80 le nombre de morts à Sabra et Chatila (« 160 000 »), ou lors de la guerre du Vietnam (« 240 millions ») ou de l’invasion de l’Irak (« 8 millions »). Quelle crédibilité garderait-il ?

Jean Bricmont

Extrait de : Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ? (Ed. Aden, 18 euros)
















[Pour illustrer ce qui est erroné dans la tendance dominante, commençons par le slogan « ni-ni » : maintenant que Milosevic est à La Haye, les Talibans et Saddam Hussein renversés, les partisans de ce slogan peuvent-ils expliquer comment ils comptent se débarrasser de l’autre partie du « ni », Bush ou l’OTAN ?
Bien entendu, c’est impossible et ils le savent très bien. Mais c’est bien là tout le problème : on ne peut pas mettre sur le même pied un pays où vivent 4 % de l’humanité et dont les dirigeants déclarent ouvertement que le siècle qui commence sera « américain » et des pouvoirs brutaux (au demeurant très différents entre eux) mais dont l’action est fortement limitée dans le temps et dans l’espace. Jean Bricmont ] L’espoir change-t-il de camp ?








La peine de mort contre Saddam Hussein, pierre angulaire de la haine, par Danilo Zolo.


Il manifesto, vendredi 29 décembre 2006.


Le président des Etats-Unis a déclaré que la pendaison de Saddam Hussein serait une « pierre angulaire ».Ce sera un pas en avant décisif sur la grand route de la justice, de la liberté et de la démocratie en Irak. Il s’agit d’une imposture, identique aux mensonges avec lesquels Georges Bush a motivé la guerre d’agression contre l’Irak en 2003.

Cette guerre a déjà provoqué le massacre de milliers d’innocents - plus de 650.000 - et provoque chaque jour d’autres centaines de victimes. Ce qui aurait dû être le lit de la démocratie dans le monde musulman - l’Irak sauvé par les armées étasuniennes du joug d’une tyrannie impitoyable- est un lac de sang. Au dessus de ce lac pendra le cadavre de Saddam Hussein : un spectacle exaltant pour un ex-gouverneur du Texas qui n’a jamais accordé de grâce à un seul condamné à mort.

Il s’agit d’une imposture parce que ce n’est pas le peuple irakien, ni une cour légitime, nationale ou internationale, qui ont décidé la condamnation à mort du raïs. La sentence a été émise par un Tribunal spécial, promulgué en décembre 2003 par les forces anglo-étasuniennes occupantes. Sur le plan formel, le pouvoir qui a institué ce tribunal a été le gouvernement provisoire de l’Irak c’est-à -dire, de fait, le gouverneur militaire étasunien Paul Bremer. Personne ne peut penser que le Gouvernement provisoire, qui n’avait aucune autorité législative et ne disposait pas de sources de financement autonomes, ait été le pouvoir réel qui a lancé le Tribunal. C’est donc une puissance occupante, les Etats-Unis d’Amérique, qui ont voulu l’institution d’un tribunal spécial pour mettre sous procès les représentants du régime vaincu. Les juges du tribunal ont en majorité été désignés par le Gouvernement provisoire, entraînés par des experts étasuniens et soumis à un contrôle politique étroit. Même le Statut du tribunal a été rédigé par des juristes étasuniens. Et le pouvoir qui a voulu, organisé et financé le tribunal a été un pouvoir conquis en une guerre d’agression qui a violé et la Charte des Nations Unies, et le droit international général. Les Conventions de Genève n’attribuent certes pas à une puissance occupante le pouvoir de créer des tribunaux pénaux pour juger les dirigeants du régime déposé. Il s’est donc agi d’un tribunal dépourvu de légalité internationale, de légitimité politique et d’un minimum d’autonomie.

On doit ajouter que le Tribunal spécial a exercé sa juridiction sur la base de formes de délit -les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité- qui n’étaient pas prévus par le droit irakien, et qui n’ont été introduites dans le Statut qu’aux fins de permettre l’accusation et la condamnation à mort de l’ex-dictateur. En outre, les droits de la défense ont été gravement limités et on a même violé le principe nulla culpa sine judicio, qui exige une rigoureuse présomption d’innocence en faveur des accusés. L’ex-dictateur est toujours détenu en un lieu secret par les milices étasuniennes qui l’ont capturé et soumis à de lourds interrogatoires, proches de la torture. De plus, le Statut du Tribunal prévoit que la cour puisse se prononcer sur une éventuelle agression décidée par le régime baathiste contre un pays arabe, par exemple le Koweït, et exclut implicitement sa compétence à juger de crimes d’agression commis contre des pays non arabes. Cette disposition a été conçue par les rédacteurs étasuniens du Statut pour éviter que le tribunal n’enquête sur la guerre d’agression que l’Irak avait déchaîné dans les années 1980-1988 contre l’Iran, pays de religion musulmane mais non arabe. La raison en est très simple : les Etats-Unis ont soutenu sur le plan économique, militaire et diplomatique cette agression, qui a causé pas moins de 800 mille morts. En outre, les Etats-Unis ont été de fait complices de Saddam Hussein en ne dénonçant pas certains crimes gravissimes commis par les troupes irakiennes : les attaques faites avec des armes chimiques contre la population iranienne. Il s’agissait donc d’empêcher que la défense de Saddam Hussein fasse usage de l’argument tu quoque, juridiquement et politiquement embarrassant pour les sponsors du Tribunal.

Les Etats-Unis ont monté un procès contre Saddam Hussein qui radicalise la logique de la stigmatisation et de la vengeance de rançon. L’anomie juridique (absence de lois, NDT), le vide de pouvoir légitime et le déchaînement de violence provoqués par la guerre sont tels que la condamnation à mort de l’ex-dictateur irakien se réduit à une utilisation propagandiste de la justice qui n’a comme unique objectif que celui de déshumaniser l’image de l’ennemi et de l’exécuter pour en faire un trophée de démonstration de sa propre supériorité morale.

Mais répandre le sang de Saddam Hussein n’offrira aucune contribution à la pacification et à la démocratisation de l’Irak. Ce sera une pierre angulaire le long de la voie de la haine, de la violence et de la terreur qui finira par rejoindre aussi ceux qui ont impitoyablement pratiqué la « justice des vainqueurs ».

Danilo Zolo

Danilo Zolo est professeur de droit international à Florence, il a été professeur associé d’université anglaises et étasuniennes, et auteur de nombreux ouvrages de droit international ; il est le coordinateur du site Jura Gentium


- Source : il manifesto www.ilmanifesto.it

- Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



C’est le jour de l’Aïd... que Saddam Hussein a été pendu, par Danielle Bleitrach.


Irak : Sauvons le tyran, par Tommaso De Francesco.


Sombres pensées somaliennes en ce sale Noël 2006, par Igiaba Scego.




- Dessin : Vauro


[1"PM admits graves claim ’untrue’", Peter Beaumont, The Observer, 18
juillet 2004.


URL de cet article 4544
  

La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.