Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le 24 novembre, Edouard Philippe nous appelle à poursuivre la lutte !

Sur la 2, le premier ministre s’est comporté comme Juppé en 95, droit dans ses bottes ! Il n’écoute rien ni personne comme Macron. 300 000 personnes manifestent, rien. Seul discours, on poursuit la politique d’austérité et rien ne nous arrêtera. Nous non plus. A Montreuil, nous prenons l’engagement de ne pas cesser l’action multiforme jusqu’à ce que l’impôt sur les grandes fortunes soit rétabli. Cet impôt rapporte 4 milliards par an. Suffisant pour lancer une grande politique de transition écologique. De Rugy, ministre de l’écologie le refuse alors qu’il nous fait les poches pour engraisser les compagnies pétrolières. Nous ne le laisserons pas nous plumer !

Le mouvement des gilets jaunes tient bon et demeure uni. C’est la condition du succès. Refusons la récupération politique d’où qu’elle vienne. L’auto-organisation fonctionne très bien. Chaque village, chaque ville connaît le terrain et les habitants. C’est le lieu le plus approprié pour débattre et décider des formes d’action.

Je vous soumets une proposition qui permettrait le rassemblement des automobilistes et des écologistes.

Organiser partout une initiative dont vous définiriez la forme et le contenu. Pourquoi ne pas se manifester ce jour-là pour exiger ensemble le rétablissement de l’impôt sur les grandes fortunes ?

Devant les inégalités croissantes et l’injustice fiscale, des millions de concitoyens partagent notre position mais ils n’ont pas participé le 17. Interrogeons-nous pourquoi et essayons de les convaincre d’entrer dans le mouvement. Près de 80% des Français soutiennent les gilets. On a du grain à moudre. Travaillons à les faire participer à ce mouvement qui va marquer durablement la vie sociale et politique.

Vu mon âge, après 68, je vais connaître le deuxième grand affrontement d’idées.
Formidable espoir !

URL de cet article 34108
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune. »

John Pilger


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.