Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

15 

Macron à Washington pour un adoubement

Depuis qu’il est arrivé à l’Elysée, Emmanuel Macron fait preuve d’un activisme diplomatique qui a pour objectif selon lui de replacer la France sur l’échiquier international dans lequel elle faisait piètre figure sous la présidence de son prédécesseur.

Il n’arrête pas en effet de recevoir et de rendre visite avec pour idée fixe de faire savoir qu’avec lui la France est de « retour » déterminée à se faire entendre et à peser sur la conduite des affaires internationales.

C’est dans le même état d’esprit qu’il a entamé une visite cruciale aux Etats-Unis. Elle est pour lui l’occasion de vérifier si l’activisme diplomatique qu’il pratique est en train de porter ses fruits. Il sera fixé au cours des entretiens qu’il aura avec son homologue étasunien Donald Trump qu’il pense avoir « séduit » alors même qu’ils ont des divergences sur nombre de dossiers internationaux. Ce qui, semble-t-il, irrite ce dernier et ne le prédispose pas à faire de la France l’alter ego des EU sur la scène internationale.

Sous les dehors d’un accueil amical, la visite à Washington du président français pourrait s’avérer un échec pour la raison que celui-ci a commis l’impair de claironner qu’il a de l’influence sur son homologue et est en mesure de lui faire changer d’avis sur les questions sujettes à divergence et même à conflit entre les EU, la France et l’Union européenne. Averti de la prétention que cultive son hôte, Donald Trump, dont l’ego a dû être titillé, ne se laissera probablement pas entraîner à se dédire sur les dossiers qui font contentieux entre lui et son hôte. Lesquels sont la protection de l’environnement et l’accord sur le nucléaire entre les cinq + 1 et l’Iran. Sur ces deux sujets, Macron ambitionne de convaincre Donald Trump que ses positions sont contraires au consensus international qui s’est dégagé. Mais si Macron a pour objectif le retour de la France sur la scène internationale, Trump a celui de faire passer les intérêts de de son pays avant ceux des autres.

L’amitié et le respect dont Donald Trump et Macron disent qu’ils sont le socle de leurs relations n’excluent pas que chacun a des arrière-pensées qui vont peser sur leurs entretiens. Le président des EU n’est pas sans savoir que son homologue français lui rend visite en vue de faire reconnaître par Washington le rôle singulier auquel il aspire pour la France sur la scène internationale mais aussi pour son adoubement en tant qu’Etat leader de l’Europe, statut jusque-là reconnu par Washington à l’Allemagne d’Angela Merkel.

Trump « moussera » très certainement le président français et son pays, leur octroiera le label d’amis des EU et d’alliés sûrs mais, sur le fond des problèmes sur lequel il y a divergence entre Paris et Washington, il ne concèdera rien à son hôte. Ce sera sa façon à lui de faire comprendre à ce dernier que l’influence qu’il croit avoir sur lui n’est qu’illusion quand ce qui est en jeu dans les dossiers abordés au cours de leurs entretiens touche aux engagements donnés par lui aux électeurs américains qui l’ont élu et à sa détermination d’imposer au reste du monde la volonté des Etats-Unis de ne pas céder aux arrangements ou concessions qui affaibliraient son statut de puissance impériale à laquelle il est naturellement dévolu de régenter unilatéralement la politique mondiale.

Habib KHARROUBI

URL de cet article 33280
   
Même Thème
Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.