Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le CAC40 et les banquiers "effrayés" annoncent un "cataclysme" si Mélenchon venait à être élu. Le scénario de la peur de 1981 est reconduit !

Le CAC40 et les banquiers "effrayés" annoncent un "cataclysme" si Mélenchon venait à être élu. Le scénario de la peur de 1981 est reconduit !

J’attendais ce moment avec une certaine impatience. Il fallait d’abord que JLM approche d’une estimation d’intentions de vote autour de 20 %, pour commencer à faire frémir les marchés et les tenants du libéralisme. Nous y voilà !

Et c’est parti, non pas comme en 14, mais comme en 81 ! Souvenons-nous des "terribles catastrophes" qui allaient s’abattre sur la France si Mitterrand était élu : L’armée rouge défilerait, triomphante, sur les Champs-Elysées, la France subirait le joug de l’URSS, les villages seraient transformés en kolkhozes, l’économie "collectivisée" serait en faillite (ah ! ce mot "collectivisme" que les journaleux et politiques de l’époque prononçaient en faisant claquer chaque syllabe pour effrayer les pauvres gens : KoLLLEK Tivisme !), les usines allaient fermer une à une, les capitaux et "l’élite" de la France fuiraient le pays et le laisseraient exsangue (quel féroce mépris de classe se manifestait alors !), et j’en passe et des meilleures : Je me souviens d’un "grand patron", dont je tairai le nom par pudeur, qui tremblait véritablement de peur parce qu’il en était persuadé, devant l’invasion prochaine des bolcheviks. Lui, le bon patron paternaliste, toujours sapé très chic, costume, chemise et cravate de soie et chaussures Berluti, haranguait ses milliers de salariés, revêtu pour l’occasion d’un imper à la Colombo et coiffé d’une casquette d’ouvrier, en les suppliant de ne pas voter Mitterrand, alors qu’il avait tant fait pour SES ouvriers. Incroyable mais vrai. C’était pathétique !

Oui, c’est reparti ! Le cortège funèbre que Mélenchon traîne derrière lui et "qu’il cache aux français", va tout dévaster sur son passage. Les banquiers prédisent un "cataclysme", pas moins. Déjà de "gros portefeuilles ont quitté l’Hexagone". Se dessine un scénario à la Vénézuélienne, les "grands acteurs internationaux" vont fuir le territoire. JLM va nous entraîner dans une dette publique abyssale, tandis que l’augmentation du smic de 16% est une catastrophe économique. Plus rien ne pourra être produit en France. Le "Chavez français" va faire de la France "une dictature populaire" ! Rien que ça ! Comme autrefois l’URSS, le néo-libéralisme a pris pour cible les pays d’Amérique Latine qui se sont libérés du joug étasunien.

A l’évidence, ils n’y croient pas vraiment eux-mêmes. Voyez comme ils ont su redresser la barre en leur faveur dès 1983. Mais les très riches, ceux qui se sont gavés jusqu’à en vomir, en volant sans vergogne le peuple de France, ne savent pas encore sur quel pied danser avec cet OVNI de Mélenchon, aussi ont-ils décidé de ne pas courir de risque en sortant la Grosse Bertha pour tenter de contenir son irrésistible remontée... Tout y passera, les plus gros mensonges comme les pires calomnies, les épithètes les plus choquants, pour que le vote Mélenchon résonne aux oreilles des français comme une tragédie annoncée. Les médias serviles, à longueur de colonnes, crachent déjà sur le candidat, tirent à boulets rouges sur son programme, tournent en en dérision ses discours et le personnage. Ils se révèlent tels qu’ils sont, des ennemis de classe acharnés, haineux, irréductibles qu’il ne faudrait surtout pas sous-estimer sous peine d’en payer le prix fort...

Vous avez deviné aussi que la seule cible était le candidat de ce qu’ils appellent "l’Extrême-Gauche", Mélenchon. Macron et Le Pen, pourtant crédités de scores supérieurs à 20 %, ne sont nullement visés. Les multinationales ont donc trois fers au feu : Fillon, Macron et Le Pen. Et si les deux premiers venaient à être éliminés par JLM, n’oublions jamais que les riches qui n’ont ni patrie, ni orgueil, et que leur seul parti est celui de l’Argent, préféreront toujours l’Extrême-Droite qui ne touchera jamais à leurs profits, à la vraie Gauche, celle qu’ils affublent du mot "Extrême" pour la stigmatiser et la distinguer de celle avec laquelle ils s’accommodent fort bien, la gauche véreuse, traîtresse, la "Gôche caviar". Rappelons-nous, dans la bouche des seigneurs de l’industrie d’alors, le sinistre "Plutôt Hitler que le Front Populaire !"

Comme l’Histoire nous l’a appris à nos dépens, gagner n’est qu’une première étape, la seconde sera incessante et éprouvante, elle consistera à se mobiliser et se battre durement, avec opiniâtreté, sur le terrain, pour imposer les choix du programme gagnant, en ne laissant aucune chance aux revanchards de reprendre une parcelle de pouvoir. Fidel a dit : "Nous avons battu l’infâme dictature de Batista, il nous reste le plus dur : faire vivre pour toujours, les principes intangibles de notre Révolution contre l’Empire, et nous ne pourrons le faire que dans l’union et l’unité !"

Prenons notre destin en main, sans peur et sans faiblesse !

Michel Taupin

»» http://https://www.facebook.com/Michel.Taupin.M/posts/10155407413366435
URL de cet article 31752
   
Même Auteur
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.