RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Que s’est-il passé le 7 octobre au Proche-Orient ?

On en sait un peu plus sur la tuerie qui a ému le monde entier et qui a donné un bon prétexte au gouvernement israélien pour bombarder Gaza.

Le quotidien Israélien Haaretz a affirmé que presque la moitié des Israéliens tués appartenaient en fait à l’armée ou à la police. Selon les sources officielles israéliennes et les médias occidentaux, 1 400 civils israéliens, dont des bébés, des enfants et des femmes, auraient été tués le 7 octobre.

Le 23 octobre, Haaretz a publié une liste de 683 Israéliens tués, dont 331 soldats et officiers, 13 membres des services de secours et 339 civils.

Officiellement, aucun enfant de moins de trois ans n’a péri dans l’attentat. En revanche, six enfants de quatre à sept ans et neuf âgés de dix à dix-sept ans sont morts ce jour-là.

En représailles, à ce jour, 5 791 Palestiniens, dont 2 360 enfants et 1 292 femmes ont été tués. On compte par ailleurs 18 000 blessés.

1 500 combattants palestiniens, sous les couleurs du Hamas, ont franchi la frontière Gaza-Israël. Sans oublier des combattants appartenant au Jihad Islamique Palestinien (PIJ) et des combattants n’appartenant à aucune milice organisée.

Aviva Klompas, précédemment membre de la délégation israélienne à l’ONU, fut la première à évoquer, le 7 octobre, des viols commis sur des filles israéliennes. Le 8 octobre, Newsweek ne mentionnait aucune violence sexuelle. Cela n’empêcha pas le président Biden de parler de « femmes violées, agressées et exhibées comme des trophées ».

Lorsque l’armée israélienne a mentionné des décapitations, des amputations de membre et des viols, l’agence Reuters a indiqué qu’aucune preuve de ce type de forfait n’avait été apportée. Le président Biden lui-même déclara qu’aucune preuve de la décapitation de 40 bébés n’avait été fournie.

L’opération du Hamas visait, selon les dires de l’organisation, à faire un maximum de prisonniers israéliens afin de les échanger contre les 5 300 prisonniers palestiniens – dont de nombreuses femmes et enfants – détenus en Israël.

L’histoire dira si l’armée israélienne a tué des prisonniers, si elle a bombardé à l’aveugle, si elle a pris des Israéliens pour des Palestiniens. Comme à Ascalon le 8 octobre quand des soldats de Tsahal ont proféré des insultes contre le cadavre d’un « combattant du Hamas » qui n’était autre qu’un de leurs compatriotes…

Pendant ce temps, les populations civiles de Gaza sont bombardées continument et de manière indiscriminée par une des trois ou quatre meilleures armées au monde. Á ce jour, au moins 200 000 civils ont dû quitter leurs habitations, de manière peut-être irréversible. Au nom des « atrocités » commises par le Hamas.

Source

URL de cet article 39085
  

Même Auteur
Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.