RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela : nouvelles sanctions de l’UE

L’UE vient de prononcer de nouvelles sanctions contre le Venezuela. 11 personnalités éminentes ont été déclarées persona non grata sous des prétextes fallacieux et inexacts autant que ridicules. Cette liste s’ajoute aux 7 précédentes pour des motifs similaires.

Parmi elles, Delcy Rodríguez, vice-présidente de la République Bolivarienne et Xavier Moreno, secrétaire général du CNE (Conseil National Electoral) qui est, entre autre, le plus grand organiste vénézuélien et qui s’est produit un peu partout dans le monde.

Delcy Rodriguez était la présidente de l’Assemblée Constituante considérée comme illégitime par l’UE, alors qu’elle a été démocratiquement élue, qui l’accuse d’avoir usurpé les compétences de l’Assemblée Nationale et d’avoir empêché l’opposition de participer au processus politique.

Xavier Moreno est accusé d’avoir approuvé les décisions du CNE qui ont bafoué la démocratie, d’avoir contribué à l’établissement de l’Assemblée Constituante et d’avoir manipulé le processus électoral.

Les autres personnalités concernées sont :

—  Tareck El Aissami, ministre de l’industrie, ex vice-président et superviseur des services secrets, accusé de graves violations aux Droits de l’Homme, détentions arbitraires et tortures.

—  Sergio Rivero, inspecteur général des Forces Armées accusé de répression contre l’opposition, détentions arbitraires et intimidations envers la presse.

—  Jesús Suárez, ancien Commandant en Chef des Forces Armées, accusé de violations des Droits de l’Homme, mauvais traitement envers les détenus et utilisation de tribunaux militaires pour juger des manifestants civils.

—  Iván Hernández, directeur général des services de contre-espionnage et chef de la garde présidentielle, accusé d’atteinte aux Droits de l’Homme, de répression envers l’opposition démocratique, usage excessif de la force et mauvais traitement envers les détenus.

—  Elías Jaua, ministre de l’Education, président de la commission présidentielle de l’Assemblée Constituante, accusé d’avoir bafoué la démocratie et l’état de droit pour son rôle prépondérant dans l’établissement de l’Assemblée Constituante.

—  Sandra Oblitas, vice-présidente du CNE, accusée d’avoir bafoué la démocratie, d’avoir faciliter l’établissement de l’Assemblée Constituante et d’avoir manipulé le processus électoral.

—  Freddy Bernal, directeur des comités locaux d’approvisionnement, accusé d’avoir affamé la population à des fins électorales.

—  Katherine Harrington, ancienne vice-présidente du Tribunal Suprême, accusée de violer la constitution, de bafouer la démocratie et de ne pas engager de poursuites contre les responsables de violation des Droits de l’Homme du régime Maduro.

—  Socorro Hernández, membre du CNE, accusée d’avoir bafoué la démocratie, d’avoir faciliter l’établissement de l’Assemblée Constituante et d’avoir manipulé plusieurs processus électoraux.

Ceci n’est qu’un résumé succinct des chefs d’accusation.

Il est clair que les motifs invoqués par l’UE relèvent de l’obsession irrationnelle et entièrement soumise à celle de Trump sur l’absence de démocratie, la manipulation des processus électoraux et la répression envers une opposition dont on oublie soigneusement de souligner qu’elle a été particulièrement violente.

On aurait préféré que l’UE soit plus critique sur l’élection frauduleuse du dictateur Erdogan ou sur le putschiste Temer qui a commandité l’emprisonnement sans preuves de Lula pour l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Il y a des bons dictateurs et des mauvais dictateurs.

Venezuelaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!

https://fr.scribd.com/document/382522635/Estos-serian-los-11-funcionar...

.

URL de cet article 33530
  

Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.